Dylan Ferrandis “la pression est déjà là”

Dylan Ferrandis “la pression est déjà là”

Ce weekend, une page est sur le point de se tourner pour Dylan Ferrandis. Le Français réalisera sa dernière course en 250 à Pala avec pour objectif de décrocher un troisième titre AMA – son premier titre en Motocross aux USA – avant de faire sa transition définitive en catégorie 450. À l’approche de la finale du championnat, la pression monte; le Français compte 18 points d’avance au championnat sur Jeremy Martin. Deux manches d’une importance capitale. Allez Dylan !

Dylan Ferrandis – en conférence de presse

“La seconde manche, c’était ma petite signature on va dire, un mauvais départ puis je suis revenu dans le paquet. Hunter Lawrence et Brandon Hartranft se battaient, ils ont pris large, je suis arrivé avec beaucoup de vitesse et je n’ai pas pu m’arrêter à temps. Je suis sorti de la piste et je suis tombé. Après ça, j’ai dû reprendre la bataille pour prendre le maximum de points au championnat, c’était la seule chose à laquelle je pensais. J’ai tout donné, comme d’habitude. Troisième en seconde manche, c’est bien avec un mauvais départ et une chute. Je pense que j’ai sauvé beaucoup de points car si j’avais fini 5ème ou pire, au niveau du championnat, ça n’aurait pas été bon et ça aurait été dangereux avant la dernière épreuve. J’étais content. Il reste une épreuve, on verra. La pression est déjà là.

À Thunder Valley, j’ai commencé à ressentir la pression du championnat. Le matin, je ne me sentais pas très bien. Un peu comme à Salt Lake City avant la dernière épreuve du championnat de Supercross. Il y a beaucoup en jeu, tu es proche de décrocher le championnat dont tu rêves, ce n’est jamais simple. À Pala, les erreurs sont faciles à faire alors on verra comment je vais me sentir mais le but est toujours le même, partir devant et gagner la manche. Gérer ma journée et remporter ce championnat, c’est tout ce qui compte pour moi. Je vais tout faire pour. Mon but, c’est de gagner le championnat, pas de gagner toutes les manches. (…)

Je roule en 250 depuis longtemps. Je dois construire ma carrière. Je suis venu aux USA, j’ai dû faire mes preuves, montrer ce dont j’étais capable. Ce sera ma dernière course en 450 ce weekend et ensuite, je passe en 450 donc j’ai vraiment hâte. Je veux vraiment finir ce contrat en 250 sur une bonne note et aller de l’avant. J’ai un peu peur aussi, c’est certain, la saison prochaine sera un gros changement et je connais le niveau, ça va être vraiment difficile. Rouler en catégorie reine, c’est le but de tous les pilotes, c’était mon objectif, j’y serais l’an prochain. On verra, j’espère que je pourrai faire de belles choses. Comme on l’a vu avec Adam cette année, le niveau en 450 est très relevé, chaque weekend il se passe des dingueries, on verra. (…)

Je pense qu’il y a tellement de bons pilotes en 450 et si peu de guidons d’usine en 450 que c’est la raison pour laquelle certains pilotes restent en 250 en attendant un guidon d’usine en 450. Mon chemin a été un peu différent par mon passé en MXGP, quand je suis arrivé aux USA, j’avais 21 ans et c’était el début d’une nouvelle carrière. J’ai dû faire mes preuves, gagner le respect et aussi trouver un guidon d’usine. L’an dernier, après l’outdoor, j’ai demandé à Yamaha si je pouvais rouler en 450 cette année, si on pouvait faire quelque chose même si j’avais un contrat en 250 pour cette saison. Ils ont dit non, il n’y avait pas de place; je me sentais prêt à le faire mais il n’y avait pas de place pour moi. Je pense que c’est la raison pour laquelle les pilotes attendent plus longtemps avant de faire la transition.

Pour moi, le timing est parfait, j’ai beaucoup appris, j’ai appris comment gagner un championnat, comment me battre pour un championnat, toutes ces choses que j’ai apprises en 4 ans vont beaucoup m’aider en 450 et je pense qu’en 450, tout le monde a la vitesse, le physique, tout le monde peut gagner; mais l’expérience du haut niveau est selon moi le plus important. On l’a vu avec Adam cette année, c’est dur, il a la vitesse mais c’est dur de gagner et de jouer les podiums en 450. Je pense que le timing est parfait et je suis prêt. (…)

Avec David, tout fonctionne parfaitement. Ces deux dernières années ont été géniales pour nous. On a montré que son programme marchait et j’en suis fier. On a la même relation qu’Adam avec Nick Wey, j’ai confiance en lui, je fais ce qu’il me dit de faire, je n’écoute personne d’autre que lui quand ça concerne le pilotage et l’entraînement. L’année prochaine sera un nouveau défi, ce sera dur car il me fera travailler plus dur pour me rendre plus fort mais on est prêt pour ça, on a déjà commencé à travailler pour l’an prochain. Tout se passe bien, je suis vraiment content de l’avoir a mes côtés.”

Image: Yamaha

Jusqu'au 4 décembre, tentez votre chance de remporter un kit déco 100% personnalisé grâce à 2BRO Designs !

Médias