MXGP & Europe

Gautier Paulin « Partir dernier et revenir 5ème, c’est un bon début »

Gautier Paulin signe un 5-5 en Argentine pour lancer son championnat du monde au guidon de sa nouvelle machine. Il revient sur ses performances du week-end au micro de Mxvice.

Tu tombes au départ la seconde manche et tu reviens dans le top 5, une course solide.

Oui, je me sens bien. On est en forme, j’adore le châssis de la Yamaha. C’est le vrai Gautier qui roule, je prends du plaisir.

Je pars bon dernier et je reviens 5ème, c’est un bon début.

Tu pensais pouvoir revenir autant ?

C’est le premier GP de la saison, il faut voir où tu te situes par rapport à la compétition. Physiquement, je suis en excellente forme, on a bossé fort avec l’équipe, il faut améliorer les départs, continuer de faire le boulot.

Changer de moto, mettre la moto en caisse, on a un peu manqué de temps…

Partir dernier et revenir 5ème, je n’aurais pas cru que c’était possible aujourd’hui. La vitesse était là, j’ai passé les pilotes un par un, c’est clair que d’être 8 et de revenir 5 c’est déjà compliqué…

Il faudra que je regarde les temps chronos, mais je me sentais vraiment en forme et rapide jusqu’au dernier tour.

Quand est-ce qu’on t’a vu aussi fort pour la dernière fois ?

En 2014. Je voulais me retrouver dans cette position à nouveau, je me suis remis en question et repris en main. C’est que le début.

Qu’est-ce qui a été le plus gros changement avec la Yamaha ?

Le châssis. On a démarré sur une moto complètement d’origine, et on a tout réglé à partir de là. On connaît nos points faibles, on en a, car on n’avait pas assez de temps. C’est une équipe tout jeune, qui s’investit beaucoup et je tiens à les remercier pour leur travail. Ils sont très pros.

Changer d’équipe, une nouvelle moto, j’ai pris un peu de temps pour moi car j’étais fatigué après la saison dernière. Maintenant il faut remettre les pièces du puzzle.

On a encore 3 semaines avant la prochaine épreuve, ces semaines vont être importantes.

Quels sont les points faibles ?

On garde ces informations pour nous, les points faibles, on les connaît depuis Lacapelle Marival, mais la moto était déjà dans la caisse pour l’Argentine.

Aujourd’hui, le but c’était d’enfiler le casque, de rouler, et de voir ou on se situait.

On va retourner au travail.

Quels sont les objectifs cette année ?

Rouler comme Gautier Paulin

Retour