Hugo Roussaly “On ne pouvait pas rêver mieux !”

Hugo Roussaly “On ne pouvait pas rêver mieux !”

Il l’a fait. Hugo Roussaly vient de décrocher son tout premier titre National – 250 – ce weekend en signant le doublé à Argenton-sur-Creuse. Déjà vainqueur dans la boue de Quinssaines une semaine plus tôt, Hugo Roussaly n’a laissé échapper qu’une manche sur les quatre disputées cette saison, manche remportée par Romain Pape. Maintenant que le défi de redescendre en 250 est validé et que le titre est en poche, Hugo prévoit de revenir en 450 dès 2021. Micro

Hugo, très bonne journée, et finalement, ce premier titre national, il est là !

Ah ouais, on ne pouvait pas rêver mieux ! Deux victoires aujourd’hui, ça s’est super bien passé, et avec le titre au bout, c’était top.

En première manche, c’était serré, j’étais en tête mais derrière, ça revenait. Je me disais dans ma tête – pour me rassurer – qu’il était difficile de doubler ici et qu’ils n’allaient pas pouvoir trouver l’ouverture comme ça. J’ai tenu le coup et je n’ai plus vu Romain derrière moi. J’ai essayé de faire le forcing. Jamet est revenu sur la fin mais j’ai réussi à le contenir.

J’avais fait le plus dur, si je faisais 1 en première manche, je savais que je pouvais assurer dans la deuxième. C’était le meilleur scénario possible.

Finalement, tu n’as pas assuré dans la deuxième, tu t’es envolé.

En deuxième manche, je pars deuxième derrière Julien Bonnaudin, je fais deux tours derrière lui avant de le doubler. J’ai commencé à partir devant, bien comme il faut. Je ne sais pas si derrière, ça bouchonnait, mais j’avais plus de 10 secondes d’avance à un moment et j’ai géré. Sur la fin, avec les retardataires, c’était un peu compliqué, je commençais à réfléchir un peu trop. Je faisais surtout attention à ne pas tomber car c’est vite arrivé, une chute, et c’est le titre qui s’envole. Ça m’est déjà arrivé par le passé, pas deux fois.

Tout s’est bien passé, j’ai géré jusqu’à la fin, niquel.

Dans quel état d’esprit tu t’alignes derrière la grille en seconde manche ? Tu avais tout à perdre, et les autres finalement, tout à gagner.

En fait, j’ai commencé à calculer les points entre les deux manches, mais le coach il a dit “Ne te pose pas de questions, soude”. Du coup, c’est ce que j’ai fait. Je suis parti devant et ça s’est bien passé.

Après, si on avait été en bagarre avec les autres, si Romain et Germain étaient partis juste derrière moi, je pense que le scénario aurait été différent. Peut-être que j’aurais un peu plus assuré, là j’avais de l’avance, ça allait.

Dit moi, il se passe quoi au bout de la ligne droite dans le tour de reconnaissance ?

Je ne sais pas (rires). C’était chaud … François n’a pas fait exprès. J’étais dans le freinage, lui, il a raté les freins et il m’a mis un gros tampon. Il s’est excusé, il m’a dit qu’il n’avait pas fait exprès.

Cette année, tu redescends en 250 pour le challenge, en 2021, tu repars en 250 ?

Je pense que je vais remonter en 450. La 250 c’était bien pour changer, pour me redonner un peu d’envie, de vivacité, mais c’est trop de travail. En plus, il faut toujours garder une 450 pour les cross nationaux, pour la ligue d’Occitanie, partout où ça roule en Open il faut rouler en 450, du coup ça nous fait avoir une moto de plus. Ça fait d’autant plus de mécanique parce que c’est moi qui m’en occupe.

Les 250 demandent des préparations, on a plus de casse moteur, j’ai été un peu embêté avant Quinssaines en cassant un moteur à l’entraînement le mercredi avant la course. J’en profite pour remercier MotoTeam 81 qui ont fait tout leur possible pour que je puisse rouler. Ils m’ont trouvé des pièces, on a remonté un moteur le jeudi et le vendredi dans la panique et tout s’est bien passé au finale.

C’est quoi ton emploi du temps la semaine ?

Moi, je travaille. Je bosse dans l’entreprise familiale le matin de 5h a 13h comme ça j’ai mes après-midi pour faire du sport, j’ai du temps libre. Je fais de la moto le mercredi; on a un terrain dans mon village et du coup, on roule souvent sur place quand la météo le permet. Un peu de sport, tout ça, je ne suis pas pro à 100%.

On discutait avec Romain, on sait que sur l’Elite, ils essayent d’attirer des pilotes du mondial et de l’Europe, est ce qu’on essaye d’attirer des pilotes de l’Elite sur le national pour faire prendre de la vitesse ? Romain disait qu’il fallait éviter de professionnaliser le national.

Je suis totalement d’accord avec lui. Question matériel, ici, a quelque chose prêt, on a la même chose. On passe notre temps à faire de la mécanique quand on n’a pas de mécanicien, on doit faire du sport, rouler, en travaillant à côté, on n’a pas de temps libre donc pour arriver à rouler 2 ou 3 fois de plus par semaine comme les pros’ le font, c’est compliqué.

Regarde mon cousin Julien, ses emplois du temps sont aménagés avec l’école, ce qui lui laisse du temps, c’est bien, ça te permet de passer des caps.


Pas de secrets, en moto, plus tu roules, plus tu as des chances d’être bon.

On fête ce titre comment du coup ?

Ce soir, rien de spécial, car tout le monde va rentrer. On va voir après pour faire une petite soirée avec les partenaires que je tiens à remercier, un petit quelque chose par chez moi. J’en profite également pour te remercier – dailymotocross – de mettre en valeur notre championnat par ta présence sur les deux épreuves de la saison.

Jusqu'au 4 décembre, tentez votre chance de remporter un kit déco 100% personnalisé grâce à 2BRO Designs !

Médias