Interview de Giussepe Luongo

Bien que je ne sois pas un grand fan du personnage et de sa façon de gérer Youthstream en général, je me suis dit qu’il était bon de vous proposer la traduction de l’interview de celui qui gère plus ou moins ce qu’il se passe en mondial.

Youthsream a récemment été racheté par Infront et ils “essayeront d’apporter le sport à un niveau supérieur” on ne demande qu’à voir.


Herlings s’est blessé, il va manquer l’ouverture de saison. Vu sa domination en 2018, ça va être étrange de démarrer la saison sans lui.

C’est vraiment dommage que Jeffrey ne soit pas présent lors du premier Grand Prix en Argentine mais on espère le voir de retour en forme aussi vite que possible. Ça va créer de l’incertitude dans la catégorie MXGP, ça rend les choses intéressantes. Ça va être très serré en Argentine, avec l’absence d’Herlings, beaucoup vont se donner pour gagner l’épreuve.

Le championnat débute en Argentine. Comment s’est concrétisé cet accord ? Est-ce que les Grand-Prix reviendront sur le circuit de Neuquen ou est-ce le dernier là-bas ?

En Argentine, comme ailleurs hors Europe, les Grand Prix sont supportés financièrement par le gouvernement. Il y a eu – et il y a toujours – des négociations pour amener l’épreuve plus près des grandes villes pour faciliter les transports et améliorer les entrées des spectateurs. D’un autre côté, on est vraiment satisfait avec Neuquen car l’endroit est magnifique, le circuit est beau, l’organisation est parfaite.

Dans le futur, bien sûr qu’on continuera de venir en Argentine, je ne sais pas pour l’heure si ce sera à Neuquen ou si on ira ailleurs, tout cela doit être vu avec les organisateurs locaux, le gouvernement & Youthstream.

On a entendu dire que ce pourrait être le dernier GP à Valkenswaard en 2019. Est-ce vrai ? Est-ce que Lierop va revenir au calendrier ?

Le retour d’Assen dépend beaucoup du succès du Motocross des nations 2019. Franchement, je pense que ce sera une réussite et qu’on verra Assen de nouveau au calendrier en 2020.

A propos de Valkenswaard, on est très content d’organiser un GP là-bas, mais en même temps, le championnat du monde se développe de plus en plus et on a de plus en plus de demande pour organiser des épreuves en Europe et hors Europe, donc pour les pays comme l’Italie et les Pays-bas qui organisent  plus d’une épreuve par an, il va peut-être falloir réduire.

La décision dépendra surtout du succès de Valkenswaard, le nombre de spectateurs et l’organisation.


Pour Lierop, nous n’avons reçu aucune demande de leur part.

En 2018, on a vu que les terrains étaient très bien entretenus. Le plan, c’est de continuer, ou de laisser les circuits se détériorer un peu plus pour qu’on puisse de nouveau voir des circuits défoncés comme avant ?

On va continuer d’entretenir et refaire les circuits, surtout pour des raisons de sécurité, aussi pour proposer un beau spectacle. Mais en même temps, on veut que les circuits soient techniques et se développent au fur et à mesure du week-end. Il faut trouver le bon compromis, on veut que les pilotes puissent améliorer leurs techniques, et pour cela, il faut leur proposer des circuits techniques.

Prado a dit qu’il n’était pas sur d’être prêt à monter en 450 en 2020, et s’il gagne le championnat MX2 de nouveau cette année il sera obligé de monter en 450. Considérez-vous un changement de règle à ce niveau-là pour permettre à Prado de rouler en MX2 en 2020 ? Je suis sure que vous ne voulez pas le voir partir aux USA.

On a effectivement reçu des pressions à ce sujet-là. Mais on ne va surement pas changer une règle pour avantager ou désavantager un pilote, la règle des titres et de l’âge marche très bien, et prouve que c’est le meilleur moyen de permettre aux jeunes pilotes d’accéder au championnat du monde.

On est persuadé que Prado, avec une bonne préparation, sera très compétitif et présent sur le podium en catégorie MXGP, mais la décision concernant son futur ne regarde que lui et son équipe.

Le Japon, l’Australie & la Nouvelle-Zélande semblent être des pays de choix pour implanter une épreuve du mondial, est-il prévu d’y faire un arrêt un jour ?

Oui, ça fait longtemps qu’on est en discussion avec les 3 pays et qu’on négocie. On est vraiment très près de finaliser l’organisation d’une épreuve en Australie. Ce qui serait fantastique puisque c’est un pays super pour le Motocross.

En ce qui concerne Assen, allez-vous faire des changements pour permettre plus de spectateurs ?

Oui, il y aura des changements, on va pratiquement doubler la capacité d’accueil des spectateurs et leur permettre de se déplacer autour du circuit.

Il y aura de gros changements pour améliorer le spectacle et la visibilité pour les spectateurs

 

Interview réalisée par Gatedrop


Médias