Jorge Prado “comme un goût d’inachevé”

Jorge Prado “comme un goût d’inachevé”

La situation est un peu délicate … Jorge Prado et sa petite amie vivent isolés à l’étage; sa mère, également positive au Covid-19, est confinée dans le salon; le père et la sœur s’occupent des «patients» et prennent toutes les précautions, apportant les repas ici et là. Heureusement, aucun d’eux n’est réellement malade ou ne présente de symptômes inquiétants, mais leur domicile de Lommel est devenu l’une de ces sources d’infection qu’ils ne voyaient qu’aux informations avant d’être touchés à leur tour.

Jorge va bien “Il y a eu beaucoup d’améliorations, je peux maintenant respirer profondément sans problèmes, avant, il était difficile pour moi d’inspirer profondément sans tousser. Désormais, je vais bien et je retrouve le goût et l’odorat”.

Pour Jorge Prado, tout a commencé lors de son arrivée en Belgique. Le pilote Espagnol ne se sent pas dans son assiette le premier weekend mais décide tout de même de rouler, avec ce qu’il pense n’être qu’un simple rhume. Mercredi, pour la deuxième épreuve dans le sable belge, le rhume présumé n’a pas disparu et Jorge se sent de nouveau affaibli. “J’avais du mal à respirer et j’ai dû faire de gros efforts car mon rythme cardiaque était très élevé, j’ai vraiment passé un très mauvais moment.”

Malgré le virus et les difficultés respiratoires, Jorge Prado est parvenu à monter sur la plus haute marche du podium lors de ce second GP disputé à Lommel … Avant d’être finalement testé positif au Covid-19.

“Le jeudi, j’ai récupéré, et le vendredi, on est allé s’entraîner pour régler la moto. J’étais content parce que nous avions fait du bon boulot et je me sentais très bien, ça sentait bon pour le dimanche … Mais d’un coup, la nouvelle de mon infection au Covid-19; je ne comprenais rien, c’était quelque chose de surréaliste, complètement hors de mon contrôle. On était en train de parler, j’ai reçu un appel …  Et tout le monde s’est éloigné de moi … On a l’impression d’avoir la peste “

Après s’être auto-isolé, Jorge Prado a effectué d’autres tests, tous positifs. Par conséquent, le pilote RedBull KTM est allé voir plusieurs médecins pour analyser les possibilités. “Je pensais pouvoir rouler à Trentino, et je m’attendais à ce que les tests soit négatifs, mais mon pneumologue et mon médecin du sport ont dit que ce n’était pas une blague et que je devais oublier. Une infection pulmonaire peut laisser de graves séquelles et un athlète de haut niveau a besoin de 100% de ses poumons, donc il était inutile de prendre le risque car j’étais encore très fatigué, j’avais du mal à respirer et mes défenses immunitaires étaient affaiblies”

Maintenant que tu as vécu cet épisode de Covid, quel message souhaites-tu faire parvenir aux gens?

“Qu’ils prennent ça très au sérieux et qu’ils soient conscients que ce n’est pas une blague. Je suis un athlète professionnel et j’ai minimisé les risques de contagion et pourtant j’ai été infecté sans même savoir comment. C’est un virus étrange, à la maison on a tous eu des symptômes différents, mais il est clair qu’il est facile de le propager, d’être infecté, et vous ne pouvez pas plaisanter avec une maladie qui peut vous tuer. ”

Sur le plan psychologique, la défaite était d’autant plus grande pour Jorge Prado qui montait régulièrement sur les podiums, avait dominé en Espagne et s’était parfaitement adapté à la catégorie MXGP: “J’ai vraiment le sentiment d’avoir laissé quelque chose en cours de route. J’étais en excellente forme, j’avais bien réglé la moto et je pense J’aurais pu gagner plus de courses. J’ai l’impression d’avoir raté une opportunité, peut-être pas pour le titre car ça allait être très difficile, mais pour assurer la deuxième place et mettre la pression sur Gajser. “

Est-ce que tu étais à ton meilleur niveau cette année ?

“Oui, je pense que Gajser et moi étions un cran au dessus. Ça a été une année très difficile, mais j’ai été en constante progression. Revenant de blessure, on a parcouru un chemin très délicat en faisant petit à petit évoluer nos objectifs, d’abord le Top 10, puis le Top 5, puis le podium, la première victoire de manche, la première victoire de grand prix, le premier doublé … Toujours en progression. “

Tu as tout connu cette saison.

“Bien sûr, fracture du fémur, puis de la clavicule, problèmes mécaniques, sanctions injustes et maintenant, le Covid. Difficile d’imaginer pire scénario. C’est pourquoi j’ai hâte de commencer la nouvelle année, car je sais qu’autant de mauvaises choses ne risquent pas de se répéter à nouveau. “

Ça a tout de même été une belle année, non ?

“Bien sûr, j’ai remporté quatre victoires en Grand Prix. Même si une n’a pas comptée, pour moi c’est une victoire car je sais que j’ai gagné sur la piste. Et je me souviendrai toujours de ce doublé sur le Grand Prix d’Espagne, c’était sans aucun doute le point culminant de l’année. Rouler dans votre pays, pour la première fois en MXGP, et dominer, il n’y a rien de mieux. Vous roulez toujours avec cette pression, pression de ne pas décevoir vos supporters, mais si le résultat est bon, ça compense. Sans les spectateurs, ce n’est pas la même chose, donc j’espère répéter l’expérience en 2021 devant beaucoup de fans. ”

Ton pays te manque ?

“J’ai vraiment eu l’habitude de vivre un peu comme un nomade depuis que je suis petit, mais bien sûr, ça me manque. J’ai toujours des contacts avec ma famille et mes amis et j’ai des sponsors – comme Torre de Núñez, qui sont de Lugo – et ils m’envoient du jambon et ils me font toujours me sentir proche de mes racines. ”

Tu attends avec impatience l’inauguration du terrain “Jorge Prado”, non?

“Oui et je suis très impatient. C’est chez moi, c’est là que j’ai commencé à rouler à moto et c’est une façon de donner aux nouveaux fans l’occasion de pratiquer ce sport, ce qui n’est pas toujours facile.”


Quand le championnat du monde touchera à sa fin dimanche, le classement ne reflétera pas tous les mérites de Jorge Prado cette saison, mais les supporters et le paddock savent très bien que le pilote originaire de Lugo a réalisé une magnifique première saison en MXGP. Malgré les nombreux revers, Jorge a atteint les sommets et a fait retentir l’hymne espagnol à quatre reprises.

Après avoir été pénalisé en Italie, Jorge est revenu sur cette situation qui lui paraissait injuste et qui a ouvert un certain débat sur la sécurité: “J’ai déjà dit que c’était pour moi une victoire nette, et je préfère ne pas entrer dans la polémique. Ce que l’on peut tirer de situations comme celles-ci, c’est que nous devons faire de la sécurité notre priorité, tant au niveau des drapeaux que de l’entretien des pistes”

Qu’as-tu pensé de ce nouveau format cette année ?

“Eh bien, j’ai aimé. J’aime disputer trois courses sur le même terrain car on continue à s’améliorer et à apprendre chaque jour et c’est aussi plus facile pour les équipes. J’aime aussi le format compressé du dimanche car il réduit les efforts et les risques pris le Samedi, qui ne contribuent pas positivement de toute façon. La seule chose que je n’aime pas, c’est rouler sans public. Sans l’ambiance et le soutien des fans, vous manquez de motivation et vous devenez même plus nerveux. En plus, les fans font partie de l’essence de ce sport.”

À propos de tes concurrents, tu n’as parlé que de Gajser.

“Oui, Gajser a été très fort en cette fin de saison. Herlings était également très fort au début. Je n’ai vraiment pas eu la chance de lui faire face dans des conditions optimales, je ne sais pas ce qui se serait passé … Peut-être qu’il m’aurait battu à Lommel, mais pas à Madrid. On verra l’année prochaine. “

2021, une nouvelle saison pour laquelle le Galicien va bientôt commencer à se préparer; mais d’abord quelques jours de repos et de travail chez lui à Rome, puis quelques jours en Espagne avant d’entamer la préparation physique afin de revenir en piste “J’espère faire une bonne intersaison sans contretemps, pour atteindre un bon niveau et être en lice pour le titre l’an prochain. Je sais que cela demandera beaucoup de travail et d’entraînement, mais je suis prêt. Bien sûr, j’espère surtout que ce sera une année sans Covid. “

Images: Ray Archer / Texte: Diego Muñoz Avia

Jusqu'au 4 décembre, tentez votre chance de remporter un kit déco 100% personnalisé grâce à 2BRO Designs !

Médias