Max Anstie “content des progrès”

Max Anstie “content des progrès”

Avec la petite structure H.E.P Suzuki, Max Anstie continue de prendre ses marques Outre-Atlantique. Malgré une chute dans le premier tour de la première manche à WW Ranch, Max est parvenu à revenir jusqu’en 13ème position avant de signer un nouveau top 5 parmi les pilotes usine en seconde manche. Le pilote Britannique ne cesse de faire des progrès et voir une Suzuki sur le podium d’ici la fin de saison n’aurait rien de surprenant…

Max Anstie – Mx Sports Pro Racing

“Je ne connais pas les circuits et je dois apprendre rapidement. Le plus important pour moi, c’est de m’assurer que je fais les bonnes choses au bon moment. Je suis arrivé devant ce saut et j’ai fait un amorti depuis l’intérieur mais je suis atterri hors de la piste. J’ai traversé une bannière publicitaire et comme les gars qui roulent sur Suzuki le savent, une fois que la moto s’arrête, difficile de la redémarrer. J’ai perdu une bonne minute avant de pouvoir repartir et j’étais bien loin quand j’ai pu redémarrer. Je suis revenu de la 40ème à la 13ème position mais j’ai utilisé beaucoup d’énergie en première manche; je voulais revenir le plus possible. (…)

La deuxième manche était finalement plus facile que la première manche car quand tu roules dans le paquet, tu attaques constamment. En seconde manche, au moins, je pouvais choisir mes trajectoires. Jusqu’à présent, la saison est plutôt solide pour l’équipe. C’est nouveau pour moi, c’est nouveau pour l’équipe, on n’a pas de réglages pour le sable par exemple. J’ai réussi à intégrer les tracés du sud de la Californie assez rapidement, et je ne suis pas le meilleur pour ça. On essaye d’en apprendre plus et de s’améliorer pendant les courses le weekend. Je suis content des progrès. (…)

Après la seconde manche, j’ai appris qu’il y avait une protestation en cours contre moi et qu’ils essayaient de me faire disqualifier de la course pour avoir pris une ligne différente sur la double trajectoire. Davey Coombs et Jeff sont venus me voir et m’ont dit qu’il n’y avait aucun problème car il n’y avait pas de bannière entre les deux lignes et en fait, je n’y ai même pas pensé, il n’y avait pas de marqueurs alors j’ai traversé. À Millville, tout le monde coupait depuis l’intérieur dans la double ligne de toute façon. J’ai vraiment pensé que d’autres pilotes allaient utiliser cette trajectoire, elle m’a facilité la vie. (…)

Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas venu jusque ici pour refaire mes valises et repartir à la fin de l’année. Je travaille sur certaines choses pour 2021. J’aime l’équipe, je pense que les gars de chez H.E.P ont le potentiel pour grandir en tant qu’équipe. Cette saison, je suis revenu de blessure et je dois encore faire avec, le team ne roulait pas en Outdoor avant, on ne reçoit pas de soutien de la part de JGR, c’est vraiment juste moi, l’équipe, mon mécanicien; on fait le boulot. Cette saison, je ne savais pas à quoi m’attendre mais il y a clairement du potentiel. J’aimerais bien pouvoir rester ici et rouler en Supercross; bien sûr, je ne vais pas me dévaloriser en Supercross. Je roule en Motocross depuis de longues années, je sais que le Supercross sera difficile mais après 12 semaines de travail en Supercross, on verra bien ce qu’il en sera. Je veux rester, je ne suis pas venu ici pour rentrer chez moi à la fin de la saison et je travaille sur certaines choses pour l’avenir. (…)

WW Ranch n’est pas si sablonneux que ça, c’est du sable, mais ça va. J’ai utilisé les mêmes réglages de suspension qu’à Millville le weekend dernier. Aux USA, les terrains sont préparés d’une certaine façon et on retrouve de gros trous aux freinages ou d’autres caractéristiques qui reviennent toujours de la même façon. En Europe, tu peux aller en Italie, ou en République Tchèque, rouler sur des terrains bétons et tu auras besoin que la moto soit plus souple, plus douce, avec une meilleure traction, et tu vas ensuite rouler à Lommel, un terrain complètement différent. Aux USA, la majorité des circuits sont similaires. Des gros trous aux freinages, des longues ornières, de la traction absolument partout. Il n’y a pas eu de gros changements pour moi en termes de réglages moto pour rouler dans le “sable” ici. (…)”

Médias