Max Anstie “je ne vais pas sous-estimer le Supercross”

Max Anstie “je ne vais pas sous-estimer le Supercross”

Nouveau top 10 d’épreuve pour le pilote H.E.P Suzuki Max Anstie à Thunder Valley. Double challenge ce weekend pour le pilote Anglais qui – en plus de réaliser sa première saison d’outdoor outre-Atlantique – devait faire face aux conditions bien particulières rencontrées en altitude avec son équipe. Place à la dernière épreuve du championnat ce weekend à Pala avant de commencer les choses sérieuses: 12 semaines de préparation intensive pour préparer sa première saison de Supercross US en 450.

Max Anstie – Steve Matthes / PulpMX

“Je suis très content. Sur ce genre de terrain, les teams et les pilotes qui ont de l’expérience ici vont avoir un avantage car les motos fonctionnent différemment. Que mon équipe arrive ici pour la première fois et s’en sorte, c’est top, on est même allé rouler la veille de la course, on a trouvé un circuit le vendredi soir. Ici, le tracé et le rythme est étrange, même l’intensité est étrange.

Le sable, le dur, ça me va, je me suis senti vraiment en forme le weekend dernier. Ce weekend, c’était bizarre, difficile de respirer, je ne me sentais pas aussi bien en piste, pas aussi agressif, j’étais un peu à plat. C’était une première expérience ici pour moi-même si je suis venu quand j’avais 16 ans mais je suis une personne bien différente depuis. (…)

Mon chef d’équipe et mon mécanicien ont fait du beau boulot et on a tiré le meilleur parti de chaque séance d’essai. De bon départs, j’étais en forme, rapide, on fait des progrès, on est là, et je suis content de rouler. Ce n’est pas un circuit facile pour régler sa moto; je suis un compétiteur, je veux gagner, je veux en arriver là, mais pour l’instant, ou j’en suis, c’est aussi bien qu’un podium ou qu’une victoire car on revient de loin, on est présent dans les manches et on va continuer à progresser donc je suis content. (…)

Malgré ma blessure, je suis content qu’on ait fait ce championnat, qu’on ait roulé. Traverser le globe, se blesser, ne pas rouler en Supercross … Parfois, je me disais “Merde, et si on ne fait pas l’outdoor ? Et si j’étais venu ici et que je ne roulais même pas ? Que va penser le team ?”. Je ne connaissais pas les gars à l’époque. En Europe, personne n’aurait été surpris si j’avais gagné une manche à Lommel ou si j’avais fini sur le podium. Ici, j’étais le nouveau et après une année sans rouler c’était étrange; je ne me suis jamais senti autant incertain.

Avant même que je ne commence à rouler ici, quand j’étais blessé, les gens me disaient que je ferais mieux de prendre ma retraite, que ça n’en valait pas la peine; ils critiquaient la marque, l’équipe. Les gens adorent critiquer la moto mais honnêtement, la Suzuki et mon équipe H.E.P ont vraiment franchi un cap. Mon mécano est top, mon chef d’équipe est top, mon coéquipier Adam est top. Il y a du potentiel et je n’avais pas tort, j’ai vu ça de l’extérieur avant d’arriver ici et de signer avec l’équipe. On est en train de s’établir. Je sais que certains vont se dire “Ce n’est que l’outdoor” mais honnêtement, avec mon pied, je n’étais qu’à 70% à Loretta, je suis à 90% maintenant et je peux être bien meilleur que ça.

Je suis content également que la saison se termine car j’ai ensuite 12 semaines pour me préparer correctement pour le Supercross au lieu de me précipiter. Je suis à l’aise sur la moto en Outdoor, je sais que je peux le faire, je ne vais pas sous-estimer le Supercross, je ne suis pas stupide. Les gars savent ce qu’ils font. Je peux regarder un terrain de Motocross et savoir ce que j’attends de ma moto, mais ça, je ne sais pas le faire en Supercross. Pour moi, ce sera important d’avoir l’aide de mon équipe.

On verra d’où on commencera et comment on progressera mais je suis content d’avoir ces 12 semaines. Après Pala, je vais directement rouler en Supercross et lors de la première épreuve, on verra où on se situera. Si on est autour du top 10, cool, si on se qualifie, où même si on loupe la qualification, on saura où on en est et il faudra travailler. “


Images: Suzuki

Médias