Maxime Grau “Je suis super content”

Maxime Grau “Je suis super content”

Il avait été propulsé sur le devant de la scène par l’équipe Tech 32 Racing ces dernières saisons, et sa signature au sein de l’équipe Rockstar Energy / Nestaan Husqvarna a fait l’effet d’une petite bombe. À peine âgé de 15 ans, Maxime Grau reprendra le flambeau de Kay de Wolf au sein de l’usine Husqvarna pour évoluer dès la saison prochaine sur le championnat d’Europe 250. Une belle récompense pour le jeune Français qui dispose désormais de toutes les cartes en main pour briller au plus haut niveau Européen. Micro

Maxime, félicitations pour ton contrat chez Nestaan / Rockstar Husqvarna, la plus grosse nouvelle sur le championnat d’Europe ! Comment ça s’est fait ?

Merci ! Cette année, je m’entraînais avec Anthony Boissière et un jour, comme ça, j’ai reçu un coup de téléphone de mon agent – Jeremy Debize – qui m’a dit que je pouvais aller faire des tests pour rouler avec l’équipe usine Rockstar Energy Husqvarna / Nestaan. C’était juste pour qu’ils me voient rouler. C’était pour découvrir un peu le fonctionnement d’un team professionnel. Je suis parti chez eux, j’ai roulé là-bas à Grevenbroich – en Allemagne – sur un gros terrain de sable.

Au début, j’ai un peu galéré car je n’avais pas trop roulé en 250 dans le sable, j’ai roulé avec ma propre moto le premier jour. Ce soir-là, je suis resté dormir sur place avec le team.

Le lendemain, on a roulé sur un autre terrain, un terrain en terre, sur la moto d’usine. Les responsables étaient là; ils m’ont vu rouler, et ils ont été impressionnés par ce que j’ai fait sur leur moto cette fois-ci.

Par la suite, quelques semaines plus tard, on a de nouveau été rouler avec eux sur un autre terrain – Passion TT, en France – pour valider l’essai. De nouveau, tout s’est vraiment bien passé.

Tu as roulé avec les pilotes de l’équipe et devant le manager ?

Oui, il y avait le team manager Ramus Jorgensen, les mécanos. Le premier jour, Rasmus était présent avec Thomas Kjer Olsen, Kay de Wolf, Jed Beaton et le staff à l’entraînement.

Le deuxième jour, je n’étais que devant Rasmus à l’entraînement. Ça s’est vraiment bien passé.

Un mois après, on est allé à Passion TT, il y avait de nouveau Rasmus et le patron de l’équipe, Kay Hennekens.

Stressant ?

Honnêtement, pas du tout, j’étais vraiment super heureux, j’ai juste roulé à mon niveau. C’était super sympa de rouler sur la Husqvarna officielle.

Premières impressions ?

Terrible, une super bonne moto. Niveau suspensions, c’était un truc de fou; un peu comme les miennes; cette année, j’ai eu de très bonnes suspensions préparées par Boris Boisson de chez Pro Factory Suspension sur le championnat d’Europe 125.

Je me sentais super bien, de bonnes suspensions, un bon moteur.? Dès que je suis monté sur la moto, j’étais à l’aise. C’était impressionnant, rien ne bougeait.

Quand est-ce que tu as su que c’était bon pour toi ?

On ne savait pas trop en fait. Ramus Jorgensen était plutôt positif, mais il faut toujours l’autorisation du patron. Kay Hennekens est venu me voir rouler, tout s’est bien passé, on s’est très bien entendu, et ça s’est fait. Super content.

Entre temps, blessure au poignet ?

C’est ça. Le problème, c’est que j’ai fait mes derniers tests avec l’équipe Husqvarna à Passion TT. En revenant de Passion TT, je me suis arrêté pour m’entraîner à Châteauneuf-les-Martigues et je me suis malheureusement cassé le poignet là-bas. Trois jours après avoir roulé avec l’équipe …
On s’est dit que c’était raté.

J’étais vraiment déçu car à l’entraînement, je me donnais à 100%, je tombais mes temps chronos à Chateauneuf, malheureusement, j’ai glissé dans une portion et j’ai fini par terre, et voilà … Ce jour-là on a finalement appris que c’était officiel, que j’étais pris dans l’équipe.

Tu étais le seul pilote à rouler pour ce guidon ?

Au début, il me semble que l’équipe cherchait un pilote pour aller chercher un titre en mondial MX2 aux côtés de Beaton. Ils ont tablé sur Maxime Renaux et Thibault Benistant. Thibault Benistant voulait rester chez Yamaha, et Maxime avait l’opportunité d’aller chez Factory Yamaha, du coup, ils ont choisi de faire monter Kay de Wolf en MX2 et d’essayer de trouver un jeune pour le faire rouler sur l’Europe 250.


Ils ont appelé Diego Clément – directeur du service compétition Husqvarna – qui leur a dit “On a un jeune à vous proposer, il est Français”. J’étais ce jeune. Diego a appelé mon agent pour savoir si je pouvais faire des tests avec Husqvarna, et c’est de là que tout a commencé et que je suis monté m’entraîner avec l’équipe.

De gros changements, tu vas déménager en Belgique et vivre la vie du pilote Factory par excellence ?

Oui, avant, je vivais dans le sud avec Anthony Boissière. On va déménager pour le premier novembre en Belgique. Cette semaine, je dois normalement finir ma rééducation du poignet. Au premier Novembre, on sera en Belgique avec mon père pour tout mettre en place et commencer l’entraînement hivernal.

On va beaucoup s’entraîner dans le sable, ce n’est pas vraiment mon point fort, mais je vais pouvoir m’entraîner avec de très bons pilotes donc c’est vraiment du positif.

Tu étais encore en 85 l’an dernier, je t’ai vu à la finale du championnat d’Europe 85 de Loket !

Ouai ! Je roulais déjà en 125 à l’époque et honnêtement, je roulais déjà très très bien sur la 125, je mettais vraiment du bon gaz. J’étais rapidement plus rapide que sur ma 85 et du coup, je suis monté directement en 125 fin 2019.

C’est vrai que ça fait bizarre quand on y pense car il y a encore un an de ça, j’étais encore en 85. Je suis content de ce que j’ai fait, des entraînements avec Anthony Boissière, merci à lui, car désormais, je serais coaché par Rasmus Jorgensen.

Impressionnant pour nous de voir qu’après une saison – raccourcie – en 125, tu passes déjà en 250.

Oui, mais pour être franc, j’ai roulé cet hiver sur la 250. En fait, en même temps que je préparais ma montée en 125 je roulais en 250. Par exemple, si j’avais un problème sur la moto, j’échangeais avec la 250. Je roulais aussi très bien avec la 250. Je faisais quelques entraînements avec la 250 et je me débrouillais très bien. Du coup, là, je change de catégorie, et je suis vraiment super content.

15 ans l’an prochain, tu vas suivre le parcours d’un Kay de Wolf.

C’est sûr. Le but, c’est de faire du mieux possible. On ne va pas trop se fixer d’objectif, on va bien s’entraîner cet hiver, et ça le fera ! Avoir signé à mon âge, c’est vraiment super, je suis trop content de rejoindre un team pro pour deux ans. On a fêté un peu ça !

Comment ça s’est passé avec Tech32, parce que tu étais quand même leur pilote phare sur l’EMX125.

Très bien. Quand Jean Michel Fabre – le propriétaire de Tech 32 Racing Team – a appris que j’avais cette opportunité, il m’a dit qu’il me laisserait saisir ma chance dans un team pro sans problèmes. Il a vraiment bien joué le jeu, et je me dois de le remercier pour ça.

Du coup, j’imagine qu’on ne te voit plus sur le championnat de France ?

Non, pour moi, ce sera le championnat Hollandais – le Dutch Masters – et le championnat d’Europe 250.

Images: MXJULY

 

Jusqu'au 4 décembre, tentez votre chance de remporter un kit déco 100% personnalisé grâce à 2BRO Designs !

Médias