Eli Tomac “Cooper est une machine lors des finales”

Eli Tomac “Cooper est une machine lors des finales”

Malgré deux victoires depuis le début de saison, Eli Tomac reste impuissant face à la domination de Cooper Webb lors de ces dernières épreuves. Avec 41 points de retard sur le pilote Red Bull KTM à 5 épreuves de la fin du championnat, le champion 2020 ne se fait pas d’illusions quant à ses chances de titre cette année. En conférence de presse, Eli Tomac a offert son opinion sur les tracés de la saison 2021. Verdict: peut mieux faire.

Eli Tomac – en conférence de presse:

“C’était une bonne course même si c’est dommage d’être troisième. On avait un bon rythme devant, malheureusement, j’ai été le premier pilote à faire une erreur. J’ai suivi une trajectoire sur le saut d’arrivée et j’ai percuté un ballot de paille, je ne pensais pas que j’arrivais aussi large. Justin m’a doublé, et les choses se sont un peu assises, j’attendais, j’étais un peu déçu de cette erreur car je n’étais pas en train de frôler avec mes limites. Par la suite, Justin et moi, on s’est attaqué deux ou trois fois et j’ai fini par le redoubler quand il a fait son erreur dans l’enchaînement. Nous battre comme ça, ça nous laisse dans la poussière des deux premiers. J’ai perdu 4 secondes en un tour. Cooper et Ken étaient devant en début de course, et voilà. […]

Les points défilent, j’ai 41 points de retard sur Cooper et il faudrait qu’une dinguerie arrive. Je me concentre sur les victoires d’épreuves. Il semble qu’on se dirige vers des épreuves à Atlanta semblables à Daytona, voire plus grand, et je pense que ça va être différent de tout ce qu’on aura pu voir jusqu’à présent, plus de sauts qu’à Daytona, mais la même longueur de tracé. Je pense que ça conviendra très bien à mon type de pilotage, aux réglages de ma moto, je pense qu’on aura un avantage, on verra. […]

Ça se joue lors des départs. La moyenne de Cooper Webb lors des départs en finale est juste ridicule, je ne comprends pas, il est toujours présent. Je l’ai vu faire quelques erreurs lors des manches qualificatives mais il les corrige et c’est une machine lors des finales. Dernièrement, on était proche, mais il est en meilleure position lors des départs. Ken roule bien, Justin également, on va vite. Ce soir, je savais que j’étais le plus rapide dans les whoops mais je ne pouvais pas m’en servir car il y avait cette ornière tout du long et j’étais bloqué derrière les pilotes, mais c’est ce qui se passe quand on ne parvient pas à partir devant. […]

Le niveau est plus relevé cette année, on ne revient pas dans le paquet aussi facilement, mais je pense aussi que les terrains sont plus simples et qu’il est plus difficile de se séparer sur la piste. Ce weekend, c’était plutôt cool. On utilise des stades de football américains depuis le début de la saison, c’est plus serré, et les terrains sont basiques. On n’a pas encore eu l’occasion d’aller dans un stade de baseball et je pense que j’excelle un peu mieux sur ce genre de tracé, voilà ce que je pense. J’ai hâte d’être à Atlanta, je saurai si j’ai raison ou non là-bas. […]

Tout est une question d’options. Ce soir, j’étais vraiment rapide dans les whoops, je traversais la piste devant les mécaniciens, je prenais l’extérieur et je rattrapais Cooper Webb mais dans l’enchaînement suivant il n’y avait rien pour pouvoir faire la différence, garder cette vitesse et je finissais par suivre ses trajectoires. C’était pareil avec les whoops, avec un virage à 90 degrés, tu ne peux pas vraiment doubler quelqu’un depuis l’intérieur ou faire un block-pass. Cooper a doublé Kenny dans les whoops, mais il avait la trajectoire principale que Ken avait laissée libre. C’est un peu frustrant, mais c’est comme ça que le Supercross se déroule. […]

Cette année, on n’avait pas encore eu une longue série de whoops comme ce weekend, on n’a pas non plus eu deux séries de whoops sur un seul et même tracé. Les whoops ne sont pas très gros, très espacés, bien qu’on puisse les sauter par moments, mais ils ne sont pas comme les whoops monstrueux qu’on avait eu à San Diego l’an dernier par exemple. Rien d’extra-ordinaire, ils ont même tendance à être plus simple. Il y a de bons et de mauvais tracés. Ce serait bon de voir le retour des deux séries de whoops, on ne voit plus de dragon’s back et quand on en a, ils sont tellement petits qu’il n’y a plus vraiment de conséquences quand on les loupe. La plupart du temps, tu te rapproches d’un pilote mais tu ne peux pas concrétiser car les enchaînements sont plus courts. Il faudrait de plus longs enchaînements, plus de séries de whoops, je ne sais pas ce que l’AMA veut, peut -être qu’ils veulent moins de séparation en piste, difficile à dire, mais il y a des moyens de rendre les circuits meilleurs. Oui, on est obligé d’avoir des virages à 90 degrés, mais la plupart du temps, ils ne servent à rien concrètement, on ne voit jamais de dépassements. Ce soir, on a vu de longs enchaînements, et surtout, il nous faut un second enchaînement avec des options; c’est important. […]

Pour le titre, avec 41 points de retard, il faut rêver. Il faudrait que Cooper fasse une énorme erreur pour que je puisse y penser, je roule pour gagner les finales. […]”

Médias