Adam Cianciarulo « c’est la meilleure 11ème place de toute ma vie »

Adam Cianciarulo « c’est la meilleure 11ème place de toute ma vie »

Adam Cianciarulo a serré les dents pour sauver les points à Anaheim 1 ce samedi soir. Avec une épaule en vrac, le pilote Monster Energy Kawasaki n’était même pas certain de pouvoir prendre part à la finale, il repart finalement avec les 12 points de la 11ème place au terme de 22 tours dans la douleur. Parti 3ème, passé second dans le 9ème tour suite à la chute de Chase Sexton, Cianciarulo connaîtra une lente agonie dans les derniers tours et perdra 8 positions en seconde moitié de manche; ce dernier s’avoue quand même satisfait de sa performance compte tenu des circonstances. 

Adam Cianciarulo: « J’ai roulé dans un champ deux fois deux semaines avant l’épreuve, je roulais à 10 km/h… Le lundi matin avant Anaheim 1, j’étais en chemin pour le terrain d’entraînement et je me demandais comment j’allais être capable de rouler. J’ai pris les whoops 2 fois pour voir le mercredi avant l’épreuve … En arrivant ici, ils étaient énormes. J’ai l’impression d’avoir gagné au loto même si ça semble exagéré. Je crois que je n’ai jamais autant dépassé mes attentes. Avant d’aller sur la grille, je me suis dit que si je parvenais à terminer 17ème, c’était une bonne chose; juste de marquer quelques points. Je termine 11, j’ai tenu en troisième place pendant longtemps alors que je sautais dans les whoops. En plus, je suis tombé deux fois lors des essais. […]

Evidemment, ce n’est pas idéal pour une première épreuve mais avec mon épaule … c’est probablement la plus grosse douleur avec laquelle j’ai eu à rouler jusqu’à présent. La piste n’a pas aidé avec les deux grosses séries de whoops, surtout celle après la ligne d’arrivée. Je me sentais bien quand le terrain était encore propre, mais après … Dès que l’avant de la moto partait, je ne pouvais rien faire. J’ai pris un bon départ en finale, j’ai roulé devant, j’ai fait ce que j’ai pu, et c’était terminer 11ème; c’est la meilleure 11ème place de toute ma vie. J’espère ne plus jamais avoir à passer par là. […]

Rouler avec une séparation claviculaire de grade 3, ce n’est pas vraiment idéal. Je n’étais même pas sûr de tenir les 20 minutes de la finale, mais on a discuté avant la course avec l’équipe et ça m’a vraiment aidé à me mettre dans le bon état d’esprit et signer un résultat plutôt impressionnant compte tenu des circonstances. Désormais, l’objectif est de récupérer et d’arriver en meilleure forme chaque weekend afin de se battre pour les victoires le plus tôt possible. »

Médias