Arnaud Tonus « J’avais le potentiel, mais j’ai rencontré des difficultés sur la route »

Arnaud Tonus « J’avais le potentiel, mais j’ai rencontré des difficultés sur la route »

Arnaud Tonus est le sixième pilote de grands prix à avoir annoncé sa retraite sportive au cours de ces douze derniers mois. Le pilote suisse de 30 ans a publié un message sur les réseaux sociaux fin novembre pour annoncer son retrait du mondial MXGP, qu’il avait rejoint en 2017 après une période de trois ans aux États-Unis avec l’équipe Pro Circuit Kawasaki de Mitch Payton.

Arnaud Tonus, qui a roulé pour Factory Yamaha MXGP dès 2017, compte une victoire de GP en catégorie MX2 à son actif, une victoire de manche de mondial MXGP à domicile et 6 podiums d’épreuve en 2019, année lors de laquelle il se classait cinquième du championnat du monde MXGP. Suivi par les blessures tout au long de sa carrière, dont de multiples soucis d’épaule et plusieurs commotions cérébrales, le pilote Suisse a décidé de mettre un terme à sa carrière en GP au terme de la saison 2021, saison au cours de laquelle il n’a signé que quatre résultats dans le top 10 pour le compte de l’équipe Hostettler Yamaha.

« J’ai connu deux années compliquées et cela m’a mis dans une position où il était difficile de trouver une bonne offre. Prendre ma retraite, c’était aussi dans un coin de ma tête depuis quelques mois parce que j’ai enchaîné deux traumatismes crâniens d’affilée et c’était quelque chose qui me pesait. Mon corps réagissait un peu différemment. J’ai travaillé dur pour retrouver toutes mes capacités, mais j’avais encore du mal à retrouver ma vitesse. C’est une accumulation de tout qui a conduit à cette décision. Je ne voulais pas me dire « je ne sais pas ce que je vais faire par la suite, alors je ferais mieux de continuer »… Je voulais savoir si j’avais encore cette flamme pour rouler à ce niveau. Ce n’était pas du tout une question d’argent. Rouler en MXGP exige un engagement à 100 %. Mon amour pour ce sport ne disparaîtra jamais, j’aurai juste une perspective un peu différente. Je continuerai à rouler et à prendre du plaisir sur une moto, mais pas au niveau professionnel. Peut-être que je ferai quelques courses pour le plaisir, mais il n’y a pas encore de plan. »

Arnaud Tonus a rivalisé pour le titre de champion du monde MX2  en 2014 et s’adjugeait sept podiums lors des dix premières épreuves, dont un premier succès en grand prix décroché au Brésil. Une épaule disloquée mettait fin à ses espoirs de titre cette année-là et il traversait finalement l’Atlantique pour rejoindre l’équipe Pro Circuit Kawasaki dès 2015 pour une aventure aux États-Unis qui a été gâchée par la contraction du virus d’Epstein Barr et une fracture du poignet. Le pilote suisse avouait récemment que sa saison 2019 avec l’équipe Monster Energy Yamaha marquait la meilleure année de sa carrière.

« 2019 a été la meilleure saison pour moi, surtout que je revenais en piste après une blessure difficile ; on pourrait dire que ça a été le cas pendant toute ma carrière, mais le problème d’épaule que j’ai rencontré en 2018 a été vraiment sérieux et je ne savais pas si je serais capable de rouler à nouveau. Donc, revenir de cette blessure et connaître ma meilleure année a été vraiment spécial. Il n’y a pas vraiment un moment qui ressort plus que les autres, j’ai traversé beaucoup de hauts et de bas et tellement de choses dans la vie en général. Il faut toujours se remettre en question, creuser et apprendre à connaître son propre corps. Une carrière, c’est bien plus que des résultats, même si ces derniers en font un peu partie ! En tant qu’humain, c’est assez fou de faire l’expérience de la conduite et de la course à haut niveau et le motocross est si exigeant mentalement et physiquement. J’ai découvert beaucoup de choses et je suis heureux et reconnaissant d’être passé par là. »

Arnaud Tonus a fait ses débuts en championnat du monde MX2 en 2009 sur KTM, avant un passage chez Suzuki en 2010, puis Yamaha en 2011/2012 et enfin Kawasaki dès 2013. Même si sa présence en MXGP a été pour le moins sporadique, il a pu assister à l’évolution de la catégorie reine en seulement cinq ans. « Le mondial MXGP est beaucoup plus homogène aujourd’hui. Les meilleurs gars ont toujours été plus ou moins les mêmes, mais maintenant, on peut se battre pour la 19e position tout en étant à seulement deux secondes des meilleurs temps du top 5. C’est nouveau. Je ne pense pas que c’était comme ça avant. C’est génial car ça fait que le sport est passionnant à regarder, mais ce n’est pas pareil quand vous roulez ! C’est frustrant quand on est un peu dans un mauvais jour. C’est difficile à accepter au début. Tout le monde s’est amélioré ».

Arnaud Tonus rejoint des pilotes comme Antonio Cairoli, Clément Desalle, Gautier Paulin, Julien Lieber, Shaun Simpson et Kevin Strijbos en décidant de mettre un terme à sa présence en mondial. Il quitte ce sport avec des titres nationaux suisses et britanniques, mais aussi avec la réputation d’être un pilote technique qui aurait dû gagner davantage. « Je ne regarde pas vraiment en arrière de cette façon. Je sais que j’aurais pu faire mieux dans certains domaines et je suis honnête avec moi-même. Je pense que les blessures ont commencé à me rattraper, pas consciemment, mais peut-être au fond de moi. Après avoir souffert plusieurs fois d’affilée, il est difficile de rouler aussi librement que lorsqu’on était jeune. J’avais le potentiel, mais j’ai aussi rencontré des difficultés sur la route. Ça fait partie de ma carrière. Dans l’ensemble, c’était une expérience très enrichissante »

Via Adam Wheeler – adaptation dailymotocross.fr – images: Bavo

Médias