David Herbreteau « de belles cartes à jouer en 2021 »

David Herbreteau « de belles cartes à jouer en 2021 »

Retour en championnat de France pour David Herbreteau après une saison 2020 passée aux Pays-Bas. Signé par la structure 737 Performance GasGas CBO de Valentin Teillet pour la saison 2021, David évoluera cette année sur le championnat de France Elite MX2 et sur le SX Tour. Après deux années difficiles, loin des paddocks de l’Europe et du mondial, David Herbreteau se relance dans une nouvelle dynamique positive avec la structure Française qui affiche de biens belles ambitions pour la saison à venir. Nouveau départ, nouveaux challenges. Micro

David, tu viens de rejoindre l’équipe 737 Performance GasGas CBO pour la saison 2021. Comment s’est fait ce rapprochement avec Valentin Teillet ?

Tout s’est fait très naturellement. Cela fait plusieurs années que je m’entraînais seul. Pendant l’été, j’ai rejoint Valentin à plusieurs reprises à l’entraînement, histoire de ne pas rouler tout seul. Au fur et à mesure du temps, on a commencé à aborder le sujet, et on a conclu un accord pour 2021.

La transition en 450 annoncée n’a pas été faite en 2020, pourquoi ?

C’était tout simplement une question financière. J’étais parti pour faire une saison en 450, puis j’ai reçu une proposition budgétaire intéressante, et ce n’était tout simplement pas négligeable. D’un commun accord, j’ai donc arrêté ma collaboration avec OXMOTO et j’ai roulé pour l’équipe POL Motors aux Pays-Bas.

@huubmunstersfotografie

L’équipe 737 Performance Gas Gas CBO semble très impliquée avec ses pilotes, très présente, on sent une certaine cohésion et une bonne émulsion. C’est la clef pour réussir en tant que team, et en tant que pilote ?

Aujourd’hui, et grâce à son expérience, Valentin sait que les choses sont beaucoup plus simples pour les pilotes quand ils sentent que le tout le staff est impliqué à 200%; c’est vraiment le gros point fort de l’équipe. La cohésion d’équipe est importante pour le bon fonctionnement du team.

M’entraîner avec les autres ne me dérange plus désormais, j’en ai fait une force et ça m’aide à progresser. À l’époque, on devait tellement défendre nos places dans les équipes qu’on en finissait par instaurer une rivalité entre coéquipiers, et c’était néfaste pour la progression. Maintenant, les teams et les fédérations essayent d’apporter un peu plus de cohésion pour optimiser l’entraînement à son maximum.

Mon but sera d’atteindre mes objectifs cette saison, et de gagner un maximum de courses; le meilleur l’emportera.

David Herbreteau et Thibault Maupin

Qu’est-ce qui fait une bonne, ou une mauvaise structure, selon toi ?

L’honnêteté, l’assiduité, l’implication du staff, des pilotes et la sincérité de chacun.

Des titres nationaux, des perfs en Europe, du mondial, et on perdait plus ou moins ta trace fin 2018. La raison derrière tout ça, c’est quoi ?

Des blessures, des problèmes familiaux, des problèmes personnels. J’ai découvert ce qu’était la vie d’adolescent après m’être privé pendant de nombreuses années. Tout ça, ça m’a fait commettre de nombreuses erreurs.

Aujourd’hui, avec les années et la maturité, je ne regrette rien de ce que j’ai pu faire. Désormais, je me sers de toutes mes erreurs pour entreprendre les choses différemment dans les années futures aux niveaux sportif et personnel.

Je ressors de tout ça avec énormément de maturité.

Cette année, tu partiras sur un programme national en Elite MX2 et sur le SX Tour. Autant je ne me fais aucun souci sur l’élite, autant je n’ai pas souvenir de t’avoir vu beaucoup rouler en Supercross. Nouveau challenge ?

Effectivement je ne me fais aucun souci pour la partie motocross. Je sais de quoi je suis capable, et le team aussi. C’est vrai que je n’ai jamais vraiment beaucoup roulé en Supercross, et le peu que j’ai fait n’a pas été très glorieux. Techniquement, tout le monde sait de quoi je suis capable.

Je vais profiter de l’expérience de Valentin afin d’apprivoiser le Supercross dans les meilleures conditions. J’ai confiance en Valentin, et dans le travail qu’il fournit.

Je pense qu’on a de belles cartes à jouer en 2021.

@Gudesprod

Comment fait-on pour gérer sa préparation hivernale dans ce contexte sanitaire particulier ? On a des dates sur le papier, mais on ne sait pas réellement quand les compétitions reprendront.

Avec Valentin, on se prépare comme si la première course se déroulait au mois de mars. Maintenant, si les épreuves sont décalées, on va devoir revoir les données et le planning d’entraînement.

Je suis actuellement dans l’une des meilleures forme de ma « carrière »; si les courses sont reportées, je continuerai à bosser dur, quoi qu’il arrive.

Pour l’heure, ça ressemble à quoi, une semaine dans la vie de David Herbreteau ?

Une semaine dans la vie de David Herbreteau, c’est 3 séances de renforcement musculaire, 2 à 3 séances de cardio, 3 à 4 entraînements moto par semaine. Le reste du temps, je m’isole beaucoup. Je regarde énormément de vidéos des meilleurs pilotes afin d’en apprendre toujours plus. Après avec la crise sanitaire, on n’a plus beaucoup de contact avec le monde extérieur.

J’ai une routine qui me convient; c’est le plus important.

Dans ce sport, de la passion, au plaisir, à la contrainte, il n’y a qu’un pas ?

Oui tout à fait, tu peux être au plus haut des sommets, et du jour au lendemain te retrouver au pied du mur. Si tu aimes ce que tu fais, et que tu le conçois toujours comme une passion, un plaisir, alors le reste suit !

Sur le long terme, tu te vois revenir sur du mondial (MXGP) ou plutôt rester sur une carrière nationale ?

Honnêtement je ne sais pas. Ce n’est pas une question que je me pose à l’heure d’aujourd’hui, même si le plus haut niveau est le rêve de tout grand sportif ambitieux ! Aujourd’hui, faire de la moto, c’est redevenu un plaisir; mais ça devient aussi un business.

À 23 ans, tu commences à penser au futur et aux projets d’une vie alors il faut gagner de l’argent. Je m’entraîne pour être devant et construire mon futur.

Mais, oui, pourquoi pas. Si j’ai l’opportunité et que j’y gagne ma vie.

C’est quoi, aujourd’hui, le rêve de David Herbreteau ?

Être sur la plus haute marche du podium en fin de saison. Sinon, de pouvoir m’envoler aux USA pour participer à quelques courses d’outdoor en fin de saison.

@Gudesprod

Et pour la rubrique une course, une histoire, ce serait quoi, ton anecdote ?

On est à Bitche, en 2014.

Le week-end avant la course, mon meilleur pote Valentin avait été victime d’une lourde chute sur une épreuve régionale et il avait passé tout le début de semaine dans le coma. Après avoir été à ses côtés toute la semaine, je dois me rendre sur l’épreuve du championnat de France Juniors, à Bitche.

La veille de la course, j’ai demandé à la maman de Valentin de me donner une photo de lui, photo que j’ai soigneusement scotchée sur mon casque !

Je claque la pôle aux essais et je gagne la première manche.

En deuxième manche, et alors que je suis en tête, je percute un pilote retardataire qui avait chuté derrière un saut. Je m’éclate par terre et je casse une vis de pontet. Anthony Bourdon n’était que quelques secondes derrière moi à ce moment-là.

Je parviens à remonter sur la moto, et je finis le tour avec une seule vis de pontet, c’était la grosse galère, le guidon bougeait. J’ai gagné la manche de justesse.

C’était le plus beau cadeau que je pouvais faire à mon meilleur ami.

Des remerciements ?

Oui, j’aimerai remercier les gens qui ne m’ont pas laissé tomber durant ces deux dernières années qui ont été les plus difficiles de ma vie. Ces mêmes personnes qui aujourd’hui continuent de croire en moi; je pense notamment à mon père, à Valentin Teillet, à Pascal Tessier, à Thibaud, à ma sœur, à mes grands-parents, à la famille Bazin, à ma petite amie, à toutes les personnes qui ont contribué, et qui contribuent  encore à ma reconstruction, ils se reconnaîtront.

Image d’introduction: GudesProd

Médias