Interviews

Eli Tomac « Tu ne peux pas te planter dans ce sport, tu dois être performant 30 week-ends par an »

Images: Yamaha Racing

Vainqueur des quatre dernières épreuves disputées sur l’outdoor, Eli Tomac a dépossédé Chase Sexton de la plaque rouge de leader du championnat à Spring Creek. Le pilote Star Racing Yamaha, qui n’a signé qu’un contrat pour le Supercross en 2023, sera-t-il en mesure de conserver cette dernière pour aller décrocher un cinquième, et dernier titre Outdoor ?

Eli, c’est un grand jour, tu t’empares de la plaque rouge du championnat. On fait quoi, à partir de là ?

C’est notre quatrième victoire cette saison, donc on a connu quatre belles courses.  Aujourd’hui, on s’est de nouveau livré à une bataille acharnée dans les deux manches. J’ai été chanceux en première manche, Chase m’a doublé, il avait de meilleures trajectoires et plus de rythme que moi. J’ai fait quelques changements pour la seconde manche et rapidement, j’ai vu que j’étais capable d’être celui qui était le plus à l’aise, j’ai doublé et j’ai pris les commandes de la course. L’équipe a fait du bon boulot entre la première et la seconde manche, c’était chaud, le rythme était très élevé, on va tout donner jusqu’au bout.

En première manche, on voyait bien que Chase était plus rapide dans le premier secteur. As-tu changé quelque chose sur ta moto ou sur ton approche de cette partie de piste en seconde manche ?

Il gagnait du temps un peu partout. En haut de la grande montée du Mt. Martin, il m’a doublé par l’extérieur et je me suis dit « Bordel, comment j’ai pu me faire doubler comme ça par l’exter’ ?« . Il était plus rapide en haut du Mt. Martin, dans le sable, j’ai essayé de m’améliorer dans ces portions en seconde manche.

La plaque rouge appartient désormais à Eli Tomac sur l’outdoor 450

Dans le virage avant l’arrivée, tu utilisais l’extérieur. Tu as fait pas mal de dépassement avec cette trace.

Ouais. Ce qu’il s’est passé, c’est que dans le premier tour, j’ai essayé de doubler Joey Savatgy dans la descente avant ce virage, et nos trajectoires se sont croisées; j’ai été déporté à l’extérieur et je me suis engouffré dans le virage comme ça, par hasard, et ça a fonctionné. La trace était vraiment bonne pendant 10 minutes puis après, c’était terminé, c’est devenu de pire en pire et il m’a fallu reprendre l’intérieur dans ce virage.

On sait que Southwick, c’est difficile physiquement. Ce samedi, tu as dû tout donner en seconde manche Y a-t-il des jours où tu ressens cette fatigue d’après course ?

Oui, mais à mon avis, Southwick est la course la plus difficile physiquement parlant. J’étais vraiment épuisé après cette épreuve la semaine dernière. Spring Creek, tu sens que tu as les jambes lourdes en seconde manche mais pour moi, cette épreuve est loin d’être aussi physique que celle de Southwick. Southwick, c’est la bête noire.

Ce samedi, Eli Tomac a remporté sa 43ème épreuve d’outdoor, toutes catégories condonfues.

Pourtant, tu as donné le maximum dans cette seconde manche aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’ai roulé avec un rythme cardiaque plus rapide que d’habitude mais rouler à Southwick, c’est tout simplement épuisant. Tous tes muscles sont cramés après avoir fait 3.000 squats dans les vagues.

Avec ton expérience, comment fais-tu pour gérer ces efforts physiques de mai à septembre, sans dépasser les limites ?

Gérer ça, c’est quelque chose qu’il faut savoir faire, et cela vient avec l’expérience. C’est franchement difficile. Tu ne peux pas te planter dans ce sport, tu dois être performant 30 week-ends par an.

Alex Martin a annoncé qu’il prendrait sa retraite à la fin de la saison. Quels souvenirs auras-tu de lui ?

Le souvenir que je garderai d’Alex, c’est quand il a sauté par-dessus la banderole publicitaire la semaine dernière à Southwick [rires]. L’effronté. Pour être honnête, c’est la première fois que je le côtoie autant sur la piste cette année. J’ai surtout pas mal côtoyé son frère Jeremy. Alex semble être un mec vraiment cool et j’espère qu’il profitera de ses dernières courses.

Le fameux saut de Martin, pour revenir sur la piste à Southwick le week-end passé

Interview: Conférence de press – Spring Creek

Eli Tomac « Tu ne peux pas te planter dans ce sport, tu dois être performant 30 week-ends par an »
Retour