USA

Jason Clermont – Road to USA #2                    


Ce samedi à Anaheim 1, Jason Clermont n’est pas passé bien loin de se qualifier pour la première finale de la saison de Supercross US 2024. Dans ce second opus de la rubrique “Road To USA”, Jason Clermont revient avec nous sur l’ouverture de son championnat AMA.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un détour par la journée du vendredi s’impose. Alors que les meilleurs pilotes du championnat évoluent sur la piste pour deux sessions de 10 minutes à l’occasion de la traditionnelle “journée de presse”, Jason Clermont et une poignée de pilotes privés observent – eux – depuis les gradins.

“C’est sûr que la journée de presse est un avantage certain pour ceux qui roulent. J’ai regardé les séances lors de cette journée, j’ai regardé les pilotes rouler. Ils ont fait deux sessions de dix minutes et c’est quand même énorme. Surtout qu’ils prenaient toute la piste, à l’exception des whoops. En fin de compte, ils avaient déjà la piste en main dès le vendredi. Moi, c’est vrai que ça m’aurait bien aidé d’y être vu comment le premier essai du samedi était catastrophique. Je ne fais pas partie des tops pilotes, donc … j’attends mon tour [rires]. Déjà que ces mecs ont l’habitude et qu’ils envoient vite les enchaînements. Là, ils avaient déjà passé tous les enchaînements présents sur la piste dès le vendredi. Moi, j’ai attendu le samedi pour faire ces enchaînements et encore, je ne faisais pas les mêmes que les meilleurs pilotes. Même avec les 3 séances d’essais du samedi, je n’ai pas réussi à me décoincer et à essayer d’envoyer ce 3-4-4-1. Je faisais double puis triple sur table, jump-on, jump-off … J’étais lent dans cet enchaînement et il faut encore travailler là-dessus.”

Le samedi, Jason pose ses roues sur la piste d’Anaheim 1 pour la première fois à l’occasion des essais libres. Le garçon dispose alors de 15 minutes pour prendre ses marques et s’imprégner du tracé. Au terme de cette première séance, le Breton enregistre un 1:20.231 et se prend près de 17 secondes par le poleman de son groupe, Jorge Prado.

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

“J’étais dans le groupe B, il y avait déjà beaucoup de grosses ornières et je n’ai pas réussi à faire abstraction de ça, ni à me lâcher. Je n’ai même pas réussi à boucler un tour complet en faisant les enchaînements les plus simples. J’avais l’impression de conduire un camion, je n’avais pas de vitesse, j’étais à l’arrêt partout et du coup mes suspensions ne travaillaient pas. C’était une horreur. Le premier essai, c’était la catastrophe et quand je suis rentré au camion, je me suis dit que je n’avais pas fait tout ça pour rouler comme ça. C’est comme si j’avais fait ma première journée de Supercross à Anaheim ! C’était la m*rde. J’étais bloqué, à l’arrêt, et je n’avais aucune sensation. C’était hyper compliqué.”

Une heure plus tard, Jason Clermont retrouve une seconde la piste pour participer à la première séance qualificative. Durant cette séance, notre Français enregistre un chrono en 1:10.996. Dix secondes de mieux, mais pas encore assez pour intégrer le top 40 qualificatif pour le programme de la soirée; Jason doit alors encore trouver 2 grosses secondes en piste.

“Au second essai, j’arrive à faire un tour à peu près correct dans le tout dernier tour de la séance. Je n’avais même pas réussi à faire un tour correct avant. J’ai réussi à faire quelques enchaînements, c’était un peu mieux. Je retrouvais un peu de sensation sur la moto, sur les suspensions. J’arrivais à les faire travailler, à sauter quelques sections, à me déverrouiller. C’était mieux, mais ce n’était toujours pas ça. J’étais en 1.10.9, encore très, très loin. J’ai eu un gros blocage. La piste n’avait pas été refaite du tout lors des premières séances d’essais. C’était encore plus profond que lors des essais libres, et c’était donc aussi compliqué pour moi. Se lâcher, c’était dur. J’étais comme un piquet sur la moto.”

Le calme avant la tempête

Finalement et lors de la dernière séance qualificative, Jason parvient à trouver ses marques, à améliorer ses chronos et signe un tour en 1:06.330. Un temps qui le place en 36ème position au terme des qualifications, qui lui ouvre les portes du programme de la soirée. Entre le premier et le 40ème de cette première qualification chronométrée de la saison 2024, le top 40 se tient alors en 6.2 secondes. À titre d’information, ce même top 40 se tenait en 8.5 secondes à Anaheim 1 l’an dernier. On parle donc de 2.3 secondes de moins, soit l’équivalent de l’écart entre Jett Lawrence (1e) et Justin Hill (17e) ce samedi.

“À mon avantage, ils avaient refait la piste pendant la pause. Il y a tout de même eu les trois séries de 250, plus la série de 450 avant moi, mais les ornières qui s’étaient refaites étaient beaucoup moins profondes. Le terrain était un peu plus roulant pour moi. Je me suis plus lâché, j’ai réussi à faire un meilleur enchaînement dans la longue série. Avant, je faisais des doubles tout du long et là, je faisais 2-3-on-off et compagnie. J’ai fait 2 tours chronos corrects dans ma série. Le tour faisant plus d’une minute, ça va vraiment hyper vite. Je me suis donné à 100%, j’étais assez satisfait du tour enregistré même s’il y avait encore plein de déchets dans mon pilotage. Ça se joue à rien, c’est vraiment homogène. Jett était en 1 minute et moi en 1 minute 06. Je suis à moins de 6 secondes de Jett Lawrence et je passe 36ème au programme du soir; c’est hyper homogène et serré cette année. C’était un gros soulagement quand la troisième série s’est terminée, car je passais la qualif’ et je pouvais continuer de rouler, et de progresser pendant le programme de soirée.”

Jason (#144) était aux premières loges lors de la chute d’Hunter Lawrence en heat

Pour cette ouverture de saison, le promoteur du championnat de Supercross US a préféré jouer la carte de la sécurité en proposant une piste classique, sans trop de difficultés. Les tops ont pu faire la différence sans prendre trop de risques et tous les favoris sont encore debout pour le second round. On pensera tout de même à Logan Karnow, Dylan Walsh & Lux Turner qui se sont tout de même blessés ce samedi.

“La première série de whoops était vraiment petite, les bosses étaient bien arrondies. Ils se sont quand même bien défoncés, ça partait un peu dans tous les sens, à droite et à gauche de l’arrière mais les whoops n’étaient ni profonds, ni raides. Tu pouvais prendre de la vitesse dedans. La deuxième série était un peu plus profonde, plus pointue, mais ça restait des whoops qu’on pourrait retrouver en France. Il n’y avait pas de gros espaces entre les bosses, ça allait. Ils n’ont pas fait quelque chose de méchant comme je sais que je vais bientôt retrouver, d’ici quelques épreuves. Malgré tout, la piste permettait de faire des dépassements et de la différence, surtout quand je vois combien je me prenais dans les whoops par les tops [rires]. On pouvait toujours s’en coller une bonne, mais il y avait quand même moins de risques de chute. Je pense qu’ils ont essayé de limiter la casse cette fois-ci, c’est bien la première fois qu’on ne voit aucun blessé à la première épreuve. Tout le monde est encore là et c’est bien de pouvoir rouler contre tout le monde; ça veut dire que tu es vraiment à ta place quand ils sont tous là.”

La pub' permet de rester indépendant, et gratuit !

C’est dans le premier secteur que Jason Clermont a rencontré le plus de difficultés ce samedi, et notamment dans le long enchaînement que les meilleurs pilotes s’envoyaient en 3-4-4-1. Jason, lui, assurait le 2-3-on-off-on-off-1, mais perdait de précieuses secondes dans la manœuvre.

“Si j’avais fait cet enchaînement, je pense que j’aurais presque pu décrocher ma place en finale lors de la LCQ. Je me faisais rattraper dans l’enchaînement à chaque tour. J’ai déjà perdu beaucoup de temps – presque deux séances d’essais – pour faire l’enchaînement que je faisais. Envoyer le premier triple assis, dans les longues ornières… Je ne l’ai même pas essayé une fois car je n’étais pas du tout dedans, je n’étais pas préparé à le faire et je ne voulais pas me focaliser là-dessus. Il fallait absolument que je trouve un enchaînement que je pouvais faire facilement et surtout, à tous les tours. Ce sont des choses qu’on va travailler à l’entraînement avec Yannig. On va travailler dans les ornières pour se débloquer sur des enchaînements comme ça. Tant que je n’arriverais pas à faire les mêmes enchaînements que les meilleurs, ce sera compliqué. Quand il y a 25 mecs qui le passent, aller en finale sans faire cet enchaînement, c’est sûr que c’est compliqué.”

Jason, en vert, les tops, en rouge.

Malgré tout, Jason Clermont a réalisé une belle soirée à Anaheim 1. 15ème de sa manche qualificative, le pilote Français sera auteur d’un très bon départ lors de la LCQ et tiendra une place dans le top 4 jusqu’aux dernières minutes de course. Septième de la LCQ, Jason ne loupe sa première finale de la saison que de 3 petites positions.

“J’ai fait un excellent départ de l’extérieur, j’ai bien anticipé mon baissé de grille et j’ai bien tracté, sans cabrer. J’ai fait un bel extérieur dans le premier virage et c’était bien de pouvoir partir devant. J’étais troisième de la LCQ et dans cette manche, tu ne te poses pas 50.000 questions. Je donnais tout ce que j’avais en essayant de faire le moins d’erreurs possibles, tout en essayant de fermer un peu les portes pour tenir le choc. J’étais content car j’ai réussi à tenir une place qualificative plus de 3 tours, ça faisait plus de la moitié de la manche. Après, quand tu as des Noren, des Chisholm, des Lawrence, des Hill …. On en revient toujours au même, c’est dans l’enchaînement que je ne faisais pas qu’ils m’ont tous doublé. C’est ce qu’il me manquait pour décrocher la qualification. Je n’étais pas beaucoup moins rapide sur le reste de la piste, je perdais un peu de temps dans les whoops mais j’aurais pu m’en sortir. Dans les trois premiers tours, et sans passer ce fameux enchaînement, j’arrivais à suivre les mecs de devant en étant vraiment agressif, en tentant de combler mon retard ailleurs. Quand tu prends un risque de croisière, ça devient plus compliqué. Ils sont revenus derrière moi et j’ai perdu du temps à essayer de défendre ma place. Je suis quand même super content de ma LCQ, c’était bien. Je sais ce qu’il manque pour pouvoir décrocher une place en finale. C’était encourageant vu mon début de journée.”

Ce lundi, Jason était de retour à l’entraînement pour préparer Los Angeles @Mailys Bauny

Rendez-vous mardi prochain.

Remerciements: Kawasaki Latitude Moto, Pirelli, Fly Racing, Scar, Freddy & tantine, V and B Blain, C’ Gonflé Loisirs, Une Histoire de Chaussures, Team Berryli4ni, Moto Club Briochin St Brieuc, Exess Moto, Le QG Blain, Cadorelec, Pro Tech Étanchéité, Sani-Chauffe Le Gavre, Abel Pasquet, Gaël Clermont, Cat racing, Pirelli USA, Flavien et Lucile Masselin.

Jason Clermont – Road to USA #2                    

Retour