Interviews

Justin Barcia “J’aime me battre contre Kenny”

Interview: conférence de presse

Depuis son podium décroché à San Diego en début de saison, Justin Barcia n’avait plus trouvé le chemin du top 5 jusqu’à l’épreuve de Daytona, lors de laquelle il terminait 4ème après quelques frictions avec Chase Sexton. Ce samedi, à Indianapolis, Justin Barcia n’est pas passé bien loin d’aller chercher Ken Roczen pour la victoire au terme d’un finish disputé; il termine finalement second dans l’enceinte du Lucas Oil Stadium et ramène son meilleur résultat de la saison. Micro

Justin, quel bilan tires-tu d’une course comme celle-ci, lors de laquelle tu rattrapes Kenny, mais que tu ne trouves pas l’ouverture. Un finish impressionnant, mais un peu de déception ?

C’est sûr que je voulais gagner, c’est mon objectif. C’était vraiment une bonne journée, j’ai vraiment pris mon pied. La moto était au top, je me sentais bien dessus et j’ai aimé le tracé, il était vraiment difficile. C’est aussi pourquoi on fait tous ces entraînements, ce physique, parce qu’on termine lessivé. J’ai tout donné. Kenny a vraiment bien roulé, c’était intense. Je suis content, quoi qu’il en soit. Je ne suis pas monté sur le podium depuis quelque temps mais à Daytona, je n’étais pas loin. Je savais – suite au week-end passé – que j’allais être en bonne posture. On a fait une bonne semaine d’entraînement avant Indy. J’ai fait en sorte d’être intelligent, pour rester sur mes deux roues. Ma vitesse était bonne. J’aurais aimé repartir avec la victoire, mais on ne peut pas gagner à tous les coups, on va de nouveau essayer le week-end prochain.

Est-ce que tu avais repéré un endroit sur la piste pour faire un éventuel dépassement sur Kenny ?

Oui. Je sentais vraiment bien sur le triple-triple-simple et dans les whoops. Je me disais que si je prenais bien ce 3-3-1 et que j’arrivais vite dans les whoops, j’avais une chance de le doubler. Vu comment ça se déroulait, j’aurais pu le doubler mais je n’étais jamais assez proche de Kenny dans cette portion de piste. Kenny était un peu meilleur que moi sur une partie de la piste, et moi sur une autre, mais on était si proche en terme de vitesse que je n’ai pas pu porter d’attaque. J’ai adoré les whoops, ils ont joué en ma faveur ce soir. J’ai évité cette grosse ornière du milieu, et je les ai pris du côté droit toute la soirée, et j’ai pu les dribbler pendant toute la finale. C’était un bon point. Le week-end passé, ça a bien marché dans les whoops pour moi, et de nouveau ce week-end. Je suis content d’avoir été en mesure de revenir également, même si je suis un peu déçu par ma sortie de grille. J’ai pris des bons départs cette saison mais je n’ai pas fait la meilleure sortie de grille à Indy. C’était une bonne course, Kenny a super bien roulé, alors bravo à lui.

Tu as été le voir après la course. On a pu voir du respect entre deux concurrents, c’était un moment assez spécial.

J’aime me battre contre Kenny. Avec lui, on fait toujours de belles courses. On a eu quelques histoires par le passé, mais j’ai eu des histoires avec tout le monde en piste donc… J’étais content pour lui. Je sais à quel point il est difficile d’être dans sa position, je suis passé par là. C’est un bon pilote, un concurrent très fort et j’étais simplement content pour lui. C’était une belle finale et bien sûr que je voulais gagner, mais je l’ai félicité et j’espère que ce sera l’inverse prochainement !

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Tu montres une belle vitesse cette année. Ça vient d’où ? Tu semblais être sur une autre planète en qualif’, et lors de la finale.

Ça s’est bien passé lors des essais pour moi. C’était ma meilleure qualif’ de la saison, un top 5, c’était cool. Je dirais que ça vient de quelques changements au niveau de la fourche. Quelques petites choses qui font que je suis plus à l’aise. L’équilibre est vraiment au top sur cette moto, j’étais juste super à l’aise ici. J’ai fait un bon week-end à Daytona, je me sentais super bien et quand on est rentré, je suis allé m’entraîner chez Davi Millsaps (MTF). Ils ont fait un nouveau terrain de Supercross et j’ai roulé là-bas le mardi et de nouveau, je me sentais super bien. Je suis arrivé à Indy en était confiant et la moto est au top, sur chaque piste, à chaque épreuve. Je pense que tout ça, c’est dû à mon aisance sur la moto, et à une grosse intersaison. C’est dommage que les résultats ne le montrent pas toujours, mais la vitesse est là et ça commence à se voir, mieux vaut tard que jamais.

Est-ce que tu te disais, pendant la finale, “si je dois tomber en essayant de gagner, ainsi soit-il” ? On a vu quelques erreurs, c’était chaud.

Je n’ai pas vraiment eu peur de tomber, je me suis senti en contrôle pendant toute la course. Je ne me suis pas vraiment fait de frayeur. On a l’impression que je suis limite, mais je contrôle. Lors du trackwalk dans la matinée, je me suis dit “je vais juste laisser la moto faire sa vie”, et c’est ce que j’ai fait. Il y avait des portions délicates, c’est clair, comme les whoops mais je les ai adorés. Je suis resté fin dedans, je laissais la moto se balader. Certains appels étaient défoncés, ce n’était pas plaisant, il fallait prendre l’embrayage au bon moment pour être sur de bien passer parce que sinon, on risquait de passer par-devant. Autrement, j’étais en contrôle.

Dans le dernier enchaînement avant la ligne d’arrivée, tu tentais de couper à l’intérieur. Tu finissais par perdre du temps sur Kenny. Tu essayais de trouver comment bien passer dans cet enchaînement ?

Cette portion, elle était frustrante pour moi. C’était probablement la partie la plus simple de la piste, mais j’ai fait d’elle la plus difficile. J’arrivais fort dans le virage, je me précipitais, et il y avait tellement d’ornières que je n’arrivais pas à envoyer le triple à chaque tour. Kenny était bien meilleur que moi à cet endroit-là et c’est là que je perdais du temps. J’aurais aimé pouvoir être meilleur dans cet enchaînement, mais je vais continuer à travailler sur ce point.

Tu es désormais égalité avec Andrew Short – 13ème – au nombre de départs pris. Tu es l’un des fers-de-lance du sport, est-ce que c’est quelque chose que tu te dis ? On a l’impression qu’il t’en reste encore sous le coude.

Je ne me dis pas ça. Je ne le savais même pas d’ailleurs, donc c’est cool. Pour l’heure, je me sens vraiment en forme. Mes entraînements sont efficaces, la  condition physique est bonne, je suis en forme. J’ai ma famille, une bonne équipe, j’ai l’intention de rouler encore quelques années; c’est le plan. J’essaye encore de trouver quelques solutions; j’ai pour objectif de terminer la saison en beauté, avant de voir ce que l’année prochaine me réserve. Je veux continuer à grappiller des places sur cette liste en prenant encore plus de départs, tout en restant en un seul morceau. Je prends vraiment du plaisir à faire ce que je fais. Quand ton travaille consiste à faire de la moto et que tu prends ton pied en bossant, c’est la belle vie.

Tu as été le seul à dribbler dans les whoops toute la soirée.

Comme le disait mon technicien suspension: “dribble jusqu’à ce que tu te satellises”. C’est la devise que je suis. À Daytona, les autres prenaient l’intérieur et sautaient dedans, moi je les ai dribblé toute la soirée. Comme je l’ai dit, je suis à l’aise sur la moto et c’est top. Elle me permet de bien passer dans les whoops et je pense que je suis plutôt bon dedans en général. C’est sûr que c’était difficile car il fallait vraiment prendre l’ornière au plus bas pour prendre les whoops sur la droite et dribbler. J’avais quand même le sentiment que c’était mieux pour moi que de m’engouffrer dans cette ornière du milieu. Je suis vraiment content d’être aussi bon dans les whoops car par le passé, ils m’ont posé problème. Aujourd’hui, je suis du genre à faire le trackwalk en me disant “cool, ces whoops, je vais me les faire !”

Justin Barcia “J’aime me battre contre Kenny”

Retour