MXGP & Europe

Mitch Evans « Mon chirurgien pensait que je ne ferais plus jamais de moto »

Mitch Evans « Mon chirurgien pensait que je ne ferais plus jamais de moto »

Mitch Evans s’apprête à reprendre du service sur l’international d’Italie après avoir été écarté des compétitions pendant un an et demi. Blessé au poignet lors du GP d’Espagne en 2020, le pilote Australien a bien cru ne jamais revenir en piste. Seul en piste la saison passée, Tim Gajser pourra désormais compter sur le retour de son coéquipier chez Honda HRC, ainsi que de la montée de Ruben Fernandez en catégorie reine – mais toujours chez Honda 114 Motorsports. L’union fait la force.

Mitch, ça fait un moment qu’on ne t’a pas vu et que tu te remets de ta blessure au poignet. Comment ça va désormais ?

Ça fait vraiment longtemps et je suis vraiment heureux d’être de retour. Je suis retourné en Australie, et je devais absolument me faire opérer. La douleur que je ressentais en roulant signifiait que je n’étais pas être capable de rouler à mon plus haut niveau. Je n’ai pas vraiment avalé le fait de devoir rentrer en Australie car la saison venait de commencer en Europe, et je regardais les courses à la télévision. Je suis retourné en Australie pendant l’hiver, et c’était difficile au début, mais je me suis dit que je ne pouvais rien y changer, alors j’ai commencé à me concentrer sur ce que je pouvais faire en tant que pilote, en tant que personne, pour m’améliorer. Je me lancé dans une phase de développement personnel; je pense que cela fera de moi un meilleur pilote et une meilleure personne.

Désormais, je suis frais et dispos. J’ai vraiment hâte de reprendre la compétition; je roule depuis quelques mois maintenant. J’ai encore un peu mal quand je roule, mais cela ne va pas me freiner. Il s’agit juste de retrouver ma force et ma condition physique et je suis dans une bien meilleure situation que je ne le pensais. Nous partons pour la Sardaigne cette semaine et nous commencerons à nous entraîner là-bas et à participer à nos courses de pré-saison. Je suis vraiment reconnaissant d’être de retour sur la moto; je profite.

N’as-tu pas craint de devoir mettre un terme à ta carrière ?

Si, c’est quelque chose dont on m’a parlé. Quand j’ai recommencé à rouler en mars ou avril, le chirurgien m’a dit que la première fois qu’il avait vu mon poignet, il pensait que je ne ferais plus jamais de moto. Il n’a pas voulu me le dire en décembre quand il m’a opéré, parce qu’il ne voulait pas que je doute, mais c’est à ce moment-là que j’ai arrêté de rouler pendant longtemps, et que j’ai su que je devais me poser et réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie. Je pensais juste que ma vie serait faite de motocross, encore et encore.  Du coup, j’ai commencé à me concentrer sur moi-même et je sais que le pouvoir de l’esprit peut guérir le corps et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à suivre le chemin du développement personnel. J’ai rencontré beaucoup de gens extraordinaires, des gens qui avaient été dans ma situation et qui l’avaient surmontée sans l’aide d’un médecin.

Devoir prendre autant de temps de repos, ça doit être quelque chose.

J’ai été opéré de l’épaule juste avant de me blesser au poignet et je n’ai eu que trois mois sur la moto avant de me casser le poignet, donc pendant presque deux ans je n’ai pas roulé. Quand le motocross représente toute ta vie depuis toujours, depuis que tu as commencé à marcher, alors tu ne sais pas vraiment quoi faire d’autre. J’ai dû trouver des choses que j’aimais en dehors du motocross, et j’ai découvert que j’aimais des choses que je ne pensais jamais faire, comme du tourisme. Je me sens vraiment frais, j’ai l’occasion de faire un reset de ma carrière. Je considère la saison 2022 comme ma rookie season, tout sera nouveau pour moi. J’ai besoin de retrouver le rythme et la routine.

Louper une saison entière, c’est compliqué, mais penses-tu qu’il y aura plus de pression sur tes épaules, que tu vas devoir consolider ta place chez Honda HRc et montrer que tu as ta place devant en MXGP ?

Je n’ai pas d’attentes pour cette année. La course est différente de l’entraînement. Je ne ressens pas de pression et je n’ai vraiment rien à perdre, simplement car ma dernière course remonte à longtemps et que tous les autres ont roulé, se sont entraînés. Je vais simplement profiter des courses, de l’équipe, des Grands Prix et des voyages à travers le monde. Pour moi, il s’agit désormais de prendre du plaisir et d’être heureux et comme Tim le dit toujours, un pilote heureux est un pilote rapide.

Regarder le MXGP à la TV en 2021, c’était difficile, ou plutôt motivant ?

C’était très difficile à regarder et je n’ai pas regardé les premières épreuves de la saison, j’ai fait en sorte d’être occupé quand elles passaient à la TV. En Australie, les courses commençaient vers 21h et la dernière course vers minuit ou même plus tard. Si je regardais, c’était seulement les premières manches et quand le championnat était vraiment serré vers la fin, je regardais tout. Je savais que je n’allais pas rouler de toute façon, donc j’ai accepté ma situation et je me suis concentré sur ce que je pouvais faire pour être dans la meilleure position possible cette année, donc j’ai commencé à regarder les manches, et j’ai essayé d’en apprendre un peu. 

Tu t’entraînes toujours avec Eric Sorby dans le sud de la France ? Ruben Fernandez a récupéré ta moto en fin de saison dernière, n’étais-tu pas un peu inquiet de le voir prendre ta place chez HRC ?

Eric m’a beaucoup aidé et je suis dans le sud-ouest de la France. Eric reste un gars simple et cool, et j’aime ça. Concernant Ruben, j’étais content pour lui, nous sommes de bons amis. C’était dommage de ne pas voir la moto sur la piste en 2021, donc c’était cool d’avoir les deux motos en piste pour le team HRC en fin d’année. Je n’ai pas eu de commentaires au sujet d’un remplacement, mais des gens m’ont envoyé des messages pour me dire qu’il avait pris ma place; mais j’ai une excellente relation avec le team HRC, et je leur suis reconnaissant de continuer à me soutenir.

Les pilotes australiens sont en forme en ce moment. Penses-tu qu’il est possible que l’Australie remporte le Motocross des Nations à Redbud cette année ? 

Absolument. J’en parlais justement avec mon agent qui est aussi l’agent des frères Lawrence. Ce serait formidable pour le motocross en Australie, et c’est sans aucun doute un objectif pour nous. J’aime vraiment la piste de Redbud et l’Amérique est similaire à l’Australie en terme de culture. Le motocross américain est très populaire en Australie parce que c’est – pendant longtemps – tout ce qu’on pouvait voir à la TV. Je n’ai suivi que les courses américaines quand j’étais gamin, parce que c’était tout ce qu’on pouvait regarder.

Retour