Dirk Gruebel: « Lommel n’est pas envisageable »

Dirk Gruebel: « Lommel n’est pas envisageable »

Les nouvelles en provenance du clan Red Bull KTM ne sont pas celles espérées. Alors que Jeffrey Herlings va louper le cinquième grand prix de la saison – Loket – ce weekend, il est déjà question que le pilote Néerlandais fasse également l’impasse sur le prochain grand prix, qui se tiendra le 1er août prochain dans le sable de Lommel. Touché à l’omoplate à OSS après s’être ramassé Ivo Monticelli sur le dos, les scanners ont révélé que la blessure de Jeffrey Herlings était finalement plus contraignante qu’initialement espérée; si aucune date de retour n’est encore envisagée, la présence de Jeffrey Herlings en Belgique semble dors et déjà pliée. Dirk Gruebel a donné des nouvelles de son pilote lors du Studio Show de Loket, ce matin même.

Dirk Gruebel: « L’omoplate est fissurée. La semaine dernière, les premiers scanners ont révélé une petite fissure au milieu de l’omoplate, alors on s’est dit que ce n’était pas trop grave, qu’il pouvait guérir et qu’il serait peut-être de retour pour Lommel. Lundi, les scanners ont été un peu compromis parce que la fissure est plus grosse que prévue. Il n’a pas besoin d’une opération, mais nous allons le laisser se reposer pour le moment et nous ferons d’autres scanners d’ici quelques jours. On verra comment tout ça va se dérouler, mais pour moi, Lommel n’est pas envisageable, c’est clair, c’est trop tôt. On va utiliser toutes les techniques de stimulation osseuse existantes et on va voir pour modifier un peu son alimentation pour faire remonter le calcium, mais il n’y a pas grand-chose à faire avec un os fracturé. La chose la plus importante, c’est de prendre le temps. […]

Depuis que les pilotes partent sur les grilles en métal, le kit départ enfourche la fourche vraiment bas pour tout le monde, pour empêcher les pilotes de partir en roue. Si vous avez un départ en montée comme à OSS, alors il ne se désengage pas. Dans la première descente, il n’y avait pas de bosses, donc le kit départ ne s’est pas désengagé. En montant ensuite, Jeffrey allégeait la roue avant pour passer au-dessus des vagues, ce n’était toujours pas suffisant pour désengager son kit départ surtout que c’était du sable. Au saut suivant, il s’est désengagé et ça a absorbé le saut; on va dire que Jeffrey était un peu plus court, mais pas tant que ça. On peut voir que Romain Febvre a sauté la même distance. Mais Ivo Monticelli, je ne sais pas, il a juste envoyé le saut et il n’avait nulle part où aller. […]

En 2019 en Lettonie, on ne savait pas qu’il était blessé [pied fracturé lors du tour de reconnaissance], Jeffrey nous avait juste dit qu’il avait mal, mais cette fois-ci c’était clair, il nous a montrés que quelque chose n’allait pas. Jeffrey n’est pas vraiment le genre de gars qui montre beaucoup de choses en temps normal, il a un seuil de tolérance à la douleur tellement élevé, il passe par des étapes que vous ne pouvez pas imaginer. Cette fois, il nous l’a montré sur la piste, il lâchait le guidon et laissait son épaule retomber de temps en temps. Pendant la course, je me demandais s’il allait réussir à terminer comme ça. Mais quand il s’est rapproché des autres pilotes, il s’est même repris, il est allé les chercher un par un et il a gagné cette course, c’est quelque chose d’exceptionnel. Si vous demandez aux gens ce que ça fait une omoplate fracturée, ils vous diront que c’est comme avoir un couteau dans le dos et Jeffrey, il roule en Motocross avec ça … »

Médias