USA

Fin de saison pour Mitchell Falk

Fin de saison pour Mitchell Falk

Blessé en 2019, blessé en 2020, blessé en 2021, et blessé en 2022. Mitchell Falk est complètement passé à côté de ses premières années chez les professionnels et son avenir dans le sport semble pour le moins incertain.

Pilote Troy Lee Designs KTM pour ses débuts chez les professionnels en 2019, Mitchell Falk avait rapidement perdu son guidon d’usine après deux blessures successives. Sauvé par la petite structure BWR Engines en 2020, Mitchell Falk avait participé à 6 des 8 épreuves du SX US 250 côte Ouest, son plus grand taux de participation sur une saison jusqu’à présent. Signé par l’équipe AJE Motorsports à l’intersaison 2020/2021, le garçon s’était fracturé le fémur à l’entraînement et n’avait roulé qu’à deux reprises sur l’outdoor (25ème à Fox Raceway et 20ème à Thunder Valley) en 2021. Autant dire que les jokers ont été largement brûlé, et que 2022 figurait clairement comme l’année de la dernière chance pour Mitchell Falk, mais c’est finalement sans lui que la saison de Supercross 250 sur la côte Ouest se disputera.

Gêné par des problèmes de nerf sciatique, Mitchell Falk met déjà un terme à sa saison 2022. Il a été remplacé par le Britannique Jack Brunell à Anaheim 1 – qui s’est blessé au tibia et au poignet – mais qui reviendra tout de même en piste dès ce weekend à San Diego après avoir fait l’impasse sur l’épreuve d’Oakland.

Mitchell Falk: « Malheureusement, je ne participerai à aucune épreuve du championnat de Supercross cette année. J’ai un disque qui appuie sur mon nerf sciatique, c’est quelque chose que je traite périodiquement depuis plusieurs années. Pour ceux qui ne le savent pas, ce nerf part du bas du dos et descend le long des jambes, puis se sépare en d’autres nerfs pour se terminer dans les pieds. Parfois, j’ai l’impression que quelqu’un me poignarde dans le dos et m’envoie au sol. En plus de cela, j’ai constamment une douleur profonde des hanches jusqu’aux mollets et des fourmillements dans les pieds. Au fil des ans, le problème s’est aggravé à cause de l’entraînement et des courses et ça ne s’améliorait qu’après avoir pris quelques jours de repos complet. En juillet, ce problème a réapparu et n’a pas disparu après quelques jours de repos. Depuis juillet, j’ai suivi de nombreux traitements ainsi qu’une thérapie physique de 3 jours par semaine pour résoudre le problème. La douleur a finalement disparu à la fin du mois de novembre et j’ai roulé pendant un mois sans problème. La semaine avant Anaheim 1, la douleur est revenue. Certains des symptômes se sont atténués depuis, mais j’ai besoin de plus de temps. C’est dévastant et il semble que la tempête qui stagne au-dessus de moi ne veuille pas partir. Du point de vue extérieur, je comprends que les gens pensent que j’ai tout simplement merdé en montant chez les professionnels. Mais je sais au fond de moi que j’ai donné mon maximum et que je ne changerais rien, sauf peut-être ma main dans ce jeu de cartes … Je ne suis pas sûr de ce que mon avenir me réserve, mais pour l’instant, ma priorité est de pouvoir profiter de la vie et de ne plus souffrir. Je ne dirai pas que j’en ai fini pour de bon parce que je sais que j’ai le potentiel si jamais j’étais en mesure d’entamer une saison à 100%. Sur la moto ou ailleurs, je donnerai toujours le meilleur de moi-même. »

Retour