Hunter Lawrence « Ce n’est qu’une troisième place, pas de quoi sauter au plafond »

Hunter Lawrence « Ce n’est qu’une troisième place, pas de quoi sauter au plafond »

Engagé de dernière minute sur la côte Ouest suite à la blessure de son frère Jett, Hunter Lawrence débute sa saison 2022 avec un podium à Anaheim 1; un goût d’inachevé pour le pilote Honda HRC qui – auteur d’un très mauvais départ en finale – visait la victoire d’épreuve à l’Angels Stadium; ce n’est que partie remise. 

Hunter Lawrence – en conférence de presse: « Mon départ était vraiment mauvais en finale. La grille a bougé plusieurs fois et on a vu genre sept gars tapper dedans. J’ai cru qu’on allait redémarrer la finale parce que la grille n’est pas tombée quand elle a bougé, et finalement, ça n’a pas été le cas, alors je me suis mis dans ma course. Ce n’était pas simple, j’ai tout simplement dépassé les pilotes jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus un seul devant moi. Ce soir, c’était la troisième place qui m’attendait, c’est correct. Il faut faire de son mieux, essayer de rester dans sa zone de confort même s’il faut parfois dépasser les limites. Voir des gars se blesser comme ce soir, ce n’est jamais une bonne chose. Moi, je suis resté concentré sur moi-même. […]

Ce n’est qu’une troisième place ce soir, donc pas de quoi sauter au plafond mais je me sens bien. Il y a beaucoup d’épreuve à disputer et je vais continuer à faire ce que je fais jusqu’à présent; on va travailler dur semaine après semaine et on verra où ça nous mènera. En ce qui concerne Jett, ça ne me dérange pas que les gens pensent ou disent qu’il est meilleur que moi; peu importe… […]

Dans le dernier tour, c’était genre « advienne que pourra » pour être honnête. C’était un pen tendu. Je suis atterri sur quelques blocs de paille. Je n’ai pas fait tomber Garrett Marchbanks en le doublant, je l’ai passé proprement. J’aurais pu percuter Seth Hammaker bien plus fort mais je me suis dit que c’était dépasser les limites de ce qui était acceptable, et que ce n’était pas nécessaire. J’ai juste tout donné. En toute honnêteté, je savais que je revenais sur l’avant de la course et j’ai vraiment attaqué dans les derniers tours. Je savais que j’étais mieux physiquement, et plus fort qu’eux. Rien de plus; j’ai juste fait ce qu’il fallait faire.

Les gars étaient juste devant moi, ils étaient vraiment proches de moi, alors pourquoi ne pas tout donner ? Ce n’est pas vraiment comme si on jetais les dés, tout ce qu’on fait est calculé. Vu comment on était proche, il aurait fallu être une mauviette pour se contenter de la quatrième place, alors j’ai foncé […] »

Médias