Interviews

Cooper Webb “Je n’ai jamais perdu l’objectif de vue”

Interview: Conférence de presse

Voilà bientôt un an que Cooper Webb n’était plus monté sur la plus haute marche du podium. Depuis le Supercross d’Arlington en Février 2023, Cooper n’avait plus goûté à la victoire et c’est dans la douleur qu’il avait vu sa saison de Supercross prendre fin à Nashville l’an dernier. Un changement d’équipe plus tard – un retour aux sources avec Star Racing Yamaha – et voilà Cooper Webb de retour aux avant-postes, et de nouveau dans la course au titre. Le garçon devient le quatrième vainqueur différent cette saison, en autant d’épreuves. Il repart d’Anaheim 2 avec la troisième place du provisoire, à 6 points de la plaque rouge toujours détenue par Aaron Plessinger. Micro.

Cooper, félicitations. Une première victoire pour toi cette saison. Ça fait quoi de gagner cette épreuve, dans ce format triple crown ?

C’est vraiment génial. J’ai été régulier toute la journée et comme je n’arrête pas de le dire, c’est bizarre de l’emporter sans gagner de finale. Ça ne change rien, c’est bon de gagner ma première course de la saison. La fin de saison dernière a été brutale et ça fait vraiment du bien d’être sur la plus haute marche du podium, d’être dans la course au titre, de représenter ma nouvelle équipe et mes nouveaux sponsors de cette façon là. C’est top.

La semaine dernière lors de la conférence de presse, tu semblais vraiment avoir les yeux rivés sur ce titre, tu semblais en contrôle et encore très fort mentalement. Comment est-ce que tu arrives à te mettre dans cette position à chaque fois ?

En fait, je pense que c’est juste que dans l’ensemble tout se passe très bien. La nouvelle moto me permet d’attaquer un peu plus fort. L’an dernier, je me suis énormément reposé sur ma régularité et ma vitesse n’était pas vraiment au rendez-vous à chaque fois. Là, je sens que je peux avoir la vitesse quand c’est nécessaire. Je peux bouger un peu mieux sur la piste, avec la moto. Je suis toujours très motivé, je m’éclate, et je suis au sein d’une équipe solide. Mentalement, ce changement d’équipe a été vraiment positif pour moi. J’apprécie de nouveau fournir le travail nécessaire. J’ai un bon groupe avec qui m’entraîner et le team est au top. Ce n’est pas simple de faire en sorte qu’Eli et moi on soit tous les deux contents, puisqu’il n’y a qu’un seul vainqueur, mais l’équipe a fait le nécessaire pour nous trois (ndlr: Justin, Cooper & Eli) et pour qu’on soit dans une bonne position; c’est le plus important. J’ai toujours été quelqu’un de très confiant et vers la fin de la période d’intersaison, quand j’ai vu ce que j’étais capable de faire sur la moto, je savais que ça allait payer sur la piste. C’est le cas et ça fait du bien.

Cooper Webb n’avait plus gagné depuis Arlington, en Février 2023

Tu as gagné ce soir en jouant le jeu de la régularité. C’est comment de gagner Anaheim 2 sans gagner une finale ce soir ? Tous les points comptent, sur ce type d’épreuve.

C’est difficile et surtout lors de la dernière finale. Dans ma tête, je faisais les calculs dans le premier tour de la dernière manche et je pense que c’est pareil pour tout le monde quand on sait qu’on est dans une bonne position avant la dernière manche. Quand tu roules bien dans les deux premières manches, la troisième et parfois plus simple. C’était le cas pour moi, j’avais une bonne marge de manœuvre et j’ai pu me contenter d’une course en solitaire en cinquième place. C’est sûr que c’est un peu bizarre de ne pas franchir la ligne d’arrivée en premier, et de gagner quand même. C’est ce qui fait que ce format Triple Crown est unique. On a vu ce genre de scénario par le passé, et on peut aussi voir les points s’envoler en une seule mauvaise course, ou finir sur le podium si on sauve la mise lors des deux dernières en cas de raté lors de la première finale. Rien n’est jamais acquis dans ce type de format; tu peux être dans une bonne position après les deux premières finales mais il faudra toujours faire attention dans la dernière. Dans la dernière finale, Jason était devant moi et je l’ai vu tomber. Ce n’était pas franchement le scénario idéal parce que je me suis directement dit que je pouvais me relâcher. Je suis quand même content d’avoir pu me retrouver dans une aussi bonne situation au fil des manches.

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Tu as été malade cette semaine. Est-ce que ça t’a affecté plus que d’habitude avec ce format particulier ?

Ce n’est jamais idéal mais à un moment ou un autre, on se retrouve tous confrontés à ça. On est là, on ne se sent pas vraiment au top et on doit quand même serrer les dents, et faire au mieux. Ce n’est jamais une bonne situation dans laquelle se retrouver mais c’est le sport et finalement, j’ai su tirer mon épingle du jeu en me mettant dans de bonnes positions. C’était tout de même plus difficile avec ce format.

Qu’est-ce que tu as pensé de la réaction du public qui a hué Jett en cérémonie d’ouverture, après ce qu’il s’est passé avec Jason à San Diego ?

Je n’étais même pas au courant qu’il avait été hué. C’est dingue. On vit dans un monde où il se passe certaines choses assez folles, surtout sur les réseaux et Internet. C’est toujours mieux de rester concentré et de garder certaines choses pour soi. Autant, tu peux vouloir en foutre plein la gueule à un mec, autant il faut savoir garder tout ça pour toi.

L’officiel Star Racing Yamaha est plus que jamais dans la course au titre

Tu voulais être dans la course au titre cette année; tu décroches la victoire, tu n’es plus qu’à 6 points de la plaque rouge. Tu as roulé sur le championnat SMX l’an dernier pour ton retour en bleu mais tu n’étais pas vraiment dans le coup. En ce début de saison, c’est un Cooper Webb bien différent en piste.

Ce championnat SMX ne s’est pas très bien déroulé pour moi, comme je l’ai déjà dit. En y repensant, je n’étais pas prêt, tout simplement. Je pensais l’être, mais je ne l’étais pas. Quand tu montes sur une nouvelle moto et que ton programme change, tu es du genre à être vraiment excité mais ça ne marche pas toujours. C’était quand même bon à prendre. Comme je l’ai dit à l’intersaison, c’était bénéfique pour moi de pouvoir rouler à ce moment-là, et surtout de me faire battre à plate couture … J’ai pu trouver des solutions, et j’ai aussi réglé certaines choses au niveau de la santé, ça m’a vraiment aidé. Il fallait se faire à la nouvelle moto, faire confiance en la direction que prenait l’équipe, apprendre à travailler avec des nouvelles personnes, faire des journées solides à l’entraînement. C’est fou de voir les progrès effectués entre septembre et janvier, la différence est énorme. C’est très encourageant. Le Supercross, ça a toujours été un peu plus naturel pour moi et je sais que je suis en mesure de me battre pour décrocher des titres dans la discipline. Je n’ai jamais perdu l’objectif de vue, même si les résultats décrochés sur le championnat SMX l’an dernier étaient décevants.

Tout est très différent chez Star Racing maintenant. Le personnel a changé, les suspensions de la Yamaha sont très différentes de l’époque où j’étais chez eux. La façon dont le team est géré est différente aussi. Ça reste une Yamaha mais tout a changé. Quand j’ai re-signé chez eux, les gens me disaient que j’avais la mémoire courte mais je leur répondais que non. Je connais ce groupe de gars, je me souviens du succès qu’on a rencontré ensemble en 250 et même des bons résultats signés quand j’ai fait quelques piges en 450 alors que j’étais encore en 250. Tout a changé depuis l’époque, la progression a été folle.

Enfin une épreuve sur du sec après deux rounds dans la boue. On imagine que c’est plus simple de tirer des conclusions sur sa forme ou le développement de sa moto dans ces conditions

On ne peut pas vraiment faire de bilan dans la boue. Aujourd’hui, on avait déjà un peu plus de visu mais le format triple crown est encore un format différent. Je pense que tu peux quand même tirer des conclusions. Anaheim 2, c’était vraiment très différent d’Anaheim 1; il y avait des portions truffées d’ornières et des portions très sèches. C’était bon de pouvoir avoir un feeling différent sur la piste, avec la moto, dans des conditions plus sèches.

Dans les whoops, vous pouviez dribbler, sauter, faire un peu des deux. Comment on faisait pour savoir comment les aborder alors qu’ils changeaient à chaque tour ?

Ils étaient difficiles mais si tu trouvais un bon rythme en les dribblant, ça passait bien. Les passer en 3-3-3 semblait être la façon la plus efficace. Moi, je préfère toujours sauter dedans car on peut économiser un peu d’énergie de cette façon là. C’était ma stratégie pour la soirée. Les whoops ne se sont pas trop détériorés et on pouvait les prendre convenablement. Il y avait deux séries ce week-end, c’est toujours un peu plus difficile qu’une série. Moi, j’ai trouvé qu’on avait eu une bonne piste ce soir.

Cooper Webb “Je n’ai jamais perdu l’objectif de vue”

Retour