Dylan Ferrandis “Cette saison de Motocross, c’est un rêve”

Dylan Ferrandis “Cette saison de Motocross, c’est un rêve”

S’il parvient à terminer devant Ken Roczen au général à Fox Raceway le weekend prochain, Dylan Ferrandis décrochera le titre de champion de Motocross US 450 dès sa première année dans la catégorie. Il succèderait alors à Jean Michel Bayle – 30 ans plus tard – en devenant le second Français à battre les Américains en catégorie reine sur l’outdoor. S’il se refuse encore à trop y penser, on ne peut s’empêcher de le faire pour lui. Chacun caresse l’espoir de voir Dylan Ferrandis titré dès samedi prochain. Le pilote Français est monté sur le podium à chaque épreuve et réalise une saison d’exception qui restera dans les annales.

Dylan Ferrandis – en conférence de presse: Je me sentais bien dès le matin, j’ai fait de bonnes séances d’essais. En première manche, quand j’ai pris la tête de la course et que j’ai attaqué, je n’avais plus d’énergie ni de force, j’étais fatigué. C’était tout de même suffisant pour gagner la manche, ça m’a un peu surpris. J’ai juste essayé de rester concentré sur moi-même. Je me disais qui si Tomac me doublait, ça irait. Le contrer, ce n’est pas vraiment mon objectif principal. Mon but, c’est de battre Ken. J’essayais juste de faire ce que j’avais à faire et si Eli me rattrapait, je me disais que ça irait. Il n’a jamais trouvé le moyen de me dépasser, mais j’étais fatigué. La deuxième manche a été encore pire. J’ai signé le holeshot, donc ça m’a aidé, mais pendant les premiers tours, j’étais juste à court de jus. J’étais en mode survie toute la journée. Ce n’était pas vraiment une journée très fun pour moi. J’ai beaucoup souffert. Vu la façon dont j’ai attaqué le week-end dernier, je m’en doutais un peu. À Budds Creek, j’ai attaqué si fort pour aller gagner qu’il y a inévitablement des conséquences qui se répercutent le weekend suivant. […]

Ce weekend, j’ai détesté les copeaux de bois. Honnêtement, c’est naze pour les courses. Ils n’en ont pas mis partout sur la piste, mais dans les sections où ils ont mis les copeaux de bois, je pense qu’il n’y a eu aucun dépassement… Heureusement qu’ils n’en ont pas mis partout sur la piste. Je ne comprends pas pourquoi de plus en plus de clubs font ça. C’est vraiment mauvais pour le sport parce que pour nous, les pilotes, ce n’est pas confortable. Impossible de faire confiance à la piste, on ne sait pas trop dans quoi on met nos roues. C’est mon opinion. J’étais déçu à cause de ça car Ironman, c’est l’une des pistes préférées du circuit pour de nombreux gars. Ces dernières années le tracé a été excellent, et cette année il y avait beaucoup de copeaux de bois, donc j’ai été surpris et pas vraiment content de voir ça. Quoi qu’il en soit, la piste était cool, on a pu faire de belles courses. [….]

Le titre est à porté de main pour Dylan Ferrandis

Il y a encore quatre manches à disputer et des points à gagner, donc je dois encore attaquer et faire de mon mieux pour essayer de battre Ken. Si en fin de journée le week-end prochain, j’ai réussi à augmenter mon avance d’un point sur Ken Roczen, alors ce sera fait. Pour l’instant, j’ai encore besoin de marquer ces points. Je vais continuer à travailler et on verra ce qu’on pourra faire la semaine prochaine. […]

J’attends l’arrivée d’Eli dans l’équipe avec impatience, bien sûr. C’est l’un des meilleurs du sport. Je regarde toujours les meilleurs. Je ne sais pas trop quoi dire … Je ne sais pas vraiment ce qu’il fera exactement l’année prochaine. J’espère qu’on pourra partager beaucoup de choses. Ce sera une super expérience d’avoir l’un des meilleurs pilotes comme coéquipier. Ces gars, je les regardais quand j’étais en 250, et maintenant, je dois les battre, c’est difficile. J’essaie de ne pas y penser et j’essaie de rester concentré sur la victoire. Ce weekend, dans la deuxième manche, il a été incroyable. Il était vraiment sur le coup et ni moi, ni personne, n’aurait rien pu faire. Dans un jour comme celui-ci, quand il veut gagner, qu’il se sent bien sur la moto, avec ses réglages, il est imbattable, je pense […].

30 ans après Jean Michel Bayle …

Remporter un championnat dès ma première saison en 450, ce serait irréel. J’essaie de ne pas trop y penser. En ce moment, je suis dans une superbe position au championnat. J’essaie juste de ne pas y penser parce que j’en pleurerai rien que d’y penser tellement c’est fou, et tellement ça fait du bien. J’essaie vraiment de ne pas y penser. Je veux juste faire course par course et essayer de faire du mieux que je peux, et on fera les comptes en fin de journée. Pour sûr, cette saison de motocross, c’est un rêve, c’est irréel ce que j’ai fait. Je suis vraiment heureux. Comme je l’ai dit, je ne veux pas y penser. On verra à la fin de la saison. […]

Je suis en Floride désormais, mais bien sûr, je travaille toujours avec David Vuillemin. Il fait tout mon programme sur et en dehors de la moto. En 250, il était là à chaque fois parce que j’avais besoin de faire de gros progrès sur la moto, en dehors de la moto et tout ça, mais maintenant je sens que j’arrive au point où je suis proche d’être bon sur tous les plans. En 450, il s’agit plus de régler la moto comme il faut, pour soi-même. C’est pour ça que nous avons décidé d’aller en Floride et lui de rester en Californie parce qu’on fait beaucoup de testings et quand on test, c’est difficile pour lui de m’entraîner et c’est difficile pour lui de m’aider. C’est comme ça depuis cet été, et ça marche très bien. Mais tout s’est bien passé. Je suis le programme de David à 100 %. Je pense qu’il est vraiment satisfait en ce moment.”

Médias