Ryan Sipes de retour à Atlanta

Ryan Sipes de retour à Atlanta

Le calendrier 2021 de Ryan Sipes ne désemplit pas malgré la situation sanitaire. Sous ses nouvelles couleurs – Troy Lee Designs GasGas – le vétéran de 36 ans a fait son retour derrière les grilles du Supercross US le weekend dernier à l’occasion de l’épreuve de Daytona.

Onzième des essais chronos, Ryan Sipes avait commencé la soirée du bon pied avant d’encaisser un gros tampon de la part du pilote Nuclear Blast Yamaha Hardy Munoz dans le premier tour de sa manche qualificative; manche immédiatement stoppée sur un drapeau rouge après la chute d’un pilote.

Ryan Sipes parviendra tout de même à se qualifier avec une 5ème place en heat lors du second départ; direction la finale 250 de Daytona avec une main en vrac, et la douleur plus que jamais présente. Dans l’incapacité de tenir son guidon correctement, le pilote GasGas a enroulé tous les tours dans la douleur pour finir 21ème avec un tour de retard sur Cameron McAdoo.

Les examens de la main n’ont pas révélé de fracture et Ryan Sipes n’a pas dit son dernier mot pour la saison 2021 puisqu’on le retrouvera également derrière les grilles de départ d’Atlanta 1 & 2 les 10 et 13 avril prochains. Par la suite, Ryan Sipes s’alignera en flat track, en GNCC, sur l’extrême d’Erzberg, avant de finalement s’aligner derrière les grilles du Motocross US à High Point, Redbud et Washougal. Autant dire qu’on n’a pas fini de voir, ni d’entendre parler de Ryan Sipes cette année.

Ryan Sipes:Daytona ! Quel week-end… Je ne fais pas beaucoup de supercross ces derniers temps, juste un ou deux par an, mais Daytona est toujours sur ma liste. Une course historique, et un peu différente de toutes les autres épreuves de SX. Un peu différent… donc c’est tout à fait mon rayon. Les essais se sont bien déroulés. J’ai pu me qualifier 11e et avoir un bon choix de grille pour la manche qualificative. J’ai pris un bon départ et puis… Le premier clip montre ce qui s’est passé dans le premier tour. Harrison a recoupé très tôt, alors j’ai dû faire de même. Je me suis fait exploser. J’ai encaissé avec la main, mais l’adrénaline est une drogue puissante. Heureusement, j’ai pu revenir derrière la grille, prendre un autre bon départ, et me qualifier pour la finale avec une 5ème place. L’adrénaline dont j’ai parlé il y a deux secondes… n’était plus tout à fait la même pour la finale. Ma main était de plus en plus douloureuse, mais j’ai fait de mon mieux et j’ai terminé la course. Ce n’est pas le résultat que je voulais ou pour lequel je me suis entraîné, mais maman n’a pas élevé un lâche ! […] On se voit à Atlanta”

Médias