Jordan Jarvis « J’ai toujours voulu rouler en mondial féminin »

Jordan Jarvis « J’ai toujours voulu rouler en mondial féminin »

Alors qu’une bonne poignée de pilotes Européens rêvent d’une carrière à la Roczen, Musquin ou Ferrandis de l’autre côté de l’Atlantique, Jordan Jarvis – elle – rêve de faire le chemin inverse, et d’une place dans les paddocks du mondial féminin.

Pilote féminine la plus en vogue aux Etats-Unis et collectionnant les titres amateurs par dizaines, Jordan Jarvis est passé de l’autre côté du spectre. En se qualifiant pour deux épreuves de l’outdoors US parmi les hommes en 2020, la jeune pilote Américaine n’est désormais plus éligible aux épreuves amateurs. Problème, il n’existe plus de championnat féminin au niveau professionnel aux Etats-Unis depuis 2018, ce qui contraint désormais la jeune femme à évoluer contre les hommes sur le championnat de Motocross US.

Alors que Courtney Duncan vient de décrocher son troisième titre mondial consécutif, la jeune pilote Américaine de 20 ans croise les doigts dans l’espoir de décrocher une opportunité pour venir se mesurer enfin aux meilleures pilotes mondiales en Europe. Une opportunité; juste une. Micro.

Jordan, en plus de dominer chez les femmes, tu t’es vraiment faite un nom ces derniers temps en roulant sur le Motocross US parmi les hommes. Je me souviens avoir entendu AJ Catanzaro dire combien il était impressionné par ta technique. Est-il difficile de se faire un nom en tant que pilote féminine, aux USA ?

Il est très difficile de se faire un nom en tant que pilote féminine aux Etats-Unis. Il n’y a pas de catégorie professionnelle pour les femmes ici, donc si une femme veut réussir dans ce sport, elle doit rouler contre les hommes. Je le sais depuis que je suis toute petite, donc j’ai toujours roulé contre des hommes et je continue à le faire. En général, c’est difficile de trouver des sponsors dans ce sport, mais c’est deux fois plus difficile pour une femme que pour un homme.

J’ai travaillé vraiment très dur tout au long de ma carrière; j’ai rencontré beaucoup de succès, mais je me bats encore pour trouver du soutien. Si j’étais un homme et que j’avais gagné la moitié de ce que j’ai gagné, j’aurais probablement une place dans une équipe Factory, mais comme j’ai gagné dans les catégories féminines, tout cela ne représente pas grand-chose.

Je refuse de laisser cela me freiner et j’ai continué à faire des choses qu’on m’avait dit qu’il m’était presque impossible d’accomplir en tant que femme. J’ai participé à deux épreuves nationales en 250 contre les hommes en 2020, et j’ai aussi décroché une licence pour rouler en Supercross. Je n’ai pas encore participé à un supercross US; je m’entraînais pour ça l’année dernière, mais je me suis blessée et j’ai décidé de ne pas rouler cette saison. Mais je crois que je suis la deuxième femme à rouler sur l’outdoor US.

Jordan Jarvis a remporté toutes les épreuves du SX Futures – catégorie féminine – en 2020, et de loin. @madmoosemedia

J’imagine qu’il y a des catégories féminines dans la plupart des grandes compétitions amateurs aux USA, comme à Loretta Lynn’s. Mais pour une femme qui roule aux USA, quelles sont les options qui s’offrent lorsqu’elle veut monter chez les professionnels ?

Malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’options.

Ils se sont débarrassés de la dernière catégorie professionnelle féminine il y a quelques années et elle n’est pas encore revenue à l’ordre du jour. Si on veut continuer à rouler au niveau pro’, il faut se faire une place parmi les hommes.

En 2021, tu étais avec l’équipe SGB Babbits Kawasaki. Récemment, tu as annoncé que tu allais rouler en rouge en 2022. Quels sont tes projets pour 2022 ?

Mes projets sont de participer de nouveau au championnat de Motocross US et j’espère pouvoir avoir une opportunité pour faire mes preuves sur le mondial féminin. Il est possible qu’une catégorie féminine revienne aux USA en 2022. Si cela se produit, j’y participerais également.

En se qualifiant aux épreuves de l’outdoor 250 à WW Ranch et Fox Raceway en 2020, Jordan Jarvis n’était plus éligible aux épreuves amateurs en 2021 … Mais il n’éxiste pas de catégorie féminine au niveau professionnel – @Jordan Jarvis IG

À ton avis, pourquoi y a-t-il si peu d’engouement autour du MX Féminin aux USA ? Avant, il y avait des épreuves pour vous, mais c’est terminé depuis quelques années …

Je pense que la raison pour laquelle il y a si peu de courses féminines aux USA, c’est que lorsque la classe pro’ féminine originale (la WMA) a perdu son soutien et a été transférée en un championnat WMX (US), beaucoup de choses ont changé.

Avec la catégorie WMA, les femmes roulaient lors des épreuves du championnat de Motocross US, pendant que les hommes roulaient; de fait, ça permettait d’avoir une couverture nationale et un éventuel soutien des usines. Lorsque cette catégorie WMA s’est arrêtée, et qu’on est passé au championnat WMX, tout ça a disparu. Tout le soutien dont bénéficiaient les femmes a disparu en même temps que la catégorie WMA. Être une femme pilote – et professionnelle – ne signifiait plus la même chose et finalement chaque année, le soutien pour le championnat WMX a graduellement diminué jusqu’à ce qu’il s’arrête finalement totalement.

La dernière année d’existence du championnat WMX aux USA, c’était en 2018, et c’était la première année à laquelle j’y ai participé. J’ai été la plus jeune pilote à gagner ce championnat.

Tu as roulé sur le mondial féminin à Matterley Basin en 2020. Avec zéro expérience dans la catégorie, tu t’en es sorti avec une 9e place au général, sur une moto que tu ne connaissais pas, et malgré les difficultés rencontrées dans les manches. Peux-tu nous dire comment s’est déroulé ton weekend en Angleterre ?

Matterley Basin, c’était de la folie.

Je suis arrivée la veille de l’épreuve, j’ai pu voir le tracé, rapidement la moto, mais c’est tout. Pour une première, j’étais très nerveuse. Je n’ai pas eu l’opportunité de rouler sur la moto avant l’épreuve, et je n’étais vraiment pas à l’aise dessus. Les conditions n’étaient pas vraiment idéales: je n’avais jamais roulé sur la piste, je n’avais jamais roulé avec la moto; j’avais juste besoin d’un peu de temps sur les deux. Malheureusement, il a tellement plu que les organisateurs ont été contraints d’annuler la première séance d’essais. [ndlr: Jordan ne fera que 3 tours de piste lors des essais chronométrés, avant les deux manches]

À ce stade de l’année, j’avais vraiment du mal dans la boue en raison du manque d’entraînement dans ces conditions. J’ai vraiment eu du mal à m’adapter aux conditions et à la différence entre la moto que j’avais l’habitude de piloter aux USA, et celle que j’avais à Matterley. Au moment de la course, j’étais nerveuse, mais vraiment contente.

Je n’avais jamais vu une course féminine aussi importante, et organisée de façon aussi professionnelle. Honnêtement, vu les circonstances, j’ai eu du mal, mais c’était vraiment cool de rouler contre toutes les meilleures filles, et de me faire une idée de ma vitesse par rapport à la leur.

À Matterley, j’étais nerveuse, comme quand je m’aligne contre les hommes aux USA. Je n’avais jamais vu une grille de départ remplie de filles très rapides. Je m’attendais à ce niveau, mais c’était différent de le vivre en personne.

Depuis 1983 – et Doreen Payne – aucune femme n’avait pris part à une épreuve de Motocross US avec les hommes aux USA @Align Media

En seconde manche, ton meilleur tour était similaire à celui enregistré par Fontanesi, Verstappen, Valk ou Van de Ven. Les gros bras du WMX. Cela en dit long sur ce que tu serais capable de faire avec une bonne préparation, une bonne équipe et une bonne moto. Est-ce que venir rouler en mondial à temps plein  est un de tes objectifs ?

Rouler sur le mondial féminin à plein temps est définitivement l’un de mes objectifs. J’ai toujours voulu rouler en mondial féminin; donc ce serait un rêve qui se réaliserait pour moi.

Cette opportunité de rouler à Matterley, comment s’est-elle présentée ?

J’avais exprimé mon intérêt pour ce championnat, et après discussion avec mon père et mon manager de l’époque, ils ont travaillé dur pour trouver des contacts, parler aux bonnes personnes, et faire en sorte que tout ça puisse se concrétiser.

Après Matterley, est-ce que des équipes t’ont montré de l’intérêt ?

Malheureusement, pas vraiment. J’aimerais avoir l’opportunité de revenir afin de prouver que je suis capable de me battre devant, et pour le championnat.

En mondial, certains pilotes sont prêts à rouler sans vraiment gagner leur vie, juste pour avoir l’opportunité de montrer leur potentiel, et tenter de s’ouvrir quelques portes. Est-ce que tu serais prête à passer par-là si l’occasion se présentait ?

Je suis plus que prête à faire ce qu’il faudra pour montrer à tout le monde que je suis capable de gagner des épreuves, et peut-être même un championnat. J’ai juste besoin d’un peu d’aide pour venir en Europe, et un peu d’aide pour avoir des motos et quelques pièces.

Jordan Jarvis n’attend qu’une chose, une opportunité de venir évoluer en mondial féminin. @Align Media

En Europe, c’est rare que les femmes du WMX tentent leur chance en MX2 parmi les hommes une fois leur championnat terminé. C’est déjà arrivé, mais c’est plutôt rare. Rouler contre des garçons, ça t’a sûrement aidé à développer ta technique, ton intensité et ta vitesse, non ?

Rouler contre les hommes m’aide énormément. Les hommes roulent de manière beaucoup plus agressive et l’intensité est vraiment différente, donc ça m’a aidé à apprendre a rouler plus fort pendant toute la durée des manches, et à affiner ma technique. J’ai appris à rouler en attaquant, et en me défendant en même temps car j’ai une cible dans le dos à cause du fait que je suis une femme qui roule contre des hommes…

As-tu suivi le championnat du monde féminin cette saison ? Que penses-tu du niveau cette année ?

Bien sûr, j’ai suivi toute la saison. Ce championnat est fantastique, le soutien dont dispose le mondial féminin est dingue. Le niveau de compétition est vraiment très relevé. Il y a beaucoup de pilotes qui sont capables de gagner, et il y a toujours de belles courses car les filles sont proches en terme de vitesse.

Personnellement, je ne pense pas que les pistes soient aussi difficiles que celles sur lesquelles je roule contre les hommes aux USA. Je ne sais pas si c’est le manque de sauts ou d’ornières, mais quoi qu’il en soit, les pistes ont l’air vraiment fun, et je pense que je pourrais en apprendre beaucoup là-bas.

Ton père m’a dit que tu n’as pas d’agent parce qu’ils travaillent aux commissions et qu’ils ne te voient pas gagner ta vie en championnat AMA. Si quelqu’un veut prendre contact avec toi pour la saison 2022, quelle est la meilleure façon de le faire ?

La meilleure façon de me contacter est de m’envoyer un email à jordanjarvisracing@gmail.com ou de me joindre sur instagram.

Image d’introduction: David Lando

Médias