Interviews

Ken Roczen « cette moto peut gagner »

D’ici 2 grosses semaines, Ken Roczen fera son retour en piste en jaune après avoir passé les six dernières saisons au sein de l’équipe Honda HRC. En discussion avec Yarrive Konsky de l’équipe Firepower Honda – avec laquelle il a remporté le titre de champion du monde de Supercross mais également le Supercross de Paris à l’intersaison – le pilote Allemand était sur le point de continuer en rouge en 2023, mais les journées de testing au guidon de la 450RM-Z du team HEP Suzuki ont convaincu le garçon de faire un retour aux sources. Invité du dernier PulpMX Show, Ken Roczen est revenu sur sa décision de signer avec HEP Suzuki pour la nouvelle saison, une annonce qui a fait l’effet d’une petite bombe.

« J’ai passé beaucoup de temps sur cette Suzuki par le passé même si elle est désormais bien différente de celle sur laquelle je roulais en 2016″ commence Ken Roczen. « J’ai roulé pour Honda pendant pas mal d’année, je me suis souvent plaint de la moto et mon objectif principal était d’étendre mon horizon de nouveau, d’essayer quelque chose de différent et de pimenter les choses à ce stade de ma carrière. J’ai adoré l’équipe Firepower Honda, Yarrive Konsky et tout le travail qu’ils ont fait sur la moto en si peu de temps à l’intersaison. J’étais assez convaincu de finir chez Firepower en 2023 mais je voulais quand même tester cette Suzuki. J’ai roulé sur la moto pendant 2 jours, j’ai dû bien réfléchir et j’ai décidé de signer avec HEP. »

« La moto est différente de celle de 2016, surtout au niveau des suspensions car je roulais sur des KYB et désormais je roule avec des Showa. C’est différent dans un sens mais dans le même temps, c’est similaire, assez familier en fait. J’aime la taille de la moto, elle est un peu plus grosse que la Honda et c’est ce que j’aime sur la Suzuki. Avec Kyle Chisholm on essaye de faire quelques changements mais la base qu’ils m’ont donné m’a vraiment impressionnée et depuis, je roule avec ces mêmes réglages. »

« Sur la Honda, le châssis est assez court, j’ai toujours eu l’impression d’avoir l’avant de la moto trop bas et j’avais beaucoup de mal a trouver l’équilibre. J’aime rouler avec l’arrière assez haut et du coup, ça ne fonctionnait pas trop avec la CR-F. Sur la Suzuki, c’est bien différent et j’aime ça. Le moteur est différent également mais c’est difficile de mettre des mots dessus car j’apprends de cette moto à chaque fois que je monte dessus, c’est vraiment un nouveau feeling car j’ai roulé sur Honda pendant plus de six ans. »

C’est le vétéran Kyle Chisholm qui a aidé l’équipe HEP Suzuki à mettre au point les réglages de la 450 RM-Z avant les premiers tests de Ken Roczen. Kyle était déjà en discussion avec la structure Suzuki avant l’arrivée potentielle de Ken Roczen et ce dernier a également signé un contrat pour évoluer (de nouveau) au sein de la structure de Dustin Pipes qui n’a rien laissé au hasard pour signer le pilote Allemand avec qui il était entré en discussions dès Daytona 2022. Chisholm & Ken Roczen chez HEP Suzuki, on aurait également dû retrouver Brandon Hartranft en piste à Anaheim 1 mais, gravement blessé à l’entraînement, ce dernier va probablement louper l’intégralité de la saison 2023. On s’attend à ce qu’un certain Shane McElrath le remplace. On retrouverait alors les deux champions du monde de Supercross au sein de la même structure et probablement du jaune aux avant-postes en 2023, c’est l’idée.

« Avec Kyle Chisholm, on aime le même genre de réglages » poursuit Ken Roczen « Il est très bon pour ressentir les choses, faire les changements, ressentir comment tourne le moteur, comment le châssis est affecté par ces changements et je porte aussi attention à tous ces détails donc on peut en discuter ensemble quand on veut faire des changements. On ressent les mêmes choses sur la moto donc on arrive à se comprendre. Il a fait un très bon boulot car la moto qu’ils m’ont fait essayer était vraiment au point, je ne m’y attendais pas vraiment. Cette moto peut gagner »

Une victoire, un podium, un top 5, un top 10 à Anaheim 1 ?

« Anaheim arrive bientôt et mon objectif est de me faire à l’équipe, ce sera notre première sortie ensemble. […] Je ne veux pas me mettre de pression, si je gagne, tant mieux mais sinon, ce n’est pas grave. Il faudra faire des progrès, je veux me concentrer sur mon pilotage, sur mes courses et prendre du plaisir en me reconstruisant. Peu importe où je me situerais, ça m’ira, et je travaillerais pour aller de l’avant et m’améliorer à chaque fois […]. Suzuki, c’est la marque la moins représentée dans les paddocks et c’est en même temps un facteur très motivant. Je pense qu’on peut faire du bruit et je veux vraiment mettre cette moto sur le podium, la faire revenir devant, et que tout le monde en parle. »

Concernant 2023, Ken Roczen a confié que son programme n’était pas encore totalement finalisé. Sa présence sur le championnat de Supercross est une certitude mais la suite reste encore à définir; outdoor ou World Supercross ? Le pilote Allemand a décroché le titre de champion du monde dans la discipline cette saison et pourrait bien décider de défendre sa couronne l’an prochain puisque l’équipe HEP Suzuki fait partie des 10 teams ayant une licence pour disputer le championnat organisé par SX Global sous l’égide de la FIM. Pour l’heure, l’équipe HEP Suzuki et Ken Roczen finalisent les derniers préparatifs avant Anaheim 1 qui arrive à vitesse grand V. Bien habile sera celui qui arrivera à pronostiquer les résultats du pilote Allemand en début de saison 2023 mais une chose est sûre, le retour de Ken Roczen sur Suzuki ajoute encore plus de piment à l’ouverture de la nouvelle saison de Supercross. Encore un peu de patience.

Ken Roczen « cette moto peut gagner »
Retour
error: Nope !