Interviews

Ken Roczen “Je garde la tête haute”

Image: Suzuki Racing

Auteur de son second podium de saison à Detroit ce samedi, Ken Roczen prend une bouffée d’air après deux épreuves difficiles à Anaheim 2 (12e) et San Diego (7e). Le pilote HEP Suzuki cherche à trouver un peu de régularité pour rester dans la course au titre, avant de courir après sa première victoire de la saison. La tâche ne sera pas simple vu le plateau, mais l’Allemand reste confiant; la vitesse est là. Micro.

Ken, tu termines troisième à Detroit, raconte nous ta soirée.

Je me suis vraiment bien senti sur la moto comme sur la piste dès le matin. À l’approche de la manche qualificative, j’étais en bonne posture. Le tracé était vraiment meuble, ça se creusait et je savais que ça allait être vraiment traître. En heat, j’ai bien roulé, j’ai terminé second et ça m’a permis d’avoir une bonne grille pour la finale. Après un départ dans le paquet en finale, j’ai vraiment très bien roulé en première moitié de course. J’ai doublé beaucoup de pilotes et je suis remonté jusqu’à la troisième place. De là, le tracé s’est vraiment détérioré de plus en plus, tour après tour. Finalement, j’étais tout seul en troisième position et j’ai juste fait en sorte de rallier l’arrivée en assurant le podium. C’est bon d’être de retour sur le podium; il faudrait que j’arrive à trouver un peu de régularité désormais.

Sur le podium, tu as mentionné avoir été un peu hésitant dans le premier virage et du coup, ça ne s’est pas passé comme prévu pour toi.

Je suis bien sorti de la grille et j’étais bien placé dans le premier virage mais un autre pilote, à ma droite, avait une petite longueur d’avance sur moi. Je crois que c’était Jason Anderson. Du coup, j’ai dû couper les gaz car si je l’avais percuté, c’était la chute assurée. J’ai laissé pas mal de mec me doubler à ce moment-là et puis dans les premiers enchaînements, les mecs sautaient de gauche à droite donc j’ai dû enrouler toute la première section. Je me suis fait doubler de nouveau et je me suis retrouvé dans le paquet d’entrée de jeu. C’est difficile quand on est aussi loin dès le départ. Ces derniers temps, je n’ai pas beaucoup de chance dans le premier virage. Je ne prends pas d’assez bons départs pour bien me positionner dans ce dernier.

Tu as bouclé le premier tour en 9ème position avant de finir 3ème. L’enchaînement après les mécaniciens semblait tendu. C’était comment, de revenir dans ces conditions ?

Dans la finale, j’ai loupé le plus gros enchaînement à deux reprises et ça m’a coûté cher. La transition entre le premier saut et le second était vraiment courte et si on se mettait un poil long sur le premier saut, il fallait rapidement ajuster le tir derrière et parfois, ça ne passait pas. Quand ça ne passait pas, on était obligé de se contenter d’un double dans l’enchaînement et on perdait beaucoup de temps. C’est d’ailleurs probablement les seules erreurs que j’ai faites pendant la finale.

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Dans ces conditions et parce que les tours étaient vraiment rapides, il y avait beaucoup de pilotes retardataires à gérer. On arrivait sur un groupe de 4 ou 5 retardataires en même temps et ça a vraiment permis à certains de creuser des écarts. C’est surtout à cause de ça que j’ai perdu du terrain. J’étais dans un no mans land et la piste devenait de plus en plus difficile. Je voulais juste terminer la course et monter sur le podium. Je voulais éviter de faire une erreur stupide car ces deux derniers rounds, je n’ai pas très bien roulé et les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Je ne voulais pas perdre encore plus de points que ceux que j’avais déjà perdu. L’écart au point n’est pas insurmontable après 5 épreuves. Ces dernières années, à ce stade, j’avais souvent dans les 60 points de retard. Là je suis à quoi, 20 ? 21 points ? Bref, c’est bon de monter sur le podium.

Tu as la vitesse, mais les résultats ne sont pas toujours là. C’est frustrant ?

C’est frustrant, mais ça ne vient pas d’un manque d’investissement de ma part et c’est pourquoi je garde la tête haute. Il peut se passer tellement de choses dans le premier virage, et ce n’est pas toujours de ta faute. Parfois je me retrouve à un demi-tour de retard dès le premier virage, parfois dernier, parfois par terre. Peu importe, j’essaye de revenir jusqu’au dernier tour et je n’abandonne jamais. Je gère ces situations plutôt bien; je veux juste être meilleur à chaque fois et viser le podium car je pense le mériter, et le team le mérite également. Je ne suis pas le genre de mec qui va se plaindre et dire que je n’ai pas de chance; les choses sont comme elles sont.

La saison sera longue, il reste beaucoup de course et ce qu’il m’est arrivé lors des dernières épreuves, ça peut arriver à n’importe qui. Je suis de retour sur le podium et je sais que j’ai ce qu’il faut pour monter sur la plus haute marche. Avant même de parler de victoire, je veux pouvoir être en mesure de trouver de la régularité pour être sur ce podium à chaque fois. Je veux pouvoir reprendre de bons points au championnat et revenir sur les premiers. Je crois que je suis huitième du provisoire à ce stade et j’aimerais pouvoir revenir au championnat. Je prends du plaisir sur la moto comme lors des courses, alors je garde la tête haute.

Ken Roczen “Je garde la tête haute”

Retour