Interviews

Sébastien Tortelli “On fait beaucoup de progrès avec la moto”

Images: Stark Future

Après le SX Tour, la firme Stark Future s’est engagée sur l’Arenacross Britannique avec Jack Brunell, Eddie Jay Wade et Justin Bogle. À la mi-saison, les voilà porteur de leur première plaque rouge avec la fameuse Varg. En France comme au Royaume-Uni, Sébastien Tortelli – directeur des testings chez Stark – suit de très près les pilotes du team officiel sur les épreuves. Notre confrère Andy McKinstry s’est entretenu avec ce dernier à Belfast. Micro.

Sébastien, pour commencer, comment a été prise la décision de s’aligner sur ce championnat – l’Arenacross UK – pour les débuts de la Stark ?

C’est suite à des discussions avec Matt Bates (ndlr: organisateur de l’AX UK), que je connais depuis longtemps. J’ai moi même roulé sur quelques épreuves de ce championnat par le passé. Il y avait une opportunité pour nous de rouler sur ce championnat d’Arenacross. On est très motivé, et Matt a été le premier à accepter que nous roulions sur son championnat en tant que constructeur officiel, donc on a pu s’engager. Nous sommes très contents d’avoir Jack Brunell, Justin Bogle et Eddie Wade au sein du team. Ils travaillent dur pour être présents devant sur l’Arenacross. L’équipe est jeune, mais expérimentée en même temps; c’est super.

Stark a pu participer au championnat de Supercross Français – mais sans marquer de points. Est-ce que ça vous a aidé à développer la moto et à faire des améliorations dessus en prévision de l’Arenacross ?

C’est certain. On a démarré en août l’an dernier, c’était la première fois qu’on était en mesure d’aligner une moto sur le championnat de Supercross Français. C’était une bonne expérience pour nous et on est arrivés sur l’Arenacross avec un peu plus d’expérience. On a encore besoin de prendre de l’expérience pour améliorer notre moto. C’est toujours comme ça que ça se passe, mais on est sur ce championnat avec trois pilotes, et plus préparé que l’an dernier.

Vous avez gagné à Manchester, et désormais vous avez la plaque rouge. C’était une surprise que ça arrive si tôt ? Conrad et Tommy sont deux pilotes très rapides et Jack est l’un des prétendants à la victoire. J’imagine que vous devez être contents.

Gagner la première épreuve à Manchester a été une grosse surprise, mais une bonne surprise. C’était vraiment bon, et c’était notre première victoire avec la Varg. C’était également la première victoire pour Jack sur ce championnat, donc on était vraiment contents. C’était une grosse surprise pour nous. Ça nous a mis sur le devant de la scène et on a eu deux semaines pour travailler encore plus dur. L’équipe est allée en Espagne et en France pour se préparer pour Belfast et cette épreuve s’est également bien déroulée pour nous. On a la plaque rouge en fin de week-end et c’est positif. Jack est fort sur ce championnat et il a l’expérience nécessaire.

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Le gros point positif de cette moto, ce sont les départs. Quand ils ne partent pas premiers, vos pilotes sont souvent deuxième ou troisième. Les départs sont très importants en Arenacross …

C’est certain, il est très important de prendre un bon départ. On dit qu’un départ, c’est 50% de la course et surtout en Arenacross. Il n’y a pas de vitesses à passer, donc c’est un avantage car ils n’ont pas de rapports, ça rend les choses plus faciles. On fait de bons départs avec notre moto, c’est bien, mais c’est tout un package. La moto est plus simple, c’est plus facile de rouler avec. C’était l’idée de base et nous voilà, le PDG de Stark voulait faire une moto accessible pour tous, une moto plus simple pour le haut niveau, mais aussi pour les pilotes régionaux.

La prochaine étape sera de rouler en Motocross à haut niveau. On en est encore loin ?

Je ne pense pas qu’on en soit encore très loin. On fait beaucoup de progrès avec la moto et rouler en Supercross va nous aider à être meilleurs en Motocross. C’est une nouvelle technologie, et on apprend beaucoup de notre côté. Chaque mois, on développe des nouveautés qu’on installe sur la moto avec des mises à jour. Quand on fait des progrès en compétition, on peut mettre à jour notre moto et la rendre meilleure pour les clients qui l’ont achetée. Chaque mois, on fait des mises à jour et la moto se développe de plus en plus. On est désormais meilleur sur la gestion de la puissance, ce qui est important pour les courses.

J’aimerais parler de Jorge Prado. Tu avais fait la transition du mondial au Supercross US à l’époque. On peut dire que le Supercross a bien changé depuis, mais quel conseil donnerais tu à Jorge et qu’est-ce que tu penses de ses performances aux US jusqu’ici ?

Jorge Prado a signé de belles performances. Ce n’est vraiment pas simple de venir des grands prix, quand on n’a pas d’expérience en Supercross. On sait qu’il est déjà allé aux US par le passé pour s’entraîner un peu en Supercross, donc il a un bagage mais la compétition est une toute autre histoire, quand tu évolues sur une piste différente chaque week-end. Jorge a fait du bon boulot, c’est un gros défi qu’il relève.

J’ai fait la même chose, mais j’ai fait une erreur. Je pense que j’aurais dû commencer par rouler en Lites (125cc) la première année pour apprendre, engranger de l’expérience, et passer plus de temps sur les pistes à l’entraînement. Jorge est arrivé directement chez les gros bras, comme moi à l’époque, donc je dirais que c’est une erreur, mais il s’en sort bien jusqu’à présent. Être dans le top 10 vu le plateau cette année … Il y a plus de 10 pilotes usine alors être capable de rouler devant, dans le top 10, c’est vraiment une bonne performance pour ses premiers Supercross.

@GasGas Racing

J’aimerais aussi parler de Jett Lawrence. Il est très technique, très coulé, comme un Stefan Everts des temps modernes. Comment le décrirais tu ?

C’est sûr que Jett est impressionnant. Pour ce qu’il a montré, je ne peux qu’avoir du respect pour lui; c’est sa première année en 450 et il faut être intelligent. Gagner dès sa première année, lors de sa saison de rookie, c’est incroyable. C’est un bon pilote, il a montré sa technique en 250 et il a la même en 450, ce qui est dingue. Gagner son premier Supercross en 450, c’est incroyable. On dit que celui qui gagne la première course de la saison ne gagne jamais le championnat. Je pense qu’il fera une saison solide, il a déjà démontré qu’il était costaud. Ça viendra pour lui, et il a un futur brillant devant lui; c’est certain. Son style est au point, il y a diverses façons d’aller vite et lui, il va vite grâce à sa technique. Je l’ai vu à l’entraînement et en course, c’est le même pilote. Il est capable d’aller vite dans toutes les conditions et c’est un garçon intelligent. Il dispose de tout le package pour être au top et pour longtemps.

On approche de l’ouverture de la saison de mondial MXGP. Il y a des pilotes qui reviennent de blessures, qu’est-ce qui rend ce titre mondial si difficile à décrocher ?

Cette saison, le mondial sera très relevé. On a Romain Febvre qui était très fort l’an dernier. Il y a Jeremy Seewer qui le rejoint chez Kawasaki et on aura aussi droit au retour de Jeffrey Herlings en forme. Je suis persuadé que Jeffrey veut de nouveau être le meilleur. Il y aura Tim Gajser qui tentera d’aller chercher un nouveau titre. Ce sera un championnat très relevé et il y aura beaucoup de très bons pilotes en piste. Les départs à ce niveau sont très importants, on voit souvent que ce sont ceux qui partent devant qui sont capables de gagner et les écarts en piste sont minimes. La saison sera très intéressante mais en fin de saison, on se retrouvera probablement avec une bataille entre les deux protagonistes principaux; reste à savoir qui ils seront cette année.

Un mot sur la catégorie MX2, on parle beaucoup de la règle de l’âge limite de 23 ans. D’un autre côté, il y a énormément de jeunes talents. Simon Langenfelder, les frères Coenen … Ce sera plus ouvert avec le départ de Jago.

Oui, et il y a aussi le fils de Stefan Everts, Liam, qui roule vraiment très bien également. Comme je l’ai dit, la saison 2024 sera intéressante. Je continue d’aller sur quelques grands prix, de regarder les grands prix, je regarde le Supercross aussi. On peut s’attendre à beaucoup de choses lors de cette saison 2024, de ce côté-ci de l’Atlantique comme de l’autre. C’est vraiment intéressant pour les championnats et on voit que les pilotes vont toujours plus vite et sont toujours plus forts. Les teams travaillent énormément pour que les motos soient toujours plus performantes et les pilotes travaillent toujours plus dur pour être meilleurs que jamais.

En tant que Français, tu dois être fier de voir les talents Français qui émergent dans le sport. Les Nations 2023 ont été incroyables, les Français ont dominé l’édition.

Oui, on a un gros panel de bons pilotes à l’heure actuelle. La jeunesse est un peu plus timide, il n’y a plus autant de jeunes qui émergent et la fédération Française va devoir travailler en ce sens. On a toujours quelques pilotes un peu plus vieux qui sont toujours très forts, très rapides, donc on sera présents encore pendant un moment !

Sébastien Tortelli “On fait beaucoup de progrès avec la moto”

Retour