Interviews

Adam Cianciarulo “J’ai passé beaucoup de nuits à rêver de ce moment”

Interview: Conférence de presse

27 mois, c’est le temps qu’il aura fallu à Adam Cianciarulo pour renouer avec le podium d’épreuve sur le championnat de Supercross US. Blessé en 2022, le pilote Monster Energy Kawasaki faisait son retour en piste cette saison mais le garçon n’est toujours pas à 100%, se voyant toujours handicapé par des soucis au niveau de son bras. Adam était pour le moins ému après sa troisième place décrochée à Denver et pour cause, le pilote Kawasaki est passé par de très sombres périodes ces deux dernières années. Micro.

Adam. Ça t’aura pris du temps pour revenir sur le podium. Peux-tu nous décrire les émotions qui t’ont traversé ?

Non, pas vraiment. Ça a été deux années difficiles pour moi, à me battre contre des problèmes de santé. J’ai dû me donner à 100% pour revenir, il y a eu beaucoup de fois où je me suis dit que j’allais arrêter, en le pensant vraiment. Je n’ai pas beaucoup roulé à l’intersaison, ça semblait bien mal parti pour moi. En décembre je commençais vraiment à stresser. Evidemment, je ne suis pas encore là où je voudrais être car de toute ma carrière, j’ai toujours eu le rythme et la vitesse pour rouler devant et ce n’est pas le cas cette année et pendant les courses, c’est dur à avaler pour moi.

Le début de saison était décourageant. Après Indianapolis, j’ai dû faire la paix avec tout ça car ce n’était plus possible de continuer comme ça, j’étais très dur avec moi-même, je ne m’amusais pas vraiment mais j’ai réussi à inverser la tendance. J’ai commencé à être plus positif, à être plus reconnaissant, ça a facilité mon travail pendant la semaine et j’ai pu aller de l’avant. On a vu Eli se blesser, c’est bien malheureux. Je sais aussi que c’est la fin de saison, que beaucoup de pilotes sont blessés mais honnêtement, je m’en fiche. C’est sûr que je souhaite que tous les pilotes soient en bonne santé mais pour moi, être de retour sur le podium, c’est une façon de rendre hommage à toutes les personnes qui m’entourent.

Ce soir, tu semblais bien plus proche de ton ancien niveau. Ça te met dans une bonne position avant d’attaquer l’outdoor ?

Je vis au jour le jour, c’est ce que j’ai appris avec l’expérience. Je suis loin des objectifs de ces gars présents sur le podium ce soir et de fait, je prends les choses comme elles viennent et je me fie à la qualité de mon travail, pas vraiment aux résultats car c’est vraiment grâce à ça que j’ai été en mesure de continuer, que je n’ai pas abandonné et que je suis encore présent. C’est sûr que ça me donne confiance, j’ai vraiment aimé le tracé ce soir. Je sais que je peux toujours être présent au haut niveau, je ne suis pas là pour prendre mes chèques. Je veux performer, je crois en moi.

@Align Media

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Ce podium c’était quelque chose à quoi tu te laissais rêver parfois pour te motiver après tous ces hauts et ces bas ?

C’est une très bonne question. J’ai passé beaucoup de nuits dans mon lit à rêver de ce moment, à imaginer ce que je dirais, ce que je ressentirais, à passer en revue chaque détail. Ce genre de scénario, c’était probablement plusieurs fois par semaine cette année. J’aime ce sport de toute mon âme et ce n’est un secret pour personne, je rencontre quelques problèmes de santé et c’est difficile de ne pas savoir quel niveau tu auras sur les courses le samedi soir. Ça a été vraiment difficile pour moi mais ce soir, c’est une bonne soirée pour moi.

Vous roulez les uns contre les autres depuis des années, vous vous entraînez aussi ensemble pendant la semaine. On parle souvent des proches, de la famille, des teams, rarement des liens entre les pilotes. Dans les moments difficiles, vous vous aidez les uns les autres ? C’est comment de devoir être là pour un ami, qui est aussi un concurrent sur la piste ?

Au début de ma carrière chez les pro’s, je vivais chez Kenny avant d’avoir acheté ma maison. C’était comme un grand frère pour moi et un peu plus tard, j’ai eu le sentiment d’être le grand frère de Chase quand il est arrivé. Il avait 15 ou 16 ans, il commençait à rouler avec moi et il était deux secondes plus rapide que moi pendant la semaine. En 2017, j’étais du genre à tenter de finir mes finales [rires]. Pour être franc, s’il y a bien quelque chose qui ne m’aide pas à faire des résultats, c’est bien ma personnalité. J’adore voir mes amis ou d’autres pilotes réussir. Chase va être champion de Supercross, quand Ken a gagné à Indy j’ai eu l’impression que c’est moi qui avait gagné. J’adore voir mes potes réussir, on a lié des amitiés, on a tous suivi la même route pour en arriver là. Que tu termines 10ème ou que tu gagnes c’est du pareil au même car le chemin a été très difficile pour en arriver là.

Adam Cianciarulo “J’ai passé beaucoup de nuits à rêver de ce moment”

Retour