Alex Martin « Beaucoup de travail avant Anaheim 1 »

Alex Martin « Beaucoup de travail avant Anaheim 1 »

Alex Martin – Troll Train, pour les fans inconditionnels – était présent au Supercross de Paris ce weekend avec l’aide de la structure GSM/Dafy/Michelin Yamaha. Après 12 saisons en catégorie 250 – et de nombreux podiums en championnat AMA – le pilote Américain a effectué sa première course au guidon de la 450 devant le public Français. Si le résultat (11e) n’est pas celui espéré ce samedi, Alex Martin a pu se faire une idée des points à améliorer avant l’ouverture de la saison 2022 du côté d’Anaheim 1. Micro

Alex, j’ai comme l’impression que ton samedi ne s’est pas vraiment déroulé comme espéré.

C’est vrai. J’ai très peu d’expérience en Supercross sur la 450; j’ai roulé en Supercross en 250 pendant …. 12 ans … une éternité [rires]. Je suis content de pouvoir participer à une course d’intersaison en 450, pour prendre quelques départs, passer du temps sur la moto, et voir où j’en suis. Evidemment, on a encore beaucoup de travail à faire avant A1 en ce qui concerne les départs, les suspensions, et les réglages de la moto en général.

J’ai repris le Supercross il y a un mois à l’entraînement, mais les courses, c’est complètement différent. On a eu quelques soucis avec l’équipe ce weekend car j’ai ramené l’allumage de ma moto des USA, du Vortex, mais l’essence est différente ici, la moto coupait, ça ne marchait pas vraiment et on a dû revenir à l’origine. La moto a coupé le vendredi sur l’appel d’un saut et Dieu merci j’avais décidé de ne pas sauter à ce moment-là, sinon, ça aurait été vraiment moche.

Pour le bilan, on a pris trois départs, et on a évidemment beaucoup de travail à faire pour être prêt pour Anaheim mais c’était une bonne course pour s’échauffer.

Cette 450YZF, elle est si différente de celle que tu utilises actuellement aux USA ?

Plutôt oui, surtout au niveau du moteur, de l’allumage, de l’essence. C’est un ressenti général bien différent auquel on doit s’adapter rapidement. Il y a aussi du travail à faire au niveau des suspensions car j’ai vu qu’on était vraiment très – trop- dur donc on va rentrer et faire du testing pour améliorer tout ça.

Une première sortie en SX 450 en France pour Alex Martin

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Cette transition en 450, elle se passe comment ? Tu n’es pas le plus grand des gabarits. Ça va, les bras ?!

C’est difficile, c’est une grosse moto pour un gars comme moi [rires]. La 250 est plutôt petite, agile, tu peux la placer où tu veux comme tu veux, mais sur la 450, j’ai l’impression d’être au guidon d’un semi-remorque [rires]. Je me sentais bien à l’entraînement avant de venir à Paris, mais c’est évident après ce weekend qu’on a encore beaucoup de travail à faire; on va régler tout ça.

Tu avais un bon petit programme en 2021, mais les blessures ne t’ont pas épargné; physiquement, ça va à l’approche de 2022 ? Je vois ta cicatrice sur le poignet … elle est énorme.

C’était aussi un peu le but de ma venue ici, voir comment ça allait se passer sur le plan physique. Cette année, j’ai été blessé de nombreuses fois, je voulais venir ici, mais surtout repartir en un seul morceau et voir sur quoi il fallait travailler. Mon objectif pour la saison de Supercross 2022, c’est de me construire et trouver ma place en catégorie 450. Je pense que je peux viser le top 10 en Supercross US en 450, mais il faudra rester en bonne santé. Ma saison 2021 a été minée par les blessures, je n’ai jamais pu montrer ce dont j’étais capable, j’ai manqué tellement de courses, de temps sur la moto, j’ai passé ma saison sur le canapé. Le but en 2022, c’est vraiment d’éviter de se blesser, et de se construire dans la catégorie reine.

Pas de whoops, pas de problèmes ?

Hey, c’était quand même difficile ! Il y avait beaucoup de pilotes ce weekend, le terrain se défonçait pas mal et c’était piégeux. C’était un terrain vraiment sympa même si il était vraiment délicat de doubler; il fallait être agressif et c’était probablement le plus gros problème pour moi. Je suis mal parti à chaque course et vu que c’était dur de doubler …. Mais bon, c’est comme ça, en Supercross, ce n’est jamais simple de doubler.

Si je te demande de comparer ce tracé, avec un tracé du SX US, tu me réponds …. ?

Je dirais qu’un tracé de Supercross US c’est 2 step au-dessus de celui-ci, rien qu’en terme de taille. On a les mêmes enchaînements, mais en beaucoup plus gros, les enchaînements sont aussi plus techniques et plus difficiles. On a aussi des séries de whoops, et ça, ça ajoute un gros degré de difficulté.

La taille du triple qui faisait office de saut d’arrivée à Paris, c’est à peu près la même taille qu’un triple aux USA. Le double au milieu de la piste – qui était utilisé pour le freestyle – c’est également le type de saut qu’on retrouve aux USA, qui fait office de saut d’arrivée pour nous.

Encore un gros mois avant l’ouverture du SX US …

La FIM recherche un promoteur pour réaliser un championnat du monde de Supercross après s’être séparé de la FELD; tu en penses quoi ?

Honnêtement, je ne sais pas si les pilotes Européens vont vouloir faire ce championnat. Romain Febvre et Antonio Cairoli, ils étaient contents qu’il n’y ait pas de whoops ce weekend. Sans même mentionner que le mondial MXGP est vraiment long, c’est combien d’épreuves déjà ?

Vingt.

Vingt épreuves ? Qui veut rouler plus que ça ? Il faut du temps pour les vacances, la famille, les amis, le repos. Je pense que si ce championnat de Supercross se met en place, et que les pilotes roulent sur le mondial MXGP et le championnat du monde de Supercross, tout le monde prendra sa retraite sportive beaucoup plus tôt, car c’est vraiment trop. Ce n’est pas comme la formule 1 – qui est un sport physique – ou le golf ! C’est bien plus dangereux, les risques sont énormes, il y a beaucoup en jeu et faire ça chaque weekend, c’est vraiment compliqué. Le Supercross est également plus dangereux que le Motocross. Ils peuvent essayer, mais je ne sais pas vraiment qui sera chaud pour ce championnat.

Tu me dis que 20 épreuves, c’est beaucoup; mais tu montes en 450, tu feras désormais 17 SX, et 12 outdoor … Ça va, mentalement ? [rires]

[rires] Il faut qu’on soit costaud ! Tout ce qu’on peut faire, c’est se préparer à faire autant d’épreuves. On passe 3 mois à se préparer, octobre, novembre, décembre pour être le plus préparé possible. Pour l’aspect mental, il faudra rester en bonne santé car ça impacte directement ta façon d’aborder les courses.

Anaheim 1 arrive à grands pas. Quelles sont tes attentes pour ta première saison en 450 ?

Outch …. Je dirais que je veux surtout me construire en 450, éviter de me blesser, et j’aimerais me voir intégrer le top 10, mais principalement, mon objectif sera d’être présent à chaque course la saison prochaine.

Beaucoup de jeunes Français rêvent de Supercross US; quel serait ton conseil pour ces derniers ?

Je dois avouer que je suis impressionné par les Français en Supercross, ils sont très bons, et je comprends mieux pourquoi ils parviennent à nous botter le cul quand ils viennent aux USA [rires]. Vous êtes vraiment bons en SX, pour une raison ou une autre …

Si un jeune veut parvenir à briller aux USA, il doit essayer de trouver un guidon d’usine, rester régulier, et s’il parvient à monter sur quelques podiums en Supercross de l’autre côté de l’Atlantique, il aura sa place. Le Supercross, c’est le plus gros de la saison pour les Américains et il faut vraiment tabler là-dessus.

Médias