Interviews

Anthony Bourdon “j’espère avoir une place pour faire une saison aux US”


À deux reprises, Paris la Défense Arena a vibré grâce aux victoires Françaises. Une première fois le samedi, avec Tom Vialle, puis une seconde fois le dimanche, avec Anthony Bourdon. Présent en catégorie SX2 Inter pour cette 40ème édition du Supercross de Paris, le pilote Bud Racing Kawasaki n’avait rien à envier aux pointures en provenance des Etats-Unis; Anthony Bourdon a réalisé une grosse prestation dans la capitale avant de prendre la direction de la finale du World Supercross à Melbourne. La suite, Anthony pourrait bien l’écrire aux Etats-Unis, dès la saison prochaine. Micro.

Anthony, j’étais assez surpris de te voir en 250 à Paris. Je sais que tu fais le WSX en 250 mais tu roules aussi sur le SX Tour en 450. Pourquoi avoir choisi de t’aligner à Paris en 250 ?

C’est vrai que je suis normalement un pilote 450 en France. L’idée, c’était de finir la saison en 250, je savais que j’avais une occasion de peut-être jouer les avant-postes à Paris alors qu’en 450 c’était plus compliqué. La deuxième raison, c’est qu’on a le World Supercross de Melbourne la semaine prochaine, on prend l’avion demain (lundi) et c’était aussi pour éviter de changer de cylindrée, rester en 250 et se préparer pour la semaine prochaine. C’est plutôt réussi; je me sentais bien sur la moto même s’il y a toujours un petit temps d’adaptation quand je passe de la 450 à la 250. On a fait quelques évolutions sur la moto, je me suis fait plaisir et je pense que ça s’est vu donc c’est cool.

Un mot sur cette journée de presse du vendredi. Tu n’as fait que quelques tours, mais est-ce que participer à ce genre de journée te permet d’avoir de l’avance et ou un avantage sur les autres. Ça te permet de voir quelques traces, les enchaînements, les whoops, un feeling pour la piste, faire des réglages … ?

C’est toujours un petit avantage de pouvoir faire quelques tours avant. On a eu deux sessions de 6 tours pour la journée de presse, c’est sûr que c’est un plus mais le samedi, on a eu 15 minutes d’essais libres, 15 minutes de chrono, ce ne sont pas des séances très courtes donc tout le monde a le temps de se mettre dedans. D’ailleurs, heureusement que ces séances étaient assez longues car on était nombreux sur la piste en SX2. Oui, c’est un petit plus, mais ça ne fait pas tout non plus.

Anthony Bourdon était de retour en 250 sur un SX Français, ce week-end

De l’extérieur, j’ai l’impression qu’ils n’ont pas autant mis l’accent sur les whoops que lors des éditions précédentes. On pouvait faire la différence dedans, mais ce n’était pas le point d’orgue de la soirée. Quelles étaient les difficultés sur ce tracé Parisien et où se faisait la différence ?

C’est vrai que les whoops étaient peut-être un peu moins gros que lors des années précédentes, mais on a tout de même vu les 450 réussir à faire la différence. Quand on voit les Lawrence passer ou même Ken Roczen, il y a toujours une différence qui se fait dans les whoops. Quand ils sont neufs, tout le monde sait les prendre mais quand ça se défonce, ça se complique. On faisait quand même pas mal de différence dans les whoops; il y avait aussi la partie sable qui jouait un peu, il y avait du temps à perdre dans le sable. Globalement, c’était une belle piste avec plusieurs possibilités dans les enchaînements et notamment la série avant le double du milieu. En 250, on faisait un autre enchaînement que les 450. Il y avait des possibilités donc la piste, c’est une réussite.

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Quatrième du premier soir, encore meilleur le second. Gagner une manche de cette façon là, c’est dingue. Quand tu as vu le nom des gars engagés en SX2 tu ne t’es peut-être pas dit que tu allais en gagner une à Paris.

C’est clair que le second jour a été encore meilleur que le premier avec notamment la victoire en seconde manche face à Tom. C’est vraiment cool de pouvoir se battre avec lui, j’ai pu rouler contre lui à l’époque quand on était plus jeune. Je gagne une manche en le doublant dans le dernier tour, c’est cool, mais c’est vrai qu’ils sont encore toujours un step au-dessus. Leur entraînement est différent de celui qu’on fait en Europe, leurs motos sont différentes aussi. On n’est quand même pas très loin, le niveau Français n’est pas si mauvais que ça; c’est top de finir le week-end à Paris sur le podium.

Une victoire de manche, une deuxième place le dimanche, une troisième place au cumul des deux soirées, Anthony Bourdon a répondu plus que présent pour ce 40ème SX de Paris

L’an dernier, je t’avais posé la question des US. Tu m’avais répondu “J’irai un jour, je ne sais pas quand, mais j’irai”. Quand on voit ce que tu es en mesure de faire à Paris face à des pilotes Factory qui jouent les podiums et les victoires en SX US, on se demande forcément si c’est pour 2024 ?

Oui, c’est prévu. Ça fait déjà deux mois que je travaille sur le projet US. Je suis notamment en contact avec quelques structures là-bas. Pour moi, ce serait top. Partir là-bas tout seul – même si je pourrai avoir le soutien et une grosse aide de Bud Racing – ce serait quand même compliqué et notamment sur le plan logistique. Intégrer une équipe sur place serait plus simple pour moi. Les équipes US attendaient justement de voir les résultats au Supercross de Paris pour voir ce que ça pouvait donner; je pense que j’ai montré de belles choses donc j’espère avoir une place pour faire une saison aux US.

On partirait sur du 250 ?

Exactement. Pour la première année, le 250 me permettrait de faire une côte en entier alors qu’en 450, ce serait partir plus longtemps et c’est aussi un autre step, plus compliqué. L’idée est de partir pour faire du 250. Est, Ouest ? Normalement on vise plus la côte Est; ça me laisse plus de temps pour gérer mais ce sera aussi suivant les propositions que j’aurai. J’ai potentiellement des propositions pour faire la côte Ouest. Je suis à bloc sur le projet. Déjà l’an dernier, je t’en avais parlé et je voulais vraiment y aller. Là, je pense qu’il y a de bonnes chances pour que ça se concrétise.

Il reste une épreuve sur le SX Tour. Tu es second du championnat avant Lyon. Qu’est-ce qu’il manque pour aller chercher Aranda, Soubeyras, et aller remporter cette première victoire dans la catégorie ?

Ils sont encore un petit cran au-dessus de moi, Greg & Soub. Il me manque peut-être encore un peu d’expérience car ça fait 10 ans qu’ils roulent ensemble, ils sont sur les terrains, ils font du SX tous les week-end. Soub est déjà allé aux USA, ils ont plus d’expérience et je pense que c’est ce qu’il me manque pour être en mesure de les battre régulièrement. C’est aussi pour ça que je veux partir aux US, pour franchir un step en France. J’espère que ça m’aidera mais on va tout donner à Lyon pour monter sur le podium, et pourquoi pas sur la plus haute marche.

Les teams US attendaient de voir ce qu’Anthony serait en mesure de faire à Paris. Ils ont vu.

Comment se passe ce WSX cette année ? Tu avais fait le championnat en 450 avec GSM l’an dernier, tu es redescendu sur le 250 avec Bud cette année. Vu ce que tu nous as montré encore ce week-end, on est en mesure de ce dire que les résultats sur le WSX ne reflètent pas vraiment ce que tu devrais pouvoir faire cette saison sur ce championnat.

Non, c’est clair que lors de la dernière épreuve, je me suis complètement planté. La piste était un peu spéciale, c’était étroit, petit, compliqué à doubler. Je me suis retrouvé en deuxième ligne au départ et ça a été compliqué toute la soirée, je n’ai pas réussi à prendre de bons départs …

De tête, tu étais le plus rapide en SX2 aux chronos.

Exactement, j’avais fait la pole aux chronos, et j’ai foiré ma heat. C’était la heat qui te plaçait pour les trois finales du soir; c’était la heat à ne pas louper pour être au moins en première ligne …. J’ai galéré toute la soirée et je pense que les résultats ne reflètent pas le niveau que j’ai forcément en ce moment. Là, on va à Melbourne, et je pense que al piste sera plus grande, type Paris, et je pense qu’on pourra quand même plus s’exprimer. J’espère faire de meilleurs résultats à Melbourne qu’à Abu Dhabi, c’est sûr.

J’ai été assez critique concernant l’épreuve d’Abu Dhabi, il y a d’ailleurs un gars de chez Bud qui m’était tombé dessus. Ton opinion à propos de ce second round du championnat, de cette organisation, de cette piste, en comparaison avec les épreuves précédentes, c’est quoi ?

C’est vrai que tous les à côté, pour nous sur place, c’était le top. Il y a quelques petites choses à améliorer, forcément. Après, c’est le World Supercross et comme ils nous l’ont dit, il faut s’adapter à chaque pays. En Allemagne, ils ont des petites pistes. À Abu Dhabi, il y a une petite salle, aux US, ils ont de grands stadiums… Le championnat du monde sera fait de plusieurs types de terrains et à Abu Dhabi, on a rencontré un petit terrain. C’est comme ça. On y retournera lors des prochaines années, il va falloir s’adapter mais maintenant on le sait. Un bon départ, une bonne heat, il faudra performer, s’adapter. En soi, je pense qu’il y a quand même eu de belles courses. En 450, il y a eu de la bagarre et on en a beaucoup parlé avec Friese qui nous a fait des siennes. Pour nous, étant sur place, c’était quand même incroyable. On a entendu beaucoup de critiques, il y a forcément des points à améliorer et notamment au niveau de la retransmission TV, je pense. Ce que les gens ont vu ne reflètent pas forcément ce qu’on a vécu sur place. Ils bossent sur des améliorations et on espère que ça va aller dans le bon sens. La finale sera chez eux, en Australie, et je pense que ça annonce une belle finale.

Anthony Bourdon “j’espère avoir une place pour faire une saison aux US”

Retour