Cameron McAdoo “quand l’adrénaline est retombée, j’ai réalisé à quel point j’étais froissé”

Cameron McAdoo “quand l’adrénaline est retombée, j’ai réalisé à quel point j’étais froissé”

L’image de la soirée, la chute de la saison; le nom de Cameron McAdoo était sur toutes les lèvres après la finale d’Atlanta 2. Victime d’une chute impressionnante qui obligera les organisateurs à sortir le drapeau rouge, le pilote Pro Circuit Kawasaki a tout de même repris le départ de la course pour sauver ses espoirs de championnat. Ce dernier revient sur une finale pour le moins mouvementée.

Cameron McAdoo – en conférence de presse.

“La chute était folle. Je viens de la revoir. La jambe a tapé très fort et je ne pouvais plus la bouger. Je me suis battu pour pouvoir bouger ma jambe à nouveau. Je faisais de mon mieux pour me relever. Je voulais retourner sur ma moto. Les médecins m’ont dit : “Tu ne devrais probablement pas.” J’ai dit : “Non. Je veux y retourner.” Puis ils m’ont aidé à descendre de la bosse. Je suis retourné à ma moto après le drapeau rouge et je leur ai dit que je voulais y retourner, que j’allais bien. Bien sûr, le docteur Bodnar est venu et il m’a examiné minutieusement parce qu’il était inquiet pour ma tête; et j’ai passé tous ses tests. La moto était bien abîmée, alors les mécaniciens ont fait du mieux qu’ils pouvaient. Ils ont scotché les plastiques, attaché des trucs avec des rilsans parce que tout était en morceaux. Mon guidon était vraiment en arrière et pas mal tordu, mais je ne m’en suis pas vraiment rendu compte avant d’arriver dans le premier virage. Je ne pense pas avoir signé le holeshot, mais j’étais en tête. C’était une course difficile. Après cinq minutes, quand l’adrénaline est retombée, j’ai réalisé à quel point j’étais froissé. […]

Quand je suis sorti de la piste, le Dr Bodnar était là. Il m’a demandé si j’allais bien. Je lui ai dit, “Oui, je vais bien. Je veux rouler.” J’ai couru jusqu’à ma moto et il m’a dit : “Ok. Tu sais ce qui s’est passé ?” J’ai dit : “Oui.” Alors, j’ai couru jusqu’à la moto et je suis reparti vers la grille. Evidemment, les médecins sont revenus pour m’évaluer complètement.

C’était une bonne chose, parce que je ne voulais pas me mettre en danger en allant sur la piste s’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. Évidemment, en tant que pilote et compétiteur, je me retrouve dans le feu de l’action sur le moment. Je voulais faire tout ce que je pouvais pour retourner sur la grille de départ et rouler. Puis ils ont fait un tas de tests oculaires et toutes les choses qu’ils font habituellement dans ces cas-là. Je pense qu’ils s’inquiétaient surtout de savoir si j’avais fait une commotion cérébrale ou si ma nuque avait été touchée, etc. Donc, une fois qu’ils m’ont checké et autorisé, je me suis aligné de nouveau derrière la grille. […]

En ce qui concerne Mitch, honnêtement, je pense qu’il était surtout inquiet, il voulait s’assurer que j’allais bien. Mon coéquipier, Seth, a connu une soirée difficile aussi. Je pense que Mitch était surtout préoccupé de notre état de santé. C’est cool parce que ce n’est pas seulement le résultat qui compte, ils se préoccupent vraiment de nous. Ils sont contents parce que j’ai fait tout ce que j’ai pu pour sauver ma soirée alors qu’elle aurait pu être vraiment terrible; on est tous heureux que je sois en un seul morceau. […]

Il faudrait que je revienne en arrière pour bien comprendre la chute, mais je pense que ce qui s’est passé, c’est que j’ai un peu trop allongé sur le premier triple, et l’appel du double suivant était assez raide. Je pense que les suspensions étaient encore comprimées sur le double, ce qui m’a fait passer par-dessus le guidon. Je crois que ça s’est passé comme ça. C’était une petite transition assez raide, et je ne suis pas arrivé correctement dedans. Le Supercross, on se doit de le respecter”

Médias