Interviews

Chase Sexton “Cette année, ça va être la guerre mais je suis prêt”

Interview: Conférence de presse

Chase Sexton ne s’en cache pas, la transition sur la KTM n’a pas été simple à l’intersaison, à tel point que le champion en titre espérait pouvoir naviguer dans le top 10 en début de saison. Auteur d’un podium opportuniste à Anaheim 1, Chase signe un succès important dans les conditions difficiles de San Francisco. Le voilà de retour avec la plaque rouge, et en pleine confiance. Vivement San Diego. Micro.

Chase, tu montes sur le podium lors des deux premiers rounds. Parle-nous des difficultés que peuvent représenter un changement de team, et de ce que ça représente pour toi de gagner ta première course de la saison en tant que champion en titre.

Je ne peux pas dire que c’est la meilleure intersaison de ma carrière. J’ai vraiment galéré. Ça se passait bien quand j’étais en Californie, et puis on est allé en Floride et Ken Roczen – mon partenaire d’entraînement – a été aux premières loges. J’ai enchaîné des journées où j’étais vraiment incapable de rouler, j’étais vraiment en manque de sensation et pas à l’aise avec le fait de devoir m’habituer à une nouvelle moto. Je dois vraiment remercier le team Red Bull KTM, ils ont vraiment énormément travaillé pour que je retrouve mon niveau. Avant San Francisco, je disais à tout le monde que j’étais dégoûté de disputer une épreuve dans la boue, parce qu’on avait vraiment fait des progrès après Anaheim 1; je me sentais de nouveau moi-même avant la seconde épreuve et je me suis dit que je ne pourrais pas le montrer. Du coup, c’est clair que c’est bon de pouvoir gagner, même dans la boue. Encore une fois, merci au team qui a fait du très gros boulot, ils sont prêts à faire n’importe quoi pour que je sois à l’aise sur la moto. C’est exactement le genre d’attitude que je recherchais.

C’était comment, de mener cette finale et d’essayer de survivre alors qu’Eli n’était pas loin derrière, et qu’il maintenait une certaine pression.

Quand tu disputes une course dans la boue, tu veux te retrouver en tête pour éviter les projections. D’un autre côté, tu as toujours l’impression que la finale ne touche jamais à sa fin. Dans les premiers tours, quand j’étais tout seul en tête et que je n’avais pas à me soucier des retardataires, j’étais bien, ce n’était pas simple mais j’avais un semblant de rythme. J’ai pu prendre mes traces. Quand on est arrivés dans les retardataires, être en mesure de les doubler était la clef. Je pouvais entendre Eli derrière moi, je ne savais pas trop à quelle distance il était. C’est difficile de voir son panneauteur dans ces conditions. Je ne savais pas si j’avais de l’avance ou si Eli était juste derrière; je l’entendais et je faisais de mon mieux pour me concentrer sur mes traces, c’est difficile de ne pas faire d’erreurs dans ces conditions. J’ai été plutôt régulier à chaque tour, et j’étais d’ailleurs  très content d’avoir eu cette régularité pendant la finale.

Ces dernières semaines, tu as fait savoir que tu n’étais pas franchement satisfait de ta KTM à l’intersaison. Quand tu décroches un résultat comme ça sur ce genre de piste, est-ce que ça te rassure, te fait dire que ta moto est au point, désormais ?

C’était bien différent ce samedi. Évidemment, tu ne peux pas vraiment faire de setting dans ces conditions. Il faut juste faire de son mieux, tenter d’avoir le meilleur équilibre et rester sur ses roues. Franchement, après Anaheim 1, être monté sur le podium m’a enlevé un gros poids des épaules. C’est sûr que je n’ai pas très bien roulé, que j’étais plutôt loin de Jett à l’arrivée mais être en mesure de décrocher ce résultat, c’était presque inespéré. J’en étais à me dire que j’allais être chanceux si je terminais dans le top 10. On a passé des journées plutôt sombres à l’intersaison avec le team, à tout faire pour trouver un peu d’aisance sur la moto. C’est une moto vraiment très différente de ce que je connais. Elle n’est pas du tout comme la Honda. Comme je l’ai dit juste avant, j’avais hâte de disputer une autre épreuve – sur le sec – car on avait vraiment fait de gros changements au niveau des suspensions la semaine passée. C’est vraiment ça qui me posait problème. Le jeudi, j’étais vraiment à l’aise sur la moto. J’ai passé les deux meilleures journées à l’entraînement sur la KTM depuis ma signature après A1, et je me suis dit que j’étais probablement encore plus rapide que l’an dernier.

Le départ était la clef ce samedi, et Chase Sexton n’a pas loupé le coche @KTM Racing

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

En finale, tu as fait un départ incroyable. Le premier virage était chaud, il y a eu un paquet de chutes derrière toi.

Pour le départ … Ça va sembler stupide, mais j’ai vu la grille bouger un peu, et j’ai juste tout lâché. J’avais un feeling, je me suis dit que la grille allait s’abaisser à ce moment-là et j’y suis allé. C’était un bon départ ! J’en ai signé quelques uns comme ça, mais tu ne t’en sort pas toujours aussi bien. Je suis arrivé dans le premier virage, et c’était vraiment super mou et je ne m’attendais pas à ça. J’ai bien failli par-dessus le guidon et de là, Kenny m’a doublé; je n’ai pas trop compris ce qu’il lui est arrivé par la suite, je me suis dit qu’il m’avait laissé repasser [rires]. J’ai eu de la chance de sortir devant, et de là j’ai tout fait pour prendre le large.

Quand tu as mis un tour à Jett, tu as réalisé que c’était lui ?

Je ne savais pas vraiment qui c’était. Je croyais voir une Honda. J’ai vu un retardataire devant moi qui se déportait, et je me suis dit qu’il allait me laisser passer. De là, j’ai vu que c’était Jett et il s’est coincé dans une ornière, j’ai dû me décaler au mieux pour l’éviter mais aussi éviter de le percuter. C’est le genre de choses qui arrivent dans ces conditions. Si tu n’es pas à l’aise où que ton équilibre n’est pas bon, tu peux vite passer du très bon au très mauvais et c’est ce qu’on retrouve souvent dans ces conditions. Soit tu es vraiment dans le coup, soit à côté de la plaque, ça dépend de comment tu te sens sur l’instant.

Tu as dû te faire une petite frayeur à ce moment-là, dans le dernier tour.

Non, j’étais assez calme en fait. Honnêtement, et toute la finale, même s’il y avait des petits pépins ici et là avec les retardataires et les erreurs, j’étais calme. Je sens vraiment que j’ai mûri en tant que pilote. Je suis calme quand je fais une erreur, et je suis dans un meilleur état d’esprit. Cet incident ne m’a pas vraiment dérangé, j’ai pu le doubler et franchir la ligne d’arrivée !

L’an dernier, Chase avait chuté de nombreuses fois lors des finales. Il est resté solide et sur ses roues ce samedi @KTM Racing

Vous n’avez eu qu’une séance d’essais chronométrés et la piste a changé avant la finale. C’est comment de rouler sur une piste sur laquelle on n’a fait que quelques tours, finalement ? Ça aurait été la même chose, s’ils n’avaient pas modifié la piste, selon toi ?

Personnellement, j’adore quand on ne fait qu’une séance. J’ai tendance à apprendre les tracés vraiment rapidement, c’est un peu inné pour moi. J’espérais qu’on ne fasse qu’une séance, et c’est ce qui s’est passé; j’étais plutôt content. Après les essais, je me sentais prêt et les organisateurs ont fait quelques changements sur la piste, c’était une bonne chose pour tout le monde car s’ils avaient laissé la piste tel quel, on aurait eu encore plus de difficultés. Ça aurait été vraiment chaud, surtout dans les whoops.

Rouler dans ces conditions, c’est aussi fatigant ou plus fatigant que de rouler sur le sec ?

C’est dur. La moto devient vite lourde, on est toujours sur le fil du rasoir a essayer de garder l’équilibre. Musculairement, c’est plus difficile je dirais; peut-être pas beaucoup plus dur que quand on roule sur le dur mais c’est différent au niveau du cardio. On ne monte pas bien haut en pulsations dans ces conditions. On essaye surtout de se frayer un chemin sur la piste, tout en gardant la moto la plus droite possible. C’est difficile mentalement aussi, de ne pas faire d’erreurs et de rester concentrer sur le moment présent. C’est le plus important dans la boue.

Tu l’as dit, tu es à l’aise sur la moto maintenant. Il semblerait que tu sois déjà prêt à en découdre avec Jett, Ken, Eli et les autres.

Je ne pensais pas qu’on serait dans cette situation si tôt dans la saison. Pour être honnête, je pensais que j’allais devoir être patient et essayer de trouver mon aisance sur la moto; je m’étais dit que ça allait prendre beaucoup de temps. On a vraiment tenté de faire de gros changements avant Anaheim; l’équipe a fait en sorte que je sois un peu plus à l’aise avec l’arrière de la moto. J’étais satisfait, mais la moto n’était pas prête pour autant. Là, on a fait de nouveau de gros changements, et on se rapproche vraiment du but. On n’est pas trop mal mais on peut toujours faire plus et mieux. À partir de maintenant, je m’attends à pouvoir me battre contre n’importe qui. Honnêtement, je sais qu’on pourrait aussi retrouver des podiums différents à chaque épreuve. On ne peut pas vraiment écarter qui que ce soit. Cette année, ça va être la guerre mais je suis prêt; je suis dans un bon état d’esprit et dans une bonne position pour pouvoir me battre pour les victoires tout le long de la saison.

La plaque rouge revient sur la KTM de Chase Sexton après San Francisco … @KTM Racing

Chase Sexton “Cette année, ça va être la guerre mais je suis prêt”

Retour