Ryan Villopoto « On n’a pas arrêté parce qu’on ne pouvait plus gagner, mais parce qu’on était complètement cuit »

Ryan Villopoto « On n’a pas arrêté parce qu’on ne pouvait plus gagner, mais parce qu’on était complètement cuit »

Déjà 7 ans que Ryan Villopoto a mis un terme à sa carrière. L’homme aux 10 titres AMA – décrochés pendant les années Stewart, Reed, Dungey, Canard, Millsaps & compagnie – était l’invité du Whiskey Throttle Show et s’est exprimé sur le problème que pose les calendriers des championnats Américains qui, selon l’intéressé, ne permettent plus aux pilotes de durer sur le long terme. Pour rappel, Ryan Villopoto a mis fin à sa carrière US au terme de la saison de Supercross 2014, il était alors âgé de 26 ans.

Ryan Villopoto – Whiskey Throttle Show: « Quand je me suis fait ma blessure au genou en 2012, c’était une bonne chose, j’avais besoin d’un break. J’avais besoin d’arrêter les courses, de voyager à travers le pays, et ce n’était pas du tout la faute d’Aldon Baker. Je vais jeter le blâme sur Feld, et sur MX Sports.

Tu ne peux pas rouler 17 finales de Supercross et enchaîner avec 12 épreuves d’outdoor d’affilée, avant d’aller au Motocross des Nations, puis à la Monster Cup. Je pense que le problème, c’est notre calendrier. C’est comme si on passait du tennis sur terre battue au tennis sur gazon sans break avant de revenir au tennis sur terre battue, et c’est ça toute l’année, il nous faut un break.

Je ne comprends pas que Feld n’ait toujours pas saisi pourquoi on prenait notre retraite à 26 ou 27 ans. J’aurais pu continuer à gagner, Ryan Dungey aussi, Ricky Carmichael aussi. On n’a pas pris notre retraite parce qu’on ne pouvait plus gagner, mais parce qu’on était complètement cuit. On ne voulait tout simplement plus faire ça; on était payé pour gagner, et si on ne gagnait pas, on n’était pas payé.

Si ça ne tenait qu’à moi, il y aurait 12 Supercross, et 8 outdoors. 6 Supercross, une ou deux semaines de repos, et 6 Supercross. Ensuite un bon petit break durant lequel on pourrait tester, faire nos trucs, puis 4 outdoors, une semaine de repos, et 4 outdoors.

La faute ne vient pas des équipes ou des entraîneurs. Ceux qui gèrent tout ça se font beaucoup de dollars dans le domaine du divertissement, et les pilotes sont un divertissement, et chacun se bat pour garder sa place.

Les ligaments croisés pour Villopoto à Seattle, en 2012

Si tu regardes en Europe, les pilotes ne touchent plus à leur moto pendant 2 mois après leur championnat. Je me souviens après m’être fait mon genou pour la seconde ou la troisième fois, je n’ai pas roulé pendant 4 mois. Quand je suis revenu sur la moto le premier jour, mon mécanicien d’entraînement m’a dit que j’étais plus rapide après 4 mois sans moto que la dernière fois que j’avais roulé avant de me blesser. Je m’amusais, j’étais content d’être de retour sur la moto, et c’est vraiment important. Avec ce calendrier, les promoteurs ne nous donnent pas cette chance.

S’ils veulent se faire plus d’argent, ils feraient mieux de faire en sorte de garder les légendes du sport. Eli Tomac est proche de la sortie, Cooper Webb arrêtera probablement d’ici 2 ans, pourtant il est encore jeune. Ces gars pourraient continuer à rouler plus longtemps comme Chad Reed l’a fait – même si je pense honnêtement que Chad a poussé un peu trop longtemps – mais ils pourraient continuer s’ils le voulaient, et s’ils avaient l’opportunité de le faire. »

Médias