Interviews

Tom Vialle « Gagner en Supercross aux USA, c’est mon rêve depuis que je suis gamin »

L’occasion de voir Tom Vialle évoluer une dernière fois – en France – sur le mondial MX2 était trop belle pour être manquée; de nombreux fans Français l’ont bien compris et ont fait le déplacement jusqu’en Charente Maritine pour encourager l’officiel Red Bull KTM, qui a repris 13 points à Jago Geerts ce week-end à Saint-Jean d’Angely. Avant la finale du mondial en Turquie et le départ pour les USA, on a été prendre la température auprès du pilote Français afin de répondre à certaines questions soulevées cette saison … Micro

Tom, j’ai une question qui va te faire remonter à l’intersaison 2021/2022. Outre la blessure contractée fin 2021, tu n’as pas eu de coéquipier de la saison: est-ce que ça t’a impacté, ça aussi ?

Après la blessure, je me suis arrêté deux mois et demi et j’ai repris la moto début janvier. On a commencé la saison très tôt cette année, en mars, et même fin février je crois. J’ai repris les GP alors que je n’avais plus roulé depuis 2 ou 3 mois et en plus, j’avais une nouvelle moto que personne n’avait encore testée car je n’avais pas de coéquipier. Personne n’avait essayé la moto avant moi et en plus, quand on s’arrête pendant deux mois, on perd beaucoup que ce soit physiquement et même au niveau du rythme en piste. En fait, j’ai réglé une moto tout seul en un mois juste avant le premier GP et ce n’était pas facile.

Bien sûr, au début, on a fait quelques erreurs, la moto n’était pas super mais au fil de la saison, on l’a vachement améliorée et là, je me sens plutôt bien dessus.

Au niveau de ton programme, il y a eu une restructuration pour t’éviter de faire toute ta saison seul à l’entraînement ?

J’ai quand même pu m’entraîner pendant l’hiver avec Jeffrey avant qu’il ne se blesse lors du photoshoot. On a roulé tout l’hiver en Espagne ensemble. Par la suite, j’étais tout seul mais ça, ça ne me dérange pas. En fait, je roule très souvent tout seul.

On a vu de l’irrégularité cette année, ce qui ne t’était pas vraiment propre jusqu’à présent. La nouvelle moto, c’est une des causes de cette irrégularité du début de saison ?

Oui, c’est ça. Quand on est arrivé en début d’année, Jago Geerts avait connu une superbe intersaison sans problème, il avait la même moto que l’année précédente. Moi je n’ai presque pas roulé de l’hiver et on a changé de moto entre-temps. Dès le début de saison, j’ai vachement poussé et du coup, j’ai fait des erreurs. Je manquais de roulage et la moto n’était pas encore au point à ce moment-là et je voulais aller beaucoup trop vite par rapport à ce que la moto pouvait faire, et ce que moi je voulais faire avec. J’ai connu quelques courses compliquées. C’est surtout à Mantova que j’ai perdu le plus de points en faisant une grosse chute. Après ça, je n’ai pas abandonné de manche sur une chute. J’ai cassé la moto en seconde manche en Allemagne mais ce n’était pas de ma faute. Dans la saison, on a pu remonter un peu la pente.

Tom Vialle a repris 21 points à Jago Geerts en 2 grands prix !

Tu as dû en faire des heures de testing sur cette moto, tu vas être un fin metteur au point.

On a fait beaucoup de testings et désormais, la moto va plutôt bien. Il n’y a pas que moi, White Power travaille également beaucoup sur les suspensions et eux, de leur côté, ils ont des pilotes qui font du testing chez KTM. Parfois, ils viennent avec des modifications, des petits plus et moi, je dois essayer et confirmer – ou non – les modifications. Par exemple, ce week-end à Saint-Jean d’Angely, j’ai roulé avec un nouvel amortisseur pour la première fois.

Chaque week-end, on change quelque chose. Parfois c’est au niveau de la couronne, parfois, au niveau du moteur. Même en fin de saison, on continue à tester car la moto n’est pas encore à 100%, on essaye de trouver des solutions et de se rapprocher de la moto que j’avais en 2021, qui était vraiment au top au niveau du moteur, des suspensions, c’était – selon moi – le sommet de la moto en catégorie 250. KTM a fait une nouvelle moto cette année, il y a donc beaucoup de choses à apprendre, à reconstruire et là, on est en fin d’année mais cela n’empêche pas que l’on essaye encore de nouvelles choses.

Un petit mot sur cette seconde manche en Finlande, dans ta façon de rouler, j’ai eu l’impression que c’était une manche très importante de ta saison 2022.

Elle était importante à gagner. Jago est tombé dès le premier ou le deuxième tour, et c’était important de bien rouler. Je voulais vraiment la gagner car ça faisait quelques grands prix que je ne roulais pas super bien. C’était important pour moi, et pour le championnat aussi.

KTM avait annoncé ton arrivée en MXGP en 2023 et finalement, changements de plans. Est-ce qu’on peut savoir ce qui a motivé ces changements ?

C’est moi. En début d’année, j’ai pris la décision de parler avec KTM. On a discuté d’une opportunité d’aller aux USA. Le team KTM USA était vraiment motivé donc c’était super. Tout s’est bien goupillé ensuite, l’organisation s’est mise en place. Moi, je veux rouler en Supercross et j’aimerais bien gagner aux Etats-Unis. Gagner en Supercross aux USA, c’est mon rêve depuis que je suis gamin et ce sera mon objectif pour les prochaines années.

J’ai entendu qu’avant de signer, tu as voulu tester une KTM aux spécificités américaines.

Oui, j’ai essayé la moto après l’Indonésie de souvenir. On a eu un mois de break, j’ai essayé la KTM qu’ils ont aux USA.

Tom Vialle partira-t-il aux USA avec deux titres de champion du monde MX2 ? Réponse début septembre.

Donc le départ aux USA n’était pas dû au fait que tu ne souhaitais pas évoluer en mondial MXGP l’an prochain ?

C’est plus ça. J’ai roulé presque un mois et demi avec la 450 SX-F, ça s’était vraiment bien passé pendant l’hiver. J’avais vraiment aimé et je roulais pas mal avec cette moto. Ce n’est pas que je ne voulais pas monter en 450, c’est plus que j’avais un peu peur de rester en MXGP pendant 10 ans. Je n’ai que 21 ans, et faire du MXGP jusqu’à 30 ans, sur les mêmes circuits chaque année… Je voulais du changement et là-bas, je trouve que c’est plutôt cool car on fait du Supercross en début d’année avant de passer sur le Motocross. Il y a deux disciplines et sur le long terme, je trouve ça plus sympa et moins ennuyant.

Tu vas travailler avec Aldon Baker ?

Normalement, Oui

Donc tu vas vivre en Floride ?

Oui, en Floride.

Tu sais sur quelle côte tu seras pour le Supercross ?

Pour l’instant, pas encore, non.

Un petit mot sur les Nations. Les gens veulent savoir pourquoi tu n’es pas aux Nations cette année; qu’est-ce qu’on leur répond ?

Ça vient un peu de mon départ aux USA. Il me semble que la dernière course en Turquie se dispute le 4 septembre et je dois passer par une petite opération du pied après la Turquie donc je ne pouvais malheureusement pas rouler aux nations. On a réfléchi à l’option de se faire opérer après les nations mais le problème, c’est que ça me faisait perdre presque un mois et c’était trop compliqué pour cette année. C’est dommage parce que je voulais vraiment aller rouler aux Nations, surtout à Red Bud aux Etats-Unis. Je me sens plutôt bien, je roule bien en 250 et ça aurait été super mais pour moi personnellement, le mieux est de me faire opérer directement après la Turquie comme ça, j’ai le mois de septembre pour récupérer et aller me préparer dès le mois d’octobre aux USA.

Tom Vialle « Gagner en Supercross aux USA, c’est mon rêve depuis que je suis gamin »
Retour
error: Uh, Oh !?!