Alexis Fueri « Pour 2022, j’ai plusieurs options qui s’offrent à moi »

Alexis Fueri « Pour 2022, j’ai plusieurs options qui s’offrent à moi »

Pilote 100% privé en début de saison, Alexis Fueri a terminé l’année 2021 en tant que pilote Factory Fantic sur le championnat d’Europe 125. Auteur de bons résultats sur le championnat de France Junior – qu’il termine en 4ème position – Alexis Fueri n’a pas hésité à aller provoquer sa chance en contactant le team-manager de l’équipe Fantic Factory Maddii suite à la blessure d’Hakon Osterhagen, alors leader du championnat d’Europe 125. La structure Italienne avait alors décidé de donner sa chance au jeune pilote Français, une opportunité saisie à bras le corps, et des résultats qui ont ouvert des portes pour la saison 2022. Micro

Alexis, il va falloir que tu nous rafraichisses la mémoire. Tu évoluais avec quel programme en début d’année sur le Junior ? Il me semble que c’était du 100% familial avec des sponsors perso ?

Oui exactement, je n’avais aucune aide, si ce n’est juste comme tous les pilotes de ligue : un petit pourcentage sur les pièces chez le concessionnaire à côté de chez moi. Niveau équipement j’ai eu LinkMX qui m’a fourni tout ce dont j’avais besoin pour avoir une belle moto et des beaux casques et merci à AJ de m’avoir fourni des tenues grâce à l’aide de YOKO.

Est-ce que le championnat d’Europe faisait partie de ton programme, de base, pour cette saison ?

À vrai dire mon début de saison 2021 a été vraiment compliqué, d’une part parce que je n’ai pas connu une super préparation hivernale à cause de quelques problèmes et surtout parce que dans ma tête ça n’allait pas super bien… Au fil des courses ça allait de mieux en mieux… Malheureusement comme je l’ai dit, l’hiver et le début de saison a été compliqué et nous ne savions vraiment pas ce qu’on allait faire… Donc non pas vraiment, peut-être qu’après Villars-sous-Ecot on aurait réfléchi pour aller faire celles en Italie, mais c’est tout.

Finalement, Osterhagen se blesse, et voilà que Fantic te propose un guidon. Comment ce deal s’est fait, et c’était quoi, ce deal, exactement ?

Tout d’abord la connexion s’est faite quelques heures après l’annonce de la blessure d’Hakon Osterhagen [ndlr: leader du championnat d’Europe 125 au moment de sa blessure]… Depuis l’année dernière je regarde à peu près tout de ce team car j’ai – en quelque sorte – toujours rêvé d’essayer cette moto. J’ai contacté Marco Maddii directement pour savoir s’il cherchait un pilote pour remplacer Hakon en lui expliquant que j’étais super motivé. Il m’a répondu très rapidement et il était intéressé, on a attendu la fin du championnat de France et je suis allé tester la moto pendant 2 jours.

Alexis Fueri et Marco Maddii

Je n’avais pas de moto chez moi car ce n’était pas dans l’accord avec eux; Fantic souhaitait que les pilotes et les motos restent au team, j’ai roulé seulement 3 jours avec la moto de l’équipe avant de partir en Allemagne. Par la suite, les courses s’enchaînaient donc je roulais avec ma Yamaha la semaine et le week-end je remontais sur la Fantic. Mais par contre quand je suis allé rouler au team avec la moto je bénéficiais d’un package Factory avec un mécano, et tout ce qu’il faut.

J’imagine qu’évoluer au sein de l’équipe Maddii, ça a aussi bien déchargé ton entourage ?

Oui énormément ! Ce fut un gros changement pour eux et pour moi… Quand on rentrait d’une course le lundi dans la nuit et qu’il fallait repartir le jeudi pour monter à Rauville-la-place c’était un peu un marathon [rires]. Sachant que mes parents travaillent toute la semaine, tout décharger, tout nettoyer, refaire la moto et tout recharger prenait énormément de temps. De passer de ça à maintenant juste rentrer et nettoyer des tenues et des bottes et ne pas avoir à faire un Tetris pour charger le camion, ça change la vie !

Tu fais tes débuts en Junior en 2020, avec quelques piges en EMX125. En une intersaison, tu passes du pilote qui tente de rentrer dans les points à l’Europe, à celui qui accroche le top 5 de manche. Il va vraiment falloir que tu nous donnes la recette de ton petit dej’. Plus sérieusement, cette progression, elle sort d’où ?

Cela n’a pas été surprenant pour mon entourage et moi car à mon passage en 125 à l’hiver 2019, mon entraîneur et moi avons énormément travaillé, c’est là que j’ai commencé à réellement m’entraîner comme il le fallait. J’avais fait une préparation hivernale encore meilleure que celle que j’ai faite pour cette année 2021… Malheureusement lors de cette année 2020 je n’ai pas roulé à mon véritable niveau une seule fois. 2020 a été une année super difficile et décevante autant pour mon entourage que pour moi.

Je ne sais même pas si j’ai vraiment beaucoup progressé entre 2020 et cette année, j’ai juste réussi à rouler un peu plus à mon niveau, comme à l’entraînement, et à me faire plaisir.

Une entrée en matière réussie en Allemagne (7-5) avec l’équipe Fantic Factory Maddii Racing

Finalement, avant Teutschenthal cette saison, tu n’avais signé qu’une manche dans les points en EMX125, en 2020 [16eme en manche à Faenza]. Tu fais 6ème en Allemagne pour ta première sortie sur l’Europe 125 en 2021 avec un 7-5; j’imagine que la surprise était de taille ?

Oui c’est vrai que pour une première, ça s’est super bien passé. Surpris; oui et non car les pilotes contre lesquels je me suis battu sur le championnat de France étaient capables de jouer devant sur le championnat d’Europe également. Je savais juste que j’avais moins le droit à l’erreur car sur l’Europe, les 10-15 premiers sont capables de faire un podium.

On dit que la Fantic, c’est une Yamaha. Mais j’ai comme l’impression que cette Fantic là n’avait finalement pas grand-chose à voir avec ta Yamaha du début de saison.

La base d’origine est la même en effet, mais chaque personne règle sa moto, et roule à sa façon… Je n’ai pas pu tester et mettre la moto au point pour moi du coup, j’ai roulé avec la moto et les réglages d’Hakon Osterhagen. Niveau moteur également ce n’était pas du tout la même chose; la Fantic marche vraiment fort.

En épluchant les résultats de ta saison, je remarque une chose. Il y a un pilote qui a terminé 10 manches devant toi sur le Junior. Ce même pilote était présent sur l’Europe 125, et tu as terminé 10 manches devant lui. Comment on explique ça ?

Je ne saurai pas vraiment l’expliquer. Comme je l’ai dit, au fur et à mesure de la saison, je me sentais de mieux en mieux et les courses du championnat d’Europe sont arrivées tard dans la saison.

Tu parles de blessures dans ton post instagram de fin de saison, qu’est-ce qu’il s’est passé, et quel bilan tirer de ta saison 2021 ?

Un peu comme tous les pilotes de motocross, on roule tous plus ou moins blessés, en quelque sorte… Juste après la dernière course à Arco di Trento, on avait un peu plus d’une semaine de break jusqu’à l’épreuve de Mantova et je suis allé rouler avec le team; j’ai chuté le mardi et je me suis fait mal au pouce. Je ne savais pas si j’allais pouvoir rouler à Mantova mais j’ai fait tout mon possible la semaine pour le rétablir au mieux et j’ai pu rouler en serrant un peu les dents mais ça l’a fait. Je me suis également fait une petite blessure au poignet après ma chute en Espagne.

2021, ça a été une année avec des hauts et des bas mais beaucoup d’expérience et de rencontres qui m’aideront pour l’année prochaine, c’est certain.

Alexis Fueri s’est rapidement fait un nom sur le championnat d’Europe 125 cette saison

J’ai vu passer un commentaire d’Eric Sorby, il ne tarissait pas d’éloges à ton sujet. Finalement, ça montre à quel point l’investissement est plus important que le reste.

Oui Eric a bien résumé, et pour qu’il en parle comme ça, c’est que c’est vraiment la réalité…On a toujours tout fait tout seul depuis le début et on va dire que j’ai toujours réussi à rivaliser. Et pour cela, il fallait que je travaille plus que les autres dans les domaines où ce n’était pas l’argent qui rentrait en compte, c’est-à-dire miser sur le sport, l’alimentation et la détermination.

Si tu ne devais retenir qu’une course cette saison, ce serait laquelle, et pourquoi ?

Je pense que ce serait Villars-sous-Ecot. D’une part car je pense que c’est la seule course où j’ai roulé vraiment comme je sais faire et d’autre part car je me suis vraiment fait plaisir ce jour-là, même si en fin de la journée j’étais vraiment déçu et énervé [ndlr: Alexis cale au départ en seconde manche]. Maintenant, j’arrive à tirer le positif de cette course.

Est-ce que tes belles performances de 2021 t’ont déjà ouvert des portes pour la saison prochaine ?

Oui, forcément, ça ouvre des portes. Pour 2022, j’ai plusieurs options qui s’offrent à moi et à l’heure où l’on parle, la décision finale est sur le point d’être prise. Ce sera une nouvelle saison en 125.

Images: Fantic / Niek Kamper

Médias