Amandine Verstappen « J’ai dû rouler comme je le fais en GP »

Amandine Verstappen « J’ai dû rouler comme je le fais en GP »

Difficile de passer inaperçue quand on s’appelle Amandine Verstappen. Détentrice de la plaque rouge, vainqueure de toutes les manches du début de saison, la pilote Belge attirait toute l’attention ce weekend à l’occasion de la quatrième épreuve du championnat de France Féminin du côté de St Eloi. Figurant parmi les meilleures pilotes mondiales, Amandine Verstappen est allée chercher un nouveau doublé sur le terrain des Forges, non sans avoir subi deux accrochages en seconde manche; un détail pour la pilote 9MM Bud Racing Kawasaki qui est revenue de – très – loin pour arracher sa  24ème victoire de manche consécutive sur le championnat de France … Micro.

Amandine; c’est encore un doublé ce weekend, mais ce n’est pas passé bien loin en seconde manche. Quel bilan tu fais de ce weekend ?

J’ai chuté deux fois, chutes qui ne résultent pas de mes erreurs et qui m’ont pénalisée, c’est certain. Une manche, c’est 20 minutes et deux tours et je suis revenue chercher la première place alors qu’elle [Virginie Germond] avait dans les 35 secondes d’avance, donc j’ai encore prouvé que j’étais la plus rapide ce weekend. Je suis satisfaite de mon weekend car en deuxième manche, j’ai dû rouler comme je le fais en grand prix, et au moins ça m’a permis d’augmenter le rythme en course juste avant le mondial qui commence dans deux semaines, donc c’est top. Sur les autres épreuves, c’est vrai que j’ai tendance à ralentir le rythme une fois devant et ça pourrait me pénaliser en grand prix. En GP, c’est à fond du premier au dernier tour, alors qu’en championnat de France, non.

Il y a un championnat d’Europe Féminin, peu de pilotes de mondial y participent. Pourquoi ces épreuves ne font pas partie de ton programme à toi ?

Le top 4 du mondial WMX ne peut pas y participer; donc moi non plus. Cette règle est valable pour deux ans donc admettons que cette année je ne fasse pas de résultats en grands prix, je pourrais faire le championnat d’Europe féminin en 2022. Je trouve ça normal, même logique; si on est capable de rouler devant en mondial, ça ne sert strictement à rien d’aller faire l’Europe.

Qui pour barrer la route à Amandine Verstappen cette saison ?

Être autant au-dessus du lot en National, tu ne penses pas que ça freine ta préparation pour le mondial ?

Si, justement. Quand je vois que j’ai de l’avance, je me permets de ralentir; je pense que c’est humain. Ce n’est pas réellement à mon avantage parce que sur le mondial, c’est vraiment à bloc pendant 20 minutes et deux tours … J’aurais aimé pouvoir faire des courses avec les hommes en plus de mon programme actuel, mais avec le Covid-19, toutes les épreuves sont plus rapprochées et plusieurs championnats se déroulent en même temps, les mêmes weekends; c’est compliqué. Mais dans une saison plus normale oui, je roulerais avec les hommes en plus de mes deux championnats [France et Mondial]

Ça se compose comment une semaine de préparation pour toi ? Tu prends du rythme en t’entraînant avec les pilotes Bud Racing ?

Pendant la semaine, on roule 4 fois tous ensemble avec Quentin Prugnières, les frères Lucas et Sacha Coenen et Haakon Fredriksen. Le reste, c’est de l’entraînement physique; parfois ensemble à la salle, ou séparément. Je sais toujours plus ou moins où je me situe à l’entraînement au niveau des chronos.

Il y a eu cette annulation d’épreuve à Fublaines, et beaucoup d’avis mitigés, quelle est ton opinion sur la situation ?

D’après moi, ils auraient dû prendre le temps de gratter la piste, comme ils l’ont fait pour le championnat de ligue; ils auraient dû faire passer le championnat de France féminin en premier, et non la ligue.

Amandine Verstappen reste invaincue sur le championnat de France féminin depuis plus d’une saison

On a déjà vu des pilotes du WMX s’aligner sur le mondial MX2 et marquer des points; c’est quelque chose qui te brancherait ?

Ces pilotes s’alignent toujours sur des épreuves où il y a à peine 25 pilotes engagés, je ne trouve pas ça très représentatif. Moi, mon objectif, c’est le titre de championne du monde, ce n’est pas un ou deux points en MX2 qui vont m’ouvrir des portes, ou m’aider à décrocher des sponsors. On sait tous que si ces pilotes participaient à des épreuves « normales » avec 35 pilotes MX2 engagés, jamais elles n’auraient la possibilité de marquer ces points avec les hommes mais après, chacun son avis sur ce sujet.

Le motocross en Belgique semble sous la menace ces dernières années, l’avenir de ton sport, tu le vois comment ; électrique ?

Ouf, c’est vrai qu’en Belgique, c’est de pire en pire, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai déménagé sur Hossegor… Le problème, c’est que pour pouvoir s’entraîner quand on est Belge, il faut faire beaucoup de kilomètres; on n’a pas forcément tous les moyens et c’est compliqué. En ce qui concerne l’électrique; le jour où ça arrive, j’arrête la moto ! Le Motocross, ça va avec le bruit !

Tu fais partie de ce petit groupe de pilotes capables de viser le titre mondial. Quelle sera la clef de la saison 2021 ?

La régularité et la chance, il faut que tout soit réuni. La chance fait partie de la réussite. Tu peux être la plus rapide en piste, mais si tu rencontres un problème mécanique, ou si tu es pris dans une chute collective … Il faut aussi de la chance, et que tout soit réuni pour être devant.

Médias