Interviews

Chase Sexton « Ce sera difficile d’arrêter Eli, il est sur un gros rythme »

Images: Honda Racing

S’il n’a pas été en mesure d’inquiéter Eli Tomac dans le sable de Southwick, Chase Sexton lui a donné plus de fil à retordre à Spring Creek ce week-end. Auteur d’un (rare) dépassement sur le pilote Star Racing Yamaha en première manche 450, Chase Sexton avait fait le plus dur en creusant l’écart sur son principal rival, mais une chute dans un virage viendra anéantir les plans du pilote Honda HRC. Les deux hommes se sont de nouveau livré à un gros duel en seconde manche en survolant le reste du plateau. De nouveau battu en seconde manche, Chase Sexton perd la plaque rouge à Spring Creek, mais garde son sang-froid avant d’aller à Washougal, épreuve sur laquelle il s’était imposé la saison passée.

Chase, avec Eli, c’était dingue de voir à quel point vous étiez loin des autres [à Millville].

Le scénario s’est inversé dans la première et la seconde manche. Dans la première manche, je sentais que j’avais un bon rythme. Je me suis rapproché d’Eli, je l’ai doublé et j’ai essayé de m’échapper. J’ai fait une toute petite erreur; j’ai manqué l’ornière d’un rien et j’ai perdu l’avant. Ma moto s’est retournée, je me la suis prise sur le dos et mon maillot s’est déchiré. Heureusement que je suis grand, car ce n’était pas le meilleur endroit pour tomber comme ça. J’ai fait un genre de high-side au milieu de la descente. C’était un peu délicat pour s’en sortir.

En seconde manche, j’ai pris un bon départ, mais je n’avais pas de bonnes traces; Eli en avait des meilleures que moi et il m’a doublé. Ensuite, c’était à qui était capable d’aller le plus vite pendant le reste de la manche. On baissait nos temps à chaque tour, j’ai signé mes meilleurs chronos à la fin. Ce championnat, ça va être une bataille. Forcément, je suis déçu de perdre la plaque rouge mais il nous reste encore beaucoup de courses. Je dois m’améliorer, c’est tout.

En seconde manche, à un moment, tu étais à une seconde d’Eli. Tu savais que tu devais le doubler dans les derniers tours pour gagner; mentalement, c’était comment ?

Je pense que j’aurai dû attaquer plus tôt; j’ai attendu un peu trop longtemps. Quand on arrive dans les retardataires, c’est là que c’est le plus facile de doubler. Le premier a toujours plus de mal à passer les retardataires. J’ai simplement attendu car je savais qu’au fur et à mesure de la manche, ça allait devenir de plus en plus difficile. J’ai vu le panneau 2 tours, et c’était le moment pour moi de tout donner et de rouler aussi vite que possible pendant ces deux derniers tours. J’ai fait de mon mieux. Je pense que je n’ai jamais roulé aussi fort pendant 35 minutes depuis que je suis pro. Ce n’était pas super fun d’être battu, mais je suis content de m’être bien défendu. Je pense que je dois juste m’améliorer; je dois m’améliorer dans les premiers tours et ne pas me faire doubler, puis trouver un bon rythme. J’espère pouvoir me battre avec Eli de plus en plus souvent.

Chase Sexton n’a pas pu arrêter l’ogre Tomac ce week-end, mais le pilote Honda HRC est bien le seul a pouvoir inquiéter l’officiel Yamaha cette saison

Si tu devais donner une note – sur 10 – à ta performance du week-end, tu donnerais laquelle ?

Peut-être un sept; un gros six, un petit sept. Je n’ai pas gagné, donc ce n’est pas le top. C’est pour la victoire qu’on roule mais la route vers la gagne n’est jamais facile. On doit toujours essayer de trouver comment s’améliorer. Ce sera difficile d’arrêter Eli, il est sur un gros rythme en ce moment.

À votre niveau, la marge de progression est très faible. Sur quoi tu travailles, du coup ? Sur la moto, sur toi ?

Rien en ce qui concerne la moto, honnêtement. Je n’y ai pas touché, à part quelques clics ici et là. Elle est au point cette année, et c’est une bonne chose. Je peux travailler sur moi-même, alors que les années précédentes j’étais toujours en train de chercher à améliorer la moto afin d’essayer d’être plus à l’aise. Maintenant, tout repose sur moi. Ça peut être une bonne comme une mauvaise chose, parce que quand tu n’es pas bon, c’est entièrement de ta faute … Il faut que j’essaye d’être un peu plus rapide et surtout, plus rapide régulièrement et pendant les deux manches. C’est mon objectif.

Dernièrement, c’était top de rouler chez [Tyla] Rattray. Je pense que j’ai beaucoup appris là-bas. La piste ressemble beaucoup à un terrain de GP, c’est défoncé avec beaucoup de sable. J’ai pu améliorer ma position sur la moto dans ces conditions et j’ai senti que ça m’avait aidé ce week-end dans le sable. Je suis impatient d’aller à Washougal. À partir de maintenant, on est sur du dur, de la terre; c’est mon point fort. Je pense qu’il faut juste être un peu plus régulier, et travailler sur mes départs. J’ai beaucoup travaillé sur les départs la semaine dernière et je pense que ça a payé. Je n’ai pas pris de super départs, mais ils étaient assez corrects pour jouer la gagne, donc c’est du progrès.

Sans cette petite erreur en première manche alors qu’il avait doublé Eli Tomac, la donne aurait-elle été différente ?

Deux grosses épreuves avec Southwick et le duel avec Tomac à Millville. Est-ce que tu le ressens physiquement ?

Oui. Mais je pense que comme Eli l’a dit, Southwick c’est plus difficile musculairement parlant. Les jambes sont cuites après une course là-bas. Je roule souvent debout, donc mes jambes sont les premières choses qui me font mal. Le truc c’est qu’à Southwick, je ne pense pas qu’on puisse rouler sans être debout, c’est pourquoi c’est une course si difficile.

Ce samedi, en réalité, j’étais plus fatigué dans la première manche. Je ne sais pas si c’est parce que je suis tombé et que mon rythme cardiaque s’est emballé quand je me suis relevé, mais c’était un peu le chaos. En seconde manche, mon rythme cardiaque était encore plus élevé. Je me demandais comment faire pour aller encore plus loin sans me crammer. Je sais très bien qu’Eli est en excellente forme, et que ça allait durer jusqu’au dernier tour. Ici, à Millville on peut être un peu plus fluide, on saute les trous. Southwick, c’est plus un circuit de bourrin.

Et pour toi, physiquement, ça se passe comment ? L’an dernier tu as manqué quelques épreuves de Supercross, cette année, tu fais toute la saison et tu te retrouves dans la bataille pour le titre, donc tu donnes tout ce que tu as à chaque fois.

C’est un peu différent. L’année dernière, j’ai manqué six Supercross et les deux derniers outdoor donc je n’ai pas fait une saison complète. Cette saison, je n’ai roulé que le mardi et le jeudi à l’entraînement. Normalement, j’aurais fait lundi, mardi, jeudi mais c’est épuisant, surtout si tard dans la saison. Alors, j’essaie de gérer ça. C’est vraiment la première fois que je participe à l’intégralité d’une saison. J’apprends, mais en faire moins, c’est le mieux à ce stade selon moi. En en faisant plus, on ne va pas être en meilleure forme sur les épreuves, c’est surtout à qui aura le mieux récupéré pour l’épreuve du samedi. L’année dernière, j’arrivais plus fatigué sur les épreuves. Cette année, je me sens bien le jour de la course et ça semble bien fonctionner. Je vais essayer de continuer comme ça.

Place à Washougal, où Chase Sexton s’était imposé l’an dernier !

Alex Martin a roulé pour la dernière fois à domicile à Millville en tant que professionnel. Si tu as une histoire à raconter avec lui, on aimerait l’entendre.

Alex, je le connais plutôt bien. Je suis venu ici quand j’avais 15 ans et j’ai roulé un peu avec lui et Jeremy. C’était à l’époque où A-Mart était chez Star Racing je crois, donc les deux frangins étaient vraiment bons à cette époque. C’était peut-être en 2015, ou 2016. À partir de là, il a vécu à Claremont pendant un moment. Je pense qu’il est en train de déménager maintenant. J’ai passé beaucoup de temps avec lui, chez lui, c’est quelqu’un de posé, il a beaucoup d’années d’expérience et c’est quelque chose dont je peux apprendre; j’aime m’entourer de ce genre de personne parce que cela ne peut que m’aider. Je pense que A-Mart a été un très bon représentant pour le sport. C’était un vrai outsider, il a débarqué en tant que pilote privé ! La semaine dernière, quand il a annoncé qu’il prenait sa retraite, je lui ai envoyé un texto qui venait du fond du cœur. Il a pu rouler en 450 cette année, il a pu tester la catégorie, alors je suis content pour lui. C’est un peu triste de savoir que c’est son dernier Spring Creek.

Interview: Conférence de presse – Spring Creek

Chase Sexton « Ce sera difficile d’arrêter Eli, il est sur un gros rythme »
Retour