USA

Christian Craig « Je sais que tout ne sera pas aussi simple chaque weekend »

Christian Craig « Je sais que tout ne sera pas aussi simple chaque weekend »

Christian Craig survole les whoops, et la concurrence en ce début de saison sur la côte Ouest. Le pilote Star Racing Yamaha entame sa 11ème saison en catégorie 250 avec la plaque rouge de leader du championnat et un avantage mental certain sur ses plus sérieux adversaires que sont Michael Mosiman, Jo Shimoda et Hunter Lawrence; Seth Hammaker étant désormais blessé. Quoi qu’il advienne cette saison, Christian Craig effectuera sa transition en catégorie 450 la saison prochaine, mais espère faire cette dernière avec un titre de champion AMA 250 en poche.

Christian Craig – en conférence de presse: « Autant on veut prendre du plaisir sur le tracé, autant on se met automatiquement beaucoup de pression pour gagner. Avec une aussi bonne ouverture à Anaheim 1, je voulais réitérer à Oakland. Je me suis mis la pression, et j’ai roulé comme un gland lors des essais; je roulais tendu. En fin de journée, j’ai réussi à me relaxer et à signer de bons chronos lors des dernières séances. De là, je me sentais bien et j’étais débarrassé du stress. J’ai fait une bonne manche qualificative et j’ai pris un bon départ en finale.

J’ai beaucoup travaillé sur mes départs dernièrement et mon pilotage est au point en ce moment. Je sais que tout ne sera pas aussi simple chaque weekend; ce sera la bagarre mais samedi dernier, c’était une soirée où tout s’est bien goupillé. J’ai géré mes tours, et j’ai été en mesure de prendre le large […]

Toujours dans le coup au départ, Christian Craig se facilite la tâche lors des finales 250.

J’aimerais beaucoup rouler en 450 sur l’autre côte, mais dans ma position, c’est risqué, donc ça n’arrivera pas même si j’en ai parlé avec l’équipe à l’intersaison, je voulais faire quelques épreuves en 450 et je doute que ça arrive désormais. Ces dernières semaines, j’ai été en mesure de gérer mes courses, j’ai vu où j’étais plus rapide, etc. Je sais que certains weekend, je devrais me battre plus que ça. Ma condition physique est au point et j’ai de la ressource, je serai en mesure d’attaquer jusqu’au bout des finales au besoin; c’est grâce à toutes les manches effectuées à l’intersaison avec Justin Cooper. En course, j’ai parfois l’impression d’être à l’entraînement avec mes coéquipiers; je me sens à l’aise, je fais mes tours, je gère ma course. […]

Peu importe l’écart en fin de manche. Ces deux premières épreuves, je savais où étaient Seth et Hunter à chaque fois. Je les vois passer dans les enchaînements inverses et je gère mon rythme en fonction de leur distance. Si j’ai besoin d’attaquer, j’attaque, sinon, je m’occupe de moi. Je roule simplement comme je sais le faire. Tout commence enfin à bien se goupiller, après tant d’années. Beaucoup de chutes, de blessures. Je suis vraiment content d’être dans cette situation. J’ai eu un avant-goût l’an dernier, mais j’ai regardé mon coéquipier gagner; mes deux coéquipiers en fait. Je sais ce qu’il faudra faire pour décrocher le titre. Le programme que je suis, c’est un programme qui fait gagner. […]

Le plus gros du boulot a été fait à l’intersaison. Désormais, c’est plus du maintien. Pendant la semaine, je regarde la course du weekend et je trouve des choses sur lesquelles je peux travailler. Je reste simple, je ne fais rien de dingue pendant la semaine. Je suis dans une bonne situation, je n’ai pas besoin de trop concentrer mes efforts sur un truc en particulier. Je fais mes tours, je fais mon job, je crois en mon programme, et voilà. […]

Deux épreuves, et deux victoires faciles pour le vétéran dans la catégorie.

En ce qui concerne la moto, on n’a rien touché à Anaheim 1. À Oakland entre les essais, on a changé un click sur l’amortisseur; je ne sais même pas ce qu’on a changé exactement, je ne suis pas un très bon metteur au point, je fais au feeling. Je reste simple avec ça, je sais m’adapter. Si la moto n’est pas au top, je m’y adapte et j’en tire le meilleur parti possible. Beaucoup de pilotes galèrent s’ils n’aiment pas la moto ou si quelque chose ne va pas. Heureusement, j’ai ça qui marche à mon avantage. […]

Que je gagne le titre ou non cette année, les plans pour 2023 ne changeront pas. Je monterai en 450 quoi qu’il arrive. Je suis l’un des gars les plus détestés sur les réseaux sociaux ces derniers temps et je ne sais pas pourquoi, je suis l’un des gars les plus gentils du monde. Mais tout le monde a son pilote préféré, et tout le monde aime aussi parler …

Durant ma carrière, j’ai été plus souvent blessé qu’en piste, et c’est dommage. Personne n’a eu connu carrière comme la mienne, et j’espère que personne ne connaîtra la même. J’ai souvent été à l’hôpital. J’ai dû faire face à de grosses blessures. J’ai dû m’éloigner des compétitions. Maintenant, je peux enfin profiter, je peux sourire à chaque fois que je suis derrière une grille de départ. Je sais que ces jours sont rares. J’aime dire à tout le monde autour de moi qu’il faut en profiter tant qu’ils le peuvent. Même dans les mauvais jours, si vous n’êtes pas à la hauteur de vos espérances, il faut en profiter parce que plus tard, vous vous remémorerez ces moments. Il faut être reconnaissant. » 

Retour