Interviews

Justin Bogle « c’est toujours le business qui passe en premier »

Justin Bogle faisait office de favori pour la victoire à Cardiff en catégorie SX2 mais ce dernier a été poursuivi par la malchance tout le week-end. Redescendu en 250 sur le World Supercross, le pilote MDK Motorsports a crevé dans la première finale avant de chuter au départ de la seconde, et de chuter de nouveau dans le dernier tour de la superfinale alors qu’il occupait la troisième position. Engagé avec HEP Suzuki aux USA cette année, le pilote Américain a connu une saison 2022 difficile et s’est même retiré de l’outdoor 450 après deux épreuves, le moral au plus bas. L’ancien champion de Supercross 250 (2014) – qui est d’ores et déjà engagé sur le World Supercross en 2023 – nous raconte …

Justin, alors comme ça, on est de retour en 250 ?

Eh ouai, je suis en 250 désormais. Honnêtement, c’est cool. J’aime la 250, elle me convient mieux en Supercross selon moi. Je n’ai pas rencontré beaucoup de succès en 450 en Supercross; en outdoor ça allait mais c’est difficile, elles sont trop puissantes pour rouler dans de si petits stadiums. J’adore rouler en 250 même si je n’ai pas beaucoup passé de temps dessus à l’entraînement avant de venir ici. Ce championnat, c’est du fun. J’aime l’environnement, j’ai l’impression d’être à Bercy. Il y a quand même pas mal de bons pilotes et j’ai des attentes réalistes; je ne viens pas là en disant que je vais gagner ce championnat mais qui sait. Je vais faire de mon mieux, et on verra ce qui se passera.

Un titre mondial, ça aurait de la tronche sur ton CV.

Ce serait énorme, bien sûr, on est tous là pour ça mais je ne vais pas mettre la charrue avant les bœufs et débrancher car tu peux ruiner une année entière en faisant quelque chose de stupide un guidon entre les mains donc je préfère rouler dans mes limites, on va essayer de prendre de bons départs, d’être régulier et je suis plutôt confiant d’en être capable. On verra où on sera au championnat. Le format est très différent; on ne sait jamais.

Je ne me souviens pas avoir eu le fin mot de l’histoire. Tu roulais en 450 pour HEP Suzuki sur l’outdoor et d’un coup, on en t’a plus revu.

J’en étais arrivé au point où j’étais vraiment frustré de mes performances. Je galérais, je n’arrivais pas à régler la moto pour moi. J’ai adoré l’équipe, ces mecs étaient super, j’ai passé beaucoup de temps avec eux et les retrouver sur le World Supercross, c’est cool de revoir tout le monde. Le problème, c’est que je galérais trop; je ne rentrais même pas dans le top 10 et mentalement, je n’en pouvais plus. Quand tu fais tout ce qu’il faut faire pour être bon, et que tu ramènes des résultats aussi mauvais, c’est très difficile à avaler. J’en étais arrivé au point où je ne voulais même plus essayer. Ce championnat, c’est un nouveau souffle, c’est du fun, c’est différent. C’est un changement de rythme pour moi. Je n’étais plus dedans mentalement, je faisais vraiment de la merde et j’ai fini par leur dire « les gars, je ne sais pas ce qu’il se passe mais il faut que je me remette sur les bons rails. Donnez cette moto et cette opportunité à quelqu’un qui ramènera de bons résultats car moi, je ne peux pas ». Tout s’est bien passé, pas de problèmes avec l’équipe. Ils ont trouvé un pilote pour me remplacer et il a ramené des meilleurs résultats que moi.

Qu’as-tu fait pendant cette période ?

Je suis rentré chez moi, j’ai commencé à rouler sur des motos stock pour le fun. J’ai emprunté la moto de mon beau-frère, je faisais un peu de coaching, j’ai été à Loretta avec lui. J’ai pris mes distances mais je roulais quand même pas mal en Motocross. C’était cool pour moi de pouvoir respirer. On roule tellement en catégorie 450, c’est genre 30 courses par an et si tu ne ramènes pas de résultat, c’est vraiment difficile de persévérer. En prenant du temps pour moi j’ai réalisé à quel point j’aimais rouler, j’ai testé différentes motos, différentes cylindrées, différentes marques. Je me sentais bien et je me suis dit que j’étais encore capable de faire quelque chose. Je n’avais pas prévu de revenir rouler mais j’ai eu quelques offres pour le World Supercross et j’ai décidé de rouler pour MDK et jusqu’à présent, je prends du bon temps.

As-tu pensé à tout arrêter, à un moment ?

Je n’étais pas certain. Je n’avais pas vraiment de plan pour après car je n’avais pas prévu de m’arrêter. Si tout ce que j’ai pu accomplir dans ma carrière, c’est ce que j’ai fait jusqu’à présent, alors ça me va et je suis en paix avec ça. Je suis dans une bonne position en fait car ça m’a libéré et je ne suis plus aussi stressé. Ce que j’ai fait dans ma carrière, c’est fait, c’est derrière moi. Maintenant je peux juste profiter et honnêtement, je serai peut-être meilleur en profitant un peu plus. Pas de pression.

As-tu quelque chose sur la table pour 2023 ?

Je n’ai même pas essayé de trouver un contrat pour la saison de Supercross 2023. Je vais faire le World Supercross l’an prochain; j’espère que le championnat se développera bien et qu’il y aura plus d’épreuves. J’ai hâte de faire ce championnat également l’an prochain et on verra ce qu’il se passera par la suite. Pour l’heure, je continue de rouler, de m’entraîner, de faire mes trucs. En fait, on est tous comme ça, on n’arrive pas à s’arrêter. C’est comme les femmes, on n’arrive pas à s’en passer [rires]. Impossible de s’en défaire une fois qu’on y a goûté, c’est quelque chose que tu veux, dont tu as besoin.

Je vais devoir te mettre face à tes propres propos, car en 2021 j’étais venu te voir à Paris pour te demander ce que tu pensais du World Supercross, et tu m’avais répondu « Personne n’aura jamais le temps pour ça. » Et finalement, te voilà, vous voilà !

Eh oui, je suis là, mais je n’ai pas roulé cet été. Je n’ai pas non plus l’intention de rouler sur le championnat de Supercross Américain l’an prochain donc ce championnat, c’est parfait pour moi vu où j’en suis dans ma vie, dans ma carrière. Ce championnat, c’est plus d’opportunité pour des pilotes comme moi et d’autres gars dans le sport. J’aime ce sport, je suis obsédé par ce sport. Si j’ai un moyen d’être compétitif, de toujours réussir à en vivre, c’est génial.

L’AMA vient de publier son calendrier pour l’an prochain, il y aura désormais 31 courses au lieu de 29.

Je ne sais pas trop quoi en penser. C’est beaucoup de courses. Je suis plutôt content de rouler sur ce championnat. Si on me propose de rouler sur le SX US, peut-être que je le ferai, qui sait ? J’aimerais bien pouvoir revenir en 250 sur le SX US mais je ne peux plus, je ne suis plus éligible. Pour rouler en 450, il faut être prêt car il y a énormément de courses. Pour l’heure, j’aime avoir la liberté de pouvoir faire ce que je veux.

On dirait bien que les Américains sont en train de tout faire pour que le World Supercross ne prenne pas d’ampleur. Tu en penses quoi ?

Malheureusement c’est comme ça que ça marche, c’est toujours le business qui passe en premier, que tu le veuilles où non. Les gars comme moi te le diront, on fait ça car on aime ça, et aussi parce qu’on a eu des contrats pendant des années. Il faut être vraiment passionné pour s’investir dans ce sport que tu sois un pilote comme moi, un média comme toi, un chauffeur de semi-remorque, un mécanicien ou n’importe quel autre personne de l’industrie. Ce qu’on fait, on le fait parce qu’on aime vraiment ça, autour de nous, aucun mec – à l’exception d’une infime fraction – n’est devenu riche en faisant ça. C’est compliqué car sans les gens qui dirigent actuellement notre sport, on n’aurait plus de travail, donc je suis reconnaissant envers la Feld, MX Sports et également SX Global car ça nous donne une opportunité de pouvoir vivre de ce qu’on aime. J’espère juste que ça ne coupera pas l’herbe sous le pied à ce championnat car je pense qu’il y a assez de place, et assez de pilotes qui roulent pour qu’il y ait d’autres championnats. Il y a de la place pour tout le monde. C’est un marché différent, des contrats différents. Pour un gars comme moi qui ne roulera probablement plus sur une saison complète SX+Outdoor, c’est génial d’avoir ce championnat car sinon, je ne roulerai même plus. Je ne pense pas que le championnat américain perdra des pilotes avec le World Supercross. C’est une situation délicate car tout le monde se bat pour sa place; c’est la même chose quand tu es un pilote et que tu veux garder ton guidon, que d’autres pilotes convoitent. Ils ne veulent pas se faire prendre ce qu’ils ont et je peux comprendre ça, je comprends le côté business mais j’espère que ça ne ruinera pas le World Supercross car c’est un projet qui me branche vraiment, et il y en a d’autres que ça branche également. On ne peut pas savoir comment ça se passera. J’espère juste que la compétition entre ces deux championnats permettra d’élever le niveau plutôt que d’avoir comme seul but de faire s’écrouler le World SX. Le temps nous le dira, d’ici quelques années.

Justin Bogle « c’est toujours le business qui passe en premier »
Retour
error: Uh, Oh !?!