Interviews

Ken Roczen “En me concentrant sur le Supercross, je peux prolonger ma carrière”


Ken Roczen a tranché. Le pilote Allemand ne participera pas à l’outdoor US cette année, ni les prochaines. Dans l’optique de réorienter sa carrière et de prolonger cette dernière, le pilote HEP Suzuki s’est concocté un programme Supercross Only pour les trois prochaines saisons, lors desquelles il disputera le Supercross US et le championnat du monde de Supercross. Il nous explique son choix et sa vision du futur. Micro.

Ken, qu’est-ce qui t’a motivé à t’engager pour les trois prochaines années sur le mondial de Supercross ?

J’ai suivi mon cœur. Ce n’est un secret pour personnes mais ces dernières années, j’ai galéré physiquement sur l’outdoor et à ce stade de ma carrière je me suis demandé comment je pouvais faire pour durer plus longtemps dans le sport car ce n’était pas si fun pour moi ces dernières années. Je n’aurais pas pu continuer comme ça plus longtemps car mon corps ne me permettait pas de faire ce que je voulais faire et du coup, j’ai décidé de suivre mon cœur en me spécialisant dans le Supercross. J’ai vraiment pris du plaisir l’an dernier sur le World Supercross, ça m’a ouvert les yeux, j’ai retrouvé du plaisir en faisant ce que j’aimais et c’était l’objectif principal. En me concentrant sur le Supercross, je peux prolonger ma carrière et je roulerais toujours sur le championnat de Supercross Américain. Je suis vraiment excité d’avoir pris cette décision, et par ce nouveau chapitre.

Comment penses tu que ce championnat va t’aider pour tes performances dans la discipline en général à l’avenir ?

On roule en Supercross 60 ou 70 pourcent du temps. Vu les galères que j’ai rencontrées et compte tenu de ma situation à l’heure actuelle, j’ai réfléchi à une façon de réorienter ma carrière et me concentrer sur le Supercross me permettra d’atteindre un nouveau step. Je roulerai toujours en Motocross à l’entraînement car c’est un bon complément pour le Supercross. Cette année, il y aura plus de courses (6) dans différents pays et ça m’a vraiment attiré. Je vais aussi pouvoir rouler à domicile en Allemagne, ce que je n’ai pas fait depuis très longtemps. Me consacrer sur une seule discipline, ça va m’aider pour la suite de ma carrière.

Pense-tu qu’étendre le Supercross à travers le monde soit important pour aider au développement du sport ?

De façon très égoïste, j’adore pouvoir voyager à travers le monde pour rouler car c’est ce que j’ai fait en grandissant sur les GP. Quand je suis arrivé aux USA, je suis resté aux USA et j’avais vraiment envie de me confronter à de nouvelles cultures à nouveau. Il faut aussi penser du point de vue des fans, tout le monde n’a pas l’opportunité de venir aux Etats-Unis pour nous voir rouler et pouvoir leur amener cette expérience – dans des pays qui n’ont jamais organisés de Supercross de ce niveau – c’est génial. J’aurais aimé pouvoir faire ça plus tôt et j’ai hâte de voir le sourire sur le visage des fans à travers le monde cette année.

Ken Roczen n’a pas prévu de raccrocher tout de suite ! Le garçon s’engage pour 3 ans sur le WSX @chase lennemann

Pssst ! l'article continue ci-dessous :)

Il y aura six courses en 2023, jusqu’à 8 en 2024 et 10 courses en 2025. Être en mesure de rouler de nouveau à travers le monde en tant que pilote, ça représente quoi pour toi ?

C’est super et c’est en partie pour cela que j’ai pris la décision de m’engager. Ça me rappelle mon adolescence, tous ces moments vraiment fun quand de mes 15 à mes 17 ans avant que je ne vienne vivre aux USA. J’allais rouler dans de nombreux pays et j’ai de nouveau goûté à ça l’an dernier. C’est exactement ce que j’avais besoin dans ma carrière, on permet au sport de grandir, il y a plus de courses, dans plus en plus de pays et je suis super excité.

Comment penses-tu que les fans à travers le monde, comme en Allemagne, vont réagir à cette annonce ?

J’espère qu’ils vont réagir de façon positive. J’ai vu que c’était le cas l’an dernier aux Pays de Galles. Je pense que les fans Allemands ont hâte de me voir rouler de nouveau à domicile et le plus drôle c’est que je ne suis jamais allé dans le moindre stadium de ma vie quand je vivais en Allemagne, c’est dingue car le football est l’un des sports les plus populaires au monde. Pouvoir rouler sur de nouveaux tracés, dans de nouveaux endroits, c’est super excitant.

Ça fait très longtemps que je n’ai pas roulé en Allemagne et même si ce n’est pas terrible de le dire, quand tu es autant pris dans tes trucs aux USA tu en arrive par oublier le reste car tu ne sors jamais du pays. Je n’y pensais pas trop avant mais quand je suis parti faire ces courses à l’étranger l’an dernier, je m’en suis vraiment rendu compte. Ce n’était pas nouveau car ça me rappelait les grands prix mais j’ai réalisé qu’il me manquait un petit quelque chose dans ma vie. Je vais revenir en Allemagne et je suis très curieux des réactions des gens quand je serai là-bas. J’ai vraiment envie d’organiser des trucs pour que les fans puissent passer un peu de temps avec moi. Ils ne m’ont pas vu depuis longtemps et j’espère que beaucoup de gens viendront. Il y a aussi les autres pays organisateurs, j’ai beaucoup d’amis à travers l’Europe et j’ai hâte de les revoir.

Depuis le début de l’année, quand la question t’étais posée, tu répondais que le plan pour toi était de rouler sur l’outdoor. Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ?

J’avais comme plan de rouler sur l’outdoor, c’était assez vague et il fallait que je me fixe des objectifs. L’outdoor paraissait encore très loin, on en avait encore beaucoup à faire, il fallait se concentrer sur le moment présent et parvenir à régler la moto à mes besoins pour pouvoir se battre pour les podiums et les victoires en Supercross. Rouler en outdoor, c’était le plan pendant longtemps mais j’ai compris que me concentrer sur le Supercross, c’est une façon de relancer ma carrière. Je ne prends aucune décision sur le pouce, j’y réfléchis longuement et ces derniers mois, j’ai vraiment réfléchi a tout ça. Dans le même temps, quand les médias me demandent, je dois répondre avec ce qui est prévu sur l’instant T même si dans l’ombre, je regarde pour partir dans une direction différente. C’était important pour moi de vraiment peser le pour et le contre, et de prendre une décision finale avant d’en parler. Ce programme me plaisait de plus en plus au fur et à mesure que la saison de Supercross US avançait et désormais, j’ai une bonne base avec l’équipe. On est souvent sur le podium et il faudrait repartir de zéro pour l’outdoor. Ces dernières années, j’ai galéré physiquement. L’outdoor c’est long, il fait vraiment chaud, il y a beaucoup de courses. Je n’ai que 29 ans, je ne suis pas encore bien vieux mais je ne voulais pas retenter l’aventure en Motocross car je suis dans une bonne position à l’heure actuelle. Je suis en forme physiquement et je voulais tenter l’aventure en faisant du Supercross à l’année. Je pense que c’est la décision la plus intelligente et ça va me permettre de durer plus longtemps dans le sport. Je roulerais sur le Supercross US, j’ai vu le soutien des fans cette année après ma décision de rejoindre HEP Suzuki et j’ai une nouvelle vision du sport. Je suis satisfait de ma décision qui s’est prise après une longue réflexion. Depuis que j’ai pris cette dernière, je suis content car je pourrais être présent en piste pendant encore 3 ans.

Dorénavant, pilote Allemand ne participera plus à l’outdoor @chase lennemann

Cet engagement de 3 ans, c’est aussi avec l’équipe HEP Suzuki/Pipes Motorsport ? 

Il s’est passé beaucoup de choses ces derniers mois, il y a encore beaucoup de choses à éclaircir. Pour l’heure, cet engagement n’est qu’avec le World Supercross. Il faut encore discuter de beaucoup de choses mais pour l’heure, je suis très content avec l’équipe. 

Tu es la première tête d’affiche à t’engager sur le long terme sur le championnat du monde de Supercross. J’imagine que ce deal est financièrement confortable.

À ce stade de ma carrière, j’ai de la chance de pouvoir dire que les finances ne sont pas vraiment une inquiétude. Je ne vais pas mentir, j’ai un peu peur de prendre ma retraite même si à certains moments dans ma carrière, ça semblait être la solution. Toute ma vie, c’est la moto et quand tu arrêtes, tout s’arrête. Quand je ne prenais pas de plaisir ces dernières années, que je galérais, prendre ma retraite semblait être quelque chose de plausible, ça semblait très réel, et ça m’a fait peur. Ce n’était pas la chose que je voulais faire. Il a fallu que je me pose des questions, que je trouve comment continuer, comment retrouver la santé quand j’étais au fond du trou et que j’étais constamment fatigué parce qu’on roulait tout le temps. C’est un sport brutal, il faut être en forme physiquement, mentalement, alerte, prêt tout en restant positif car si ce n’est pas le cas, je ne suis pas à mon meilleur niveau. J’avais besoin de pimenter tout ça. Je me suis posé des questions. Ces derniers mois j’ai tout reconstruit pièce par pièce, c’était difficile mais dans le même temps je suis très content de ce qu’on a accompli et j’ai envie de continuer sur cette lancée. Quand ce programme s’est présenté, c’était comme une bénédiction tombée du ciel et j’ai sauté sur l’occasion. Une fois que je me lance dans quelque chose, je me donne à 100%. Je pense que ça devait finir par arriver un jour ou l’autre. C’est super pour moi, pour ma famille, on a un deuxième enfant qui arrive et toutes ces belles choses qui se présentent dans ma vie après des périodes difficiles et c’est vraiment cool de pouvoir avoir un break, de me sentir bien car c’est là que je performe le plus. C’est pour ça qu’on roule, parce qu’on a faim, qu’on a envie, j’ai besoin d’être motivé par quelque chose. Je suis dans une bonne position et c’est pourquoi je suis en mesure de signer de bons résultats dernièrement et j’ai envie de continuer comme ça.

Penses-tu pouvoir être un exemple pour les autres pilotes qui évoluent aux USA à l’avenir, pilotes qui voudraient peut-être avoir un calendrier moins charger et se concentrer sur une carrière en Supercross ?

Je pense qu’on va voir de plus en plus de pilotes se pencher sur la question. C’est la première fois qu’on voit une saison de Supercross avec autant de pilotes qui ont la trentaine. Les temps ont changé. On a tous entre 28 et 32 ans et on est encore devant au plus haut niveau et je pense que les gens commencent à réaliser que prendre sa retraite trop tôt peut être une grosse erreur. Je pense que plus de pilotes vont y réfléchir à deux fois et on pourrait bien voir des pilotes changer leur fusil d’épaule, et se concentrer sur le Supercross à l’année. On voit bien que certains pilotes plus âgés sont encore en forme et qu’ils ont encore faim. J’ai hâte de voir de quoi sera fait l’avenir.

On retrouvera Ken Roczen en France, à Lyon, en Juillet ! @chase lennemann

Tu disais avoir passé beaucoup de temps à l’entraînement à régler ta moto cette saison, des journées entières. Tu vas pouvoir prendre du repos avant le début de la saison de World Supercross. Toutes ces journées de testing vont t’aider à aborder le championnat plus sereinement ?

En y repensant, c’était vraiment des journées difficiles. On a vraiment énormément travaillé car chaque changement effectué n’est pas toujours un changement positif. On a testé tellement de différentes choses, mais c’était ce qu’on devait faire pour avoir des réponses. Si on en est là aujourd’hui et qu’on est à l’aise avec les réglages, c’est parce qu’on a fait ces journées à rallonge. Pourtant quand ça se passe bien à l’entraînement, on sait qu’il faut aussi traduire ça par des résultats le jour des courses et ça fait partie du sport. Désormais, on a une base vraiment solide et on peut prendre le temps de réfléchir a des moyens de franchir un nouveau cap avec la moto, on a encore beaucoup d’idées et vu qu’on aura plus de temps entre les épreuves du World Supercross, on va continuer à développer la moto pour l’améliorer et se faciliter la vie. J’ai beaucoup appris cette année, j’ai beaucoup grandi, ça me prouve qu’il y a toujours un nouveau palier a franchir.

Tu es ami avec Justin Brayton, ton programme sera semblable au sien ces dernières années. Il avait un programme de rêve: il voyageait, il faisait de l’argent, il était compétitif et ça lui a permis de prolonger sa carrière. Quand tu regardes sa carrière, tu te dis que tu aimerais suivre la même voie ?

J’ai une relation très spéciale avec Justin. Pour rigoler, je l’appelle “papa” car il a genre 10 ans de plus que moi et pourtant, il est toujours au top et pas seulement au niveau de sa carrière, mais aussi en tant que père de famille et il a parfaitement géré les deux en même temps. Je l’admire vraiment et il a été un élément influent pour moi dans cette prise de décision. J’ai eu des conversations sans fin avec lui ces dernières années à propos de ce programme Supercross Only. Je me repose vraiment sur lui pour avoir de bons conseils car on a un parcours similaire, il a connu des galères et il s’en est sorti, et il a fini par vivre les plus belles années de sa vie. La première personne que j’appelle quand j’ai des doutes, c’est Justin Brayton. Il a été au courant de tout cette saison, je lui raconte des trucs que je ne dis à personne d’autre et être en mesure de rouler de nouveau contre lui après avoir été son coéquipier par le passé, c’est génial. 

Ken Roczen “En me concentrant sur le Supercross, je peux prolonger ma carrière”

Retour