Michael Mosiman “Je n’ai rien à perdre”

Michael Mosiman “Je n’ai rien à perdre”

Habitué des podiums en Supercross, Michael Mosiman a signé son meilleur résultat de carrière ce weekend à Spring Creek, en terminant second de l’épreuve derrière le local Jeremy Martin. Une journée que l’équipe Troy Lee Designs GasGas n’est pas prête d’oublier puisque du côté de la catégorie 450, Justin Barcia a signé le premier succès de l’équipe dans la discipline. Alors que Wil Hahn a rejoint l’équipe GasGas en tant qu’entraîneur, Michael Mosiman s’apprête à son tour à quitter le programme d’Aldon Baker…

Michael Mosiman – en conférence de presse: “En ce moment, je me sens bien. Je pense que je savais depuis un petit moment maintenant que j’en étais capable, mais de ne pas réussir à monter sur le podium le week-end et à la place, de rencontrer des problèmes … Je suis content de me remettre sur pied, c’est vraiment top. C’est un peu dommage que ce soit seulement la première fois de ma carrière que je parvienne à signer une deuxième place en manche sur l’outdoor. J’ai le sentiment que j’aurais déjà dû y parvenir plus tôt. Mais on va fêter ça et aller manger des cookies ! Je pense que ça va me donner vraiment confiance et me motiver. Washougal, c’est l’un de mes terrain préférés, donc j’ai déjà hâte d’y être. […]

J’ai commencé la saison d’outdoor en signant mon meilleur résultat dans la discipline, une quatrième place; je n’étais pas loin de finir troisième. Je me sentais bien. J’avais une bonne vitesse. J’étais en confiance. Puis j’ai eu des problèmes de moto à Thunder Valley. Je suis parti 18ème, revenu 4ème et j’ai rattrapé le 3ème. Il y avait beaucoup de positif à Thunder Valley, mais ça ne s’est pas vu. Les gens se disaient: “Mosiman, qu’est-ce qui lui arrive ? Il est dixième” mais en fait non, j’ai dû ménager la moto. Parler des problèmes de moto, c’est un sujet sensible dans l’équipe. C’est complexe. Je pense qu’on a réglé le problème maintenant. Je n’ai rien à perdre. Je ne regarde même plus les points au championnat. Je suis juste là pour m’éclater et essayer de me battre avec les gars de devant, et essayer de gagner quelques courses et vraiment me construire pour faire une belle saison en 2022 et tenter de décrocher un titre en supercross et un titre de motocross. Je pense que je suis dans une bonne position. Je viens de signer un contrat de deux ans et ils s’attendent à ce que je gagne. […]

Je ne me suis pas encore entraîné avec Wil Hahn. On avait parlé de faire le changement, mais j’étais encore en Floride et l’équipe m’a dit : ” Non, tu es en Floride. Tu es avec Aldon Baker, alors entraîne-toi avec Aldon”. Wil a été là pour m’aider lors des week-ends de course. Je pense qu’il apportera beaucoup à l’équipe. Pour moi, je pense que c’est positif juste d’un point de vue mental. Avoir quelqu’un qui a roulé, qui comprend certaines choses et qui ne vous dit pas seulement comment faire alors qu’il ne l’a jamais fait auparavant. Quelqu’un qui peut comprendre et bien communiquer. Je pense que le fait de travailler avec Wil le week-end a eu un effet. Mais je vais aller en Californie et je vais commencer à travailler avec lui cette semaine. […]

Je travaille avec Aldon depuis environ quatre ans. Je devais avoir 17 ou 18 ans quand j’ai déménagé, juste après ma première année chez les pro’s, et je suis basé à la Bakers Factory depuis longtemps maintenant. Ça va être un grand changement pour moi de sortir de ce à quoi j’étais habitué. L’équipe a engagé Wil et a une grande confiance en lui. C’était top de travailler avec Aldon. Il exige le respect et, de fait, lorsqu’il te fait un compliment, ça signifie quelque chose et lorsqu’il te critique, ça signifie quelque chose également. Il a été très important dans ma carrière d’avoir cette base. Les gars de la Bakers roulent probablement plus que tout le monde. On plaisante souvent en disant que c’est comme un bootcamp qui ne touche jamais à sa fin. Ça continue tout au long de la saison. Il m’a beaucoup aidé au fil des ans. J’ai aussi hâte d’observer un peu de changement. […]

Ce n’est pas tant que je veuille ce changement d’entraîneur. Je l’accueille volontiers, mais il a été principalement décidé par mon équipe. Ce n’est plus exactement la même chose avec les gars qui partent. Je pense que je resterais si ce n’était pas pour l’équipe. Je me réjouis du changement néanmoins. Je pense qu’une chose qui peut devenir difficile, c’est de faire la même chose pendant des années; ça devient une habitude. À un moment donné, on a besoin d’un peu de nouveauté pour nous secouer. Ça peut jouer sur la motivation, comme sur le quotidien. Je pense qu’il y a quelques gars qui étaient là depuis un certain temps et qui recherchaient peut-être un peu de changement. Le programme d’Aldon, c’est un bon programme. C’est un programme pour gagner. Regardez les statistiques. C’est fou. Aldon ne sera jamais à court de gars qui seront prêts à le suivre n’importe où. Qui sait ? Je pourrais finir par revenir là-bas ? […]”

Images: GasGas

Médias