Adam Jones (2/2) « les gens qui se souciaient des sports extrêmes ont reçu un bon gros chèque et sont partis »

Adam Jones (2/2) « les gens qui se souciaient des sports extrêmes ont reçu un bon gros chèque et sont partis »

Suite et fin de notre entretien sur l’état actuel de la scène Freestyle Motocross avec Adam Jomes (lire la partie 1).

Présent au centre de la scène du Freestyle mondial depuis plus de 20 ans et affichant un palmarès aussi long que le bras, Adam Jones a connu les heures de gloire de la discipline, et la lente descente aux oubliettes. Désormais âgé de 37 ans – et alors que le temps des médailles et des contests internationaux semble bien loin – Adam Jones n’a pas délaissé son activité de Freestyler pour autant; peut-être par nécessité, ou peut-être par choix … ou un peu des deux. Sport en véritable effervescence dans les années 2000, le Freestyle Motocross n’est – aujourd’hui – plus ce qu’il put être autrefois. Quoi de mieux qu’un athlète éprouvé pour refaire l’histoire, et répondre à la question qu’on se pose à demi-mot: Le FMX est-il sur le déclin ? Micro.

[…]À quoi ressemble une journée dans la vie d’Adam Jones aujourd’hui ?

Eh bien, ça dépend de quel jour de la semaine on est. D’abord et avant tout, je suis un père de famille. Je passe beaucoup de temps à la maison avec ma famille à faire ce que font les familles: les dîners à la maison, nettoyer derrière les enfants, les soirées cinéma, nettoyer derrière les enfants, aider les garçons avec les motos, ah et aussi… nettoyer derrière les enfants [rires].

Ces derniers temps, je roule un jour par semaine. Je fais une grosse séance d’entraînement sur mon spot où je passe en revue toutes mes figures et je me repousse vraiment au max pour être plus à l’aise. J’ai également essayé de travailler sur le contenu que je poste sur les réseaux sociaux, car ça compte beaucoup maintenant, et j’essaie de développer ma chaîne Youtube, Adam Jones FMX. Je loue également quelques propriétés, et il y a toujours quelque chose dont il faut s’occuper. J’essaie aussi d’aller à la salle de sports et de travailler sur le physique. Certains jours, je travaille dur pour l’entreprise qu’on a fondé avec ma femme, Power Up Health, une marque de CBD; certains jours ce job me stresse alors je fais en sorte de l’éviter, et c’est à peu près tout. Il y aura toujours un truc à réparer, nettoyer… ….. Il y a toujours quelque chose à la maison pour me tenir occupé. L’année dernière a été bizarre avec le Covid. C’est l’année où j’ai eu le moins de « vrais trucs » à faire de toute ma vie… J’ai vraiment hâte que le nitro circus redémarre et que je recommence à rouler les week-ends. Tout donner sur ma moto pour un public, c’est la chose que j’aime faire le plus !

Ta chute la plus mémorable, c’est où, et quand ?

En 2007 lors des LG Action Sports, mais le crash n’a pas été très mémorable … je me suis évanoui [rires] … Je me suis réveillé dans un hélicoptère sur le chemin de l’hôpital de Los Angeles, et je me suis bien amoché. J’ai fait une vidéo récapitulative du crash si tu reviens à l’année dernière sur ma chaîne YouTube. J’ai juste fait un cliffhanger flip et mes pieds ont lachés le guidon et je me suis écrasé bien salement. Regarde la vidéo, il y a un résumé complet de la chute. (ndlr: 6  côtes cassées, une fracture de l’omoplate, une dislocation de l’épaule, un nez cassé, un hématome pulmonaire et une commotion cérébrale)

Tu te souviens de ton premier backflip ? Le backflip est rapidement devenu une normalité en Freestyle.

Oui, mon premier backflip sur le dur, c’était dans une carrière à Erie en Pennsylvanie. J’avais fait quelques flips l’année précédente dans le bac à mousse de Travis Pastrana, mais je n’avais pas refait de flips sur une moto depuis ce jour. Je savais que c’était le moment, alors j’y suis allé et j’ai fait 1 000 sauts droits, puis j’ai finalement tiré sur le guidon d’un coup et c’est passé… Mais je me suis déboîté l’épaule en atterrissant et ma journée s’est rapidement terminée [rires].

Les backflips sont devenus la normalité assez rapidement, mais je dirais que c’est parce qu’ils fonctionnent vraiment bien sur une moto. Ils sont assez faciles à poser et ça nous a donné la possibilité de les faire facilement et d’y ajouter des tas de combos.

Tu as reçu beaucoup de soutien depuis ton coup de gueule contre les X-Games et Monster Energy dernièrement ; Est-ce que X-Games, d’autres riders ou des représentants de Monster t’ont contacté depuis ?

Non, personne ne m’a contacté à ce sujet. Personne de ceux qui sont en charge ne veut jamais admettre que quelque chose ne tourne pas rond, ou ne va pas, donc je suis persuadé que je suis juste catalogué comme le gars relou qui se plaint. Mais bon…. C’est comme ça. Ils n’étaient pas obligés de me choisir, mais ils auraient pu choisir des gars plus méritants pour cette édition.

Y-a-t-il un rider qui t’a influencé, ou inspiré ?

Je n’ai jamais vraiment été inspiré par un pilote. Quand j’étais gamin, j’étais un grand fan de Mcgrath, mais il n’y a jamais eu quelqu’un que j’admirais dans le monde du FMX. Je suppose que je les ai toujours considérés comme mes pairs. Si un gars avait un gros style, j’essayais de l’imiter, et je l’ai fait avec quelques gars dans ma carrière… Je pense que c’est surtout Mason. Il a toujours eu beaucoup de style et je voulais que mes tricks ressemblent aux siens. Plus récemment, j’ai aussi admiré le style et l’extension des tricks de Levi Sherwood. Ses tricks, c’est du caviar… ceux que tu passes ne sont pas parfait tant qu’ils ne ressemblent pas aux siens.

Ta figure préférée, une qui te donnes des sueurs froides, et une dont tu ne veux même pas entendre parler.

Mon trick préféré que je pose actuellement, c’est le dead body flip sur la rampe next gen de Levi.

Dead Body Flip

Celui qui me donne actuellement des sueurs froides, c’est le rock solid flip, toujours sur la rampe de Levi. Je viens d’apprendre ce trick lors de la tournée Nitro Circus et il me fait vraiment peur ! Il y a tellement de choses auxquelles il faut penser avec cette figure que c’est difficile de garder la tête claire et de se concentrer sur chaque étape à la fois, et surtout de les faire parfaitement. Je n’ai aucune idée de comment les autres mecs font cette figure sur une rampe standard.

Une figure que je ne veux jamais essayer: le front flip ! Je pense qu’il est beaucoup plus difficile à faire sur une rampe standard, mais sur cette même rampe il a l’air moins dangereux car le risque de sur-rotation à l’air plus faible. Je n’envisagerais même pas d’essayer le front flip sur les kickers prévus à cet effet. J’ai l’impression que tout peut changer en l’air en fonction de la façon dont tu abordes la rampe et ensuite, tu es obligé de suivre le mouvement initié. Si quelque chose se passe mal et que, pour une raison quelconque, le kick t’envoie trop en avant, tu vas faire une sur-rotation et tu n’auras que peu de chances de pouvoir la ralentir … Non merci, mais ce sera sans moi !

Nitro Circus New Touring FMX Ramps | Revolution Action Sports Concepts

Le haut d’une rampe conçue pour le frontflip …

Dirais-tu que le talent est sous-estimé de nos jours dans le FMX à partir du moment où tu n’as pas les bons amis, ou la bonne liste de contacts ?

Non. Je ne pense pas que le talent soit sous-estimé, loin de là. Je pense que le problème, c’est qu’il n’y a pas vraiment de nouveaux talents qui font tourner des têtes. Si un gars arrive avec des tricks de malade, il sera repéré quoi qu’il arrive… Mais il n’y a pas d’endroit où ils peuvent montrer leur talent. Le problème, c’est que le FMX n’a plus vraiment de plateforme pour que les gars soient repérés, et dans tous les contests et événements qui restent, les parcours sont tellement nuls que rien ni personne ne peut vraiment se démarquer.

Comment les réseaux sociaux ont-ils affecté le FMX au cours des 10 dernières années ? De nos jours, n’importe qui peut ouvrir Instagram et voir des tricks de malade … Avant, tout ça, c’était gardé secret, et il fallait payer son ticket pour venir vous voir poser des nouvelles figures lors des évènements.

Je pense que les réseaux sociaux ont impacté une grande partie du monde au cours des 10 dernières années, et je ne peux pas dire que ce soit de manière positive.

Les réseaux seraient tops s’ils pouvaient faire en sorte d’être  bénéfique à la carrière de la personne que les jeunes regardent. Malheureusement, tout l’argent qui circule dans le monde des réseaux sociaux va essentiellement dans les poches des grosses entreprises, et tout ce que les gars font sur ces réseaux, c’est montrer – gratuitement – tous ces trucs géniaux qu’ils sont capables de faire.

Les réseaux sociaux, c’est un bon moyen d’être vu au quotidien, mais malheureusement pour la plupart d’entre nous, il n’y a que très peu d’avantages. De fait, ça nous place – nous riders – dans une mauvaise posture car tout ce qu’on fait pour rester dans la lumière – via les réseaux sociaux – représente beaucoup d’investissement et d’efforts sans qu’il n’y ait aucun retour.

Ce serait génial s’il y avait des opportunités de sponsoring grâce aux réseaux sociaux, mais pour la majorité des gars, même ceux qui ont une grosse communauté, les sponsors s’intéressent… sans trop s’intéresser en fait. L’époque où l’on gagnait de l’argent via des sponsors parce qu’on faisait des trucs cool et que l’on avait une bonne visibilité sur les réseaux est pratiquement révolue. Sauf bien sûr si tu t’appelles Axell Hodges. Il a un grand nombre de followers sur les réseaux, attire beaucoup l’attention, et je suis sûr qu’il est payé en conséquence. Malheureusement, la plupart des gars dans le FMX ou la moto en général n’ont pas d’aussi grosse communauté.

En plus de cela, les contests ne sont plus là pour faire rentrer l’argent. Avant, quand les réseaux émergeaient, les deux fonctionnaient bien ensemble. On travaillait toute l’année sur les contests et les compétitions, et on était actif sur les réseaux, et ça payait. Le problème c’est que sans contests, les réseaux sociaux à eux seuls ne sont pas suffisants pour justifier que des sponsors te payent, et voilà qu’il n’y a plus vraiment possibilité de gagner sa vie.

En gros, c’est un peu comme dire que faire des efforts pour les réseaux sociaux, c’est vain … mais toujours nécessaire ! C’est vraiment une dynamique étrange que je n’apprécie pas.

Tu as été un athlète Monster Energy et Rockstar Energy par le passé. Ces marques là avaient-elles autant d’influence sur l’industrie à l’époque ?

Je pense que c’est justement ces marques qui ont fait l’industrie du FMX à l’époque. À l’époque, ces entreprises injectaient beaucoup d’argent dans les sports extrêmes. Monster, Rockstar, DC, Fox et d’autres marques payaient beaucoup d’athlètes, sponsorisaient beaucoup d’événements, organisaient aussi beaucoup de leurs propres événements, et beaucoup de gens gagnaient bien leur vie parce que ces marques étaient investies dans le sport.

Ce que j’ai vu, c’est que toutes ces marques ont été rachetées par des énormes groupes, et les gens qui se souciaient des sports extrêmes ont reçu un bon gros chèque et sont partis… Ce qui a laissé les grands groupes gérer ces marques, et c’était juste du business. Tous ces grands groupes ont retiré leur argent des sports extrêmes qu’elles avaient créés, sauf dans certains domaines où ça aurait été injustifiable.

Par exemple, ces groupes sponsorisent toujours les X Games. Les X Games reçoivent toujours un gros chèque qui ne profite en aucun cas aux athlètes. Ces grosses boîtes sponsorisent toujours quelques grands noms du sport… Ainsi, ces mecs gagnent toujours leurs 250.000 $ par an grâce à Monster Energy…. Mais les gars qui avaient des contrats de 25.000 ou 50.000 $ par an pour être des gars de second rang lors des contests, eux, ont tous perdu leurs contrats. Une fois qu’ils ont perdu leurs contrats, ils ne pouvaient plus gagner assez d’argent pour vivre de la moto.

Quand tout ça se produit, on voit que les mecs font moins d’efforts, on voit des gars qui s’éloignent des compétitions car ils sont obligés d’aller combler la perte de salaire dans un autre domaine, et finalement, c’est le sport qui en paie le prix.

À ton avis, ça ressemblera à quoi le FMX, d’ici 10 ans ?

J’aimerais pouvoir te donner une meilleure réponse à cette question, mais malheureusement je pense que l’avenir est très sombre pour le FMX. J’espère que les shows incluant du FMX resteront en place pendant encore longtemps, mais je ne peux pas en être sûr.

Si l’on n’attire pas l’intérêt avec des gros contests, des gros parcours excitants, aucune nouvelle personne ne va s’intéresser au FMX et avec le temps notre public actuel va tout simplement disparaître. Le FMX pourrait alors devenir un simple spectacle de second rang pour les foires et les monster jams, sans qu’il y ait besoin d’athlètes de haut niveau.

D’un autre côté, il y a toujours des mecs qui portent le flambeau des sports extrèmes, comme Nitro Circus. Avec un bon marketing et de bons shows, j’espère qu’ils pourront contribuer à maintenir ces sports en vie, mais l’essentiel, c’est que les parcours FMX d’avant reviennent. Ça rend le sport tellement plus intéressant de voir des gars ESSAYER de faire des runs sur de grands parcours. Tout le monde peut faire un run sur 2 rampes en cercle, et tous les runs vont se ressembler. Les grands parcours changent tout cela, et tout d’un coup, tout est complètement différent. Si les parcours ne reviennent pas, le FMX ne survivra pas.

Travis Pastrana a été pionnier de ce sport ; même s’il a quitté les compétitions FMX depuis longtemps, il est toujours très impliqué avec le Nitro Circus ; tu en fais partie. Que penses-tu de ce que Pastrana a fait pour le FMX et les sports extrêmes en général au cours des deux dernières décennies ?

Travis et toute l’équipe du Nitro Circus sont à mon avis les seuls à repousser le sport du FMX et à essayer de le maintenir en vie en ce moment. Ces gars construisent de nouvelles rampes qui donnent aux gars la possibilité de faire de nouveaux tricks, et ils font de leur mieux pour rester à la pointe de la technologie avec leurs réceptions gonflables, afin de s’assurer que les tournées aient lieu et qu’elles soient aussi sécurisées que possible afin d’avoir des riders à chaque évènement.

J’ai perdu toute confiance dans les X Games; je doute qu’ils fassent quelque chose pour essayer de raviver la flamme du FMX, alors je dirais que tout repose sur les gars du Nitro Circus désormais.

Quel conseil donnerais-tu à un freestyler débutant ?

Mon conseil serait de faire de la Moto ! Tu peux aimer le FMX, mais tu seras plus rapidement un meilleur pilote de FMX si tu fais autant de Motocross que de FMX dès le début !

Je pense que là où le FMX s’est perdu, c’est quand les gens ont voulu se lancer dans ce sport parce qu’ils l’avaient vu une fois. Les gens ont essayé d’aller directement sur les rampes et la plupart d’entre eux n’avaient pas les compétences pour contrôler la moto ni rouler en toute sécurité pendant qu’ils progressaient. Ou bien ils n’avaient pas les compétences nécessaires pour faire des parcours techniques.

Tu ne pourras pas être un bon pilote de FMX sans une bonne maîtrise de ta moto, alors passe des heures sur la piste et sur les rampes, et apprends à connaître ta moto ! Le livre « The Outliers » dit que pour devenir un vrai maître dans n’importe quel domaine, il faut y consacrer 10.000 heures…. donc va sur le terrain, dans les chemins, sur les rampes, partout, et fais tes 10.000 heures !

Médias