Interviews

Antti Pyrhönen « la route a été très longue, ma famille ne connaissait rien du Motocross »

Un communiqué Kawasaki Racing

Le championnat du monde MXGP se déplace en Scandinavie en ce mois d’août. Pour Antti Pyrhönen, manager de l’équipe Kawasaki Racing Team, la seizième épreuve du championnat à Hyvinkää est particulièrement importante

Antti est manager en grand prix depuis dix ans maintenant, après avoir connu une carrière réussie en tant que pilote au cours de laquelle il a remporté un grand prix en MX3 dans sa Finlande natale. Le motocross a joué un rôle important dans la vie d’Antti depuis son enfance; sport qu’il découvrira non loin de chez lui, puisque sa famille vit justement à Hyvinkää.

« Ça remonte à très loin, mais je me rappelle comment j’ai découvert ce sport comme si c’était hier ! J’avais six ans. Il y avait un Grand Prix de Motocross à Hyvinkää et déjà avant la course, j’étais allé avec mon père regarder les pilotes s’entraîner là-bas. Ils s’entraînaient aussi à faire des départs et on était très près de la grille de départ. J’avais été très impressionné et je suis immédiatement tombé amoureux du motocross. C’était la première fois que je voyais ce sport, mais depuis, mon cœur bat pour le MX« , se souvient Antti, qui est rentré chez lui ce soir-là, absolument convaincu que le Motocross était fait pour lui.

« Je ne pensais plus qu’au motocross et je demandais chaque jour à mon père quand est-ce qu’on allait retourner sur le terrain pour regarder. C’est finalement arrivé ; il y a eu une course du championnat national plus tard dans l’année et j’ai été à nouveau très impressionné par le bruit, la vitesse, les sauts, les motos. Pour le jeune garçon que j’étais, c’était une expérience vraiment dingue »

Les hivers sont longs en Finlande, et le pays ne rassemble pas vraiment les conditions idéales pour pratiquer le Motocross, mais Antti n’en avait que faire et n’avait qu’une seule chose en tête. « L’hiver est arrivé et assez rapidement, j’ai demandé à avoir une moto à mon père. J’ai reçu une vieille moto comme cadeau de Noël et je ne pouvais pas attendre que le printemps arrive pour pouvoir enfin l’essayer dans le sable. J’étais vraiment tombé amoureux du sport et chaque jour, je demandais à mon père si je pouvais aller faire de la moto, en attendant qu’il rentre du travail tous les soirs. »

En raison de son âge, Antti n’était pas encore en mesure de participer à des courses, mais mois après mois, il s’est entraîné dur pour préparer sa première course. « En Finlande, à cette époque, on pouvait commencer la compétition sur des motos de 80 cc, et on pouvait s’inscrire l’année de son douzième anniversaire. Je suis né en septembre, donc en 1990, j’ai enfin pu commencer à rouler sur les courses à l’âge de onze ans. Comme mon père était très occupé par son travail, il n’avait pas le temps de s’occuper de la paperasse et des documents pour les courses alors je me suis débrouillé tout seul ! J’ai appelé la fédération pour obtenir plus d’informations et un jour je suis venu voir mon père avec les papiers préremplis. »

« Je lui ai apporté ma licence, mes documents d’inscription au club, mes inscriptions aux courses et je lui ai dit qu’on pouvait désormais aller sur les courses ! Je m’occupais déjà tout seul de tous les documents administratifs, et j’ai donc pu m’inscrire à ma première course à Kouvola. J’y suis allé avec de grands espoirs, pensant gagner la course, mais il y avait des jeunes avec beaucoup plus d’expérience qui m’ont battu en me mettant un tour complet ….. J’étais vraiment déçu ; je ne comprenais pas que je n’étais pas assez rapide, mais bien sûr, c’était normal puisque je n’avais aucune expérience en compétition. C’est comme ça que tout a commencé », explique Antti, qui a ensuite travaillé d’arrache-pied pour devenir plus compétitif. Le fait que personne de sa famille n’ait jamais fait de motocross ne l’a pas dissuadé et, grâce à sa persévérance, il a progressé petit à petit avant de finir par se faire sa place sur les grands prix.

« De cette période-là jusqu’aux GP, la route a été très longue, d’autant que ma famille ne connaissait rien du Motocross. Bien sûr, ils m’ont soutenu, mais on devait tout apprendre par nous-mêmes. En fait, tout est allé très vite, puisque j’ai participé à ma première course en 1990 et à mon tout premier Grand Prix en 1995 à Ruskeasanta en Finlande. Je travaillais vraiment dur pour ça et en 2000, lorsque j’ai remporté le titre européen en 125cc, j’ai pu signer un contrat professionnel avec une équipe néerlandaise. »

Antti a roulé en GP de 2001 à 2012, signant deux podiums au Motocross des Nations (2002 et 2003) et un doublé en MX3 lors de son GP à domicile, à Vantaa, avant de finir 3ème du championnat en 2009. Au cours de sa carrière, Antti aura évolué pour des équipes privées, pour des équipes d’usine et enfin pour sa propre équipe au cours des deux dernières saisons.

« Être aussi organisé dès mon plus jeune âge m’a été très utile par la suite, d’autant plus que lorsque vous vivez en Finlande, vous devez vous occuper de tous les billets, réserver les ferries, etc. pour vous rendre aux courses. Il faut être vraiment organisé, y compris sur le plan financier, car la Finlande traversait une période difficile au début des années 1990 et il était très coûteux de s’entraîner et de rouler en Europe. Il fallait trouver des sponsors pour se faire aider, et bien sûr, toute cette expérience me sert aujourd’hui. J’ai beaucoup appris en observant le fonctionnement des équipes – les bonnes comme les mauvaises choses – et lorsque je roulais, j’avais également ma propre entreprise en Finlande, avec des salles de fitness. Ça m’a aussi beaucoup aidé de savoir comment gérer une entreprise. J’ai assez vite su que j’étais prêt à assumer le rôle de manager d’équipe. Même si chaque jour, on en apprend encore, et toujours ».

Pour Antti, le retour du mondial MXGP en Finlande – dans sa ville natale – est une presque consécration.

« C’est vraiment bien que la Finlande soit à nouveau capable d’organiser un GP, surtout à Hyvinkää. Pour nous, en tant qu’équipe, cela ne fait pas de différence du point de vue du travail, puisque nous sommes une équipe d’usine qui évolue dans le monde entier, mais au moins j’aurai l’occasion de voir ma famille pour la deuxième fois depuis Noël dernier ! »

Dernier pilote finlandais à avoir remporté un GP (MX3) en 2009, Antti aimerait bien sûr voir plus de compatriotes rouler sur le mondial MXGP à l’avenir.

« En Finlande, nous avons quelques célèbres pilotes de rallye et de Formule 1, et nous avons également eu des pilotes de motocross très talentueux dans le passé. Il est difficile d’expliquer pourquoi nous n’avons pas de jeunes qui vont plus loin que le niveau européen pour le moment, mais bien sûr, je souhaite qu’à l’avenir nous puissions voir des pilotes finlandais évoluer de nouveau en catégorie MXGP »

Antti Pyrhönen « la route a été très longue, ma famille ne connaissait rien du Motocross »
Retour