Interviews

Eli Tomac « Au début de saison, je me sentais un peu hors du coup »

Images: Yamaha Racing

En s’imposant à Southwick ce samedi, Eli Tomac a décroché sa 30ème victoire sur l’outdoor, en catégorie reine. Vainqueur de 7 des 12 manches disputées en cette première moitié de saison (3 pour Sexton, 1 pour Roczen & 1 pour Anderson), l’officiel Star Racing Yamaha recolle aux basques de Chase Sexton après son doublé dans le Massachusetts. Un petit point sépare désormais les deux hommes de tête qui ont déjà 40 points d’avance sur le troisième homme: Ken Roczen.

Eli, 5 victoires de manches consécutives, te voilà à un point de la plaque rouge, nous voilà à la mi-saison et tu as l’air d’être sur une bonne dynamique.

Cette saison, j’ai réalisé mes premières courses sur la Yamaha – que ce soit en Supercross ou en Motocross. Au début de saison [à Fox Raceway], je me sentais un peu hors du coup, mais avec l’équipe on a trouvé des solutions pour que je me sente à l’aise et maintenant, ça fonctionne dans n’importe quelle situation. Avoir confiance en sa moto est très important pour que les choses se passent correctement. On est à la mi-saison et on roule sur des tracés que j’apprécie vraiment, je suis bien mentalement et quand tu as hâte de faire quelque chose, ça a tendance à bien mieux se passer pour toi. J’ai vraiment pris du bon temps ces deux dernières épreuves.

Comment se porte ton genou, et fais-tu du vélo à l’entraînement ?

Les problèmes au genou, c’est du passé. Je n’y pense plus, le genou ne me gêne pas quand je roule donc c’est déjà ça. En ce qui concerne le vélo, je passe le plus clair de mon temps à faire du VTT, je suis du genre à avoir peur de faire de la route, on fait principalement du VTT dans le Colorado. Du moment qu’il n’y a pas trop de montées, je suis en mesure de battre mon père.

Qu’est-ce qui change sur la moto quand on vient de Hangtown pour rouler à Washougal ?

La première chose, c’est que tout le monde monte un pneu sable, c’est important. On fait en sorte de soulager un peu plus le moteur aussi, je pense qu’on fait tous ça, on touche un peu à l’amortisseur. J’ai aussi joué un peu avec la hauteur de ma fourche lors des essais mais ça n’a pas fonctionné et je suis revenu aux réglages d’origine. Parfois, je change ma hauteur de fourche à Southwick, parfois non. Le plus important ce week-end, c’était de toucher à l’amortisseur – on a réduit la compression – et de monter un pneu sable.

4-3-2-1-1-1 ; c’est ce qu’on appelle monter en puissance au fur et a mesure des épreuves …

Si Chase s’avère être ton coéquipier aux Nations, quel pilote 250 voudrais-tu avoir au sein de l’équipe ?

C’est difficile à dire, je pense qu’il va falloir qu’on attende encore quelques courses avant de voir ce qu’il va se passer avec la catégorie 250.

Tu es en bataille avec Chase pour le titre, vous êtes les deux pilotes attendus aux Nations pour les USA, est-ce que c’est quelque chose à quoi tu penses, les nations ?

On sait que ça risque d’arriver, à un moment risque de se poser la question de savoir si on roulera aux nations. À ce stade de l’année, on est les deux meilleurs pilotes 450 et on se dit forcément qu’on sera sélectionné pour les nations

LES 450 ROULENT EN PREMIER DERNIÈREMENT. NORMALEMENT VOUS ROULEZ APRÈS LES 250. EST-CE QUE ÇA VOUS CHANGE QUELQUE CHOSE ?

C’est un peu moins défoncé en première manche, peut être un peu en seconde manche également, mais ça n’a pas grande importance d’après moi.

Eli Tomac « Au début de saison, je me sentais un peu hors du coup »
Retour
error: Uh, Oh !?!