Hunter Lawrence “La marge de progression est énorme”

Hunter Lawrence “La marge de progression est énorme”

De l’ombre à la lumière.

Après une longue période de convalescence fin 2020, Hunter Lawrence est parvenu à monter sur son premier podium en Supercross US en terminant second derrière le jeune rookie Seth Hammaker à Arlington; enfin !

Arrivé aux USA en 2019, Hunter Lawrence a connu bon nombre de galères et ne participait finalement qu’à son 5ème Supercross ce weekend. Une route longue, sinueuse, qui l’aura également menée dans l’ombre de son petit frère – Jett Lawrence – qui rencontre déjà un énorme succès, tant auprès des fans que sur la piste. Actuel 3ème du provisoire à l’ouest, Hunter Lawrence ne compte que 12 points de retard sur Cameron McAdoo, et 6 points de retard sur Justin Cooper.

2021, l’année de la délivrance pour Hunter Lawrence ?

Hunter Lawrence – en conférence de presse:

“C’est plutôt cool de prouver que tu as raison et de continuer à croire en toi, de continuer à y croire. Tu crois en toi depuis si longtemps, et personne ne croit en toi plus que toi-même. Donc, tu continues à te dire que tu peux le faire, mais quand tu n’y arrives pas, c’est dur à avaler. Ça te déprime de plus en plus.

L’an dernier, j’ai dû faire face à une période où Jett roulait très bien et où je luttais contre mon propre corps, mes blessures, et d’autres choses, comme si c’était une histoire sans fin. Ça m’a fait beaucoup de mal. Nous avons juste travaillé dur, et on a continué malgré tout. Il y a deux mois, je ne faisais même pas un tour du circuit de Supercross complet à l’entraînement, juste parce que je revenais tout juste de mon opération de l’épaule après la saison d’outdoor.

La marge de progression est énorme en ce moment. Chaque fois que je monte sur la moto, je me sens mieux, plus à l’aise, plus en forme, plus fort, plus confiant, plus sûr de moi, et de tout. C’est cool. […]

Je pense que le plus gros du boulot a été de comprendre mon corps et de savoir le faire fonctionner correctement. Mon corps était tellement bourré de substances inflammatoires qu’il se créait des maladies auto-immunes et, en fait, je suis presque un diabétique de type 2 désormais. Rien que ça, ça m’a empêché de m’entraîner. Je faisais quelque chose et le lendemain, je pouvais à peine bouger. Rien que ça, c’était énorme.

Ensuite, le fait d’être en bonne santé. Chaque fois que je me sentais bien, j’étais sur la moto et je m’améliorais. Ce côté des choses est énorme.

 

Évidemment, il y a plein de petits facteurs, mais le plus important, c’est d’être en bonne santé.

Ce samedi, je me suis senti en forme toute la journée. En finale, j’ai été en mesure d’attaquer jusqu’à la fin et j’ai signé le meilleur temps au tour. C’était cool. J’ai hâte d’y retourner. Je pense que c’est cool de pouvoir rouler à nouveau ce mardi. Peut-être que certains des pilotes de 450 ne sont pas aussi enthousiastes avec les 17 épreuves prévues à leur calendrier, mais ce n’est que notre troisième round pour nous. Donc, je suis impatient; j’ai hâte d’y être.[…]

Ce samedi soir, dans ma tête, je me disais “La victoire, elle est juste là.” Quand je suis arrivé à prendre la seconde position, j’étais juste là derrière Seth. Il roulait vraiment bien et ne faisait pas trop d’erreurs.

Je pense que la piste était assez simple. Même si tu faisais une erreur dans un virage, tu pouvais quand même prendre tous les enchaînements. Comme on l’a vu dans les cinq dernières minutes, je me rapprochais de plus en plus de Seth. Je pense qu’à un ou deux tours de la fin, j’étais probablement plus proche de lui que je ne l’avais été de toute la finale, puis il y a eu des retardataires qui se battaient et qui m’ont gêné sans même s’en rendre compte. L’écart s’est de nouveau creusé.

J’ai continué à attaquer, mais c’était trop tard. Tout le monde roulait bien; la piste était assez simple dans sa globalité. Il fallait faire quelque chose de mieux que les autres pour pouvoir doubler. […]

Lire aussi: Hunter Lawrence, dernière année pour concrétiser ? 

Médias