Interviews

Hunter Lawrence « Lors de nos débuts en Supercross, on galérait »

Images: Align Media

Vainqueur du shootout d’Atlanta ce samedi, Hunter Lawrence peut se mordre les doigts d’avoir trop joué avec le feu à Anaheim 3 et d’avoir chuté en tentant d’aller chercher Christian Craig. Sans cet abandon, le pilote Honda HRC ne compterait que 5 points de retard sur le pilote Star Racing Yamaha à deux épreuves de la fin de saison. Avec des si…

Hunter, tu entends parler de cette confrontation depuis des semaines. Qu’as-tu ressenti en franchissant la ligne d’arrivée en vainqueur ?

C’était vraiment top. Chaque victoire est cool donc gagner la confrontation Est/Ouest, c’est cool aussi. Tout le monde en parle, se demande qui va gagner la confrontation, mais c’est finalement la même chose lors de l’ouverture de la saison, où à chaque fois qu’il y a du drama en piste. Ce n’est pas vraiment quelque chose de nouveau qui nécessite de changer son approche de la course. On vient ici, et on roule; c’est ce que j’ai fait. J’ai pris un bon départ, et j’ai fait le reste du job.

Seconde victoire consécutive, troisième victoire de saison. Est-ce que tu regardes derrière en te disant que sans cette chute dans les whoops à Anaheim, le championnat pourrait avoir un dénouement différent ?

Oui, c’est sûr. Mais je pense que je parle pour tout le monde quand je dis qu’il y a tellement de choses que l’on changerait si on pouvait chacun revenir dans le passé, ça fait partie du jeu. À Anaheim, c’était marche ou crève pour moi. Christian était de nouveau très fort dans les whoops et je faisais tout ce que je pouvais pour rester au contact, ce que je pouvais pour lui mettre la pression et rester derrière lui. Vince Friese était en troisième position et il était assez loin derrière. Donc, la chose simple à faire aurait été de se contenter de la deuxième place, mais je voulais me battre pour la victoire. Ça craint que ça se soit terminé comme ça, mais c’est ainsi.

Christian a très bien assemblé les pièces du puzzle cette saison; c’est un pilote très fort et ses départs ont été au point. En ce moment, il a la plaque rouge pour une bonne raison. J’essaie simplement d’apprendre à chaque course et d’être la meilleure version de moi-même.

En 8 courses, Hunter Lawrence a devancé 4 fois Christian Craig cette saison. Le pilote Yamaha compte 4 succès jusqu’à présent, contre 3 pour le pilote Honda HRC

Tu es passé du gars qui avait tout à apprendre en Supercross, au gars qui gagne des finales.

Je ne suis plus la même personne. En 2020, je trainais des soucis de santé. En 2021, c’était déjà beaucoup mieux. Mon corps va de mieux en mieux sur le plan physique. Pendant mes années en grands prix, j’étais encore très jeune, mais je m’en sortais plutôt bien. Puis je suis arrivé aux USA, et le supercross était une discipline nouvelle. J’étais très jeune, j’étais un novice dans la discipline. On a juste travaillé dur. Ce n’est pas bien différent de ce qu’on a dû faire de toute notre carrière jusqu’à présent.

Ce n’était pas vraiment une question de savoir si on pouvait réussir, c’était plus une question de savoir quand on allait réussir. Notre éthique de travail est sans égale et l’équipe qui nous entoure est incroyable; on apprécie chaque personne qui travaille avec nous et ça, c’est vraiment cool. Il fallait juste mettre les pièces du puzzle en place. On profite, on s’amuse, et on croit en nous, encore plus que jamais maintenant. Tu galères avec des problèmes de santé, tu n’es pas en forme, tu n’es pas bon … Chaque fois que tu tombes, même si c’est une petite chute, ça te brise. Tu deviens fragile, tu commences à douter de tout. Désormais, tout se passe bien, mais lors de nos débuts en Supercross, on galérait.

En ce qui concerne la confrontation Est/Ouest, aimerais-tu en disputer davantage ?

Oui, ça me plairait. Évidemment, la catégorie 450 est la catégorie reine et ils veulent garder ce type de format pour qu’elle reste la catégorie reine. Avoir deux confrontations, cette saison c’est cool. Je ne suis pas sûr qu’il y aura un jour un seul et unique championnat de Supercross 250, parce qu’il y a des jeunes et des familles qui participent à ces courses et qui ne peuvent pas se permettre de faire une saison complète, comme en catégorie 450 où il y a un peu plus d’argent à se faire et d’aide à recevoir, je crois.

Il y a une grosse différence d’âge entre toi et Jett, comme les frères Stewart, par exemple. Eux n’ont pas vraiment eu l’occasion de rouler ensemble. Jett est un peu plus jeune et connaît donc le succès plus jeune. Si tu pouvais revenir en arrière, aurais-tu aimé rencontrer ce genre de succès plus jeune que Jett ?

Je ne savais pas que quatre ans d’écart était une grosse différence d’âge. Je ne dirais pas que c’est une énorme différence. Je ne pourrais pas revenir en arrière et changer ce que j’ai fait quand j’avais son âge, parce que si je le faisais, alors Jett n’aurait jamais eu l’opportunité de venir aux USA, et il n’aurait pas eu le succès qu’il a eu. J’étais plus ou moins le cobaye de la famille. Donc, il est plus ou moins logique que Jett ait un peu plus de succès que moi, simplement parce que tout est en place pour lui, la route a été pavée. Grâce à l’expérience acquise avec moi, on sait ce qu’il ne faut pas faire, ce qui marche, ce qui ne marche pas, dans une certaine mesure.

Quand j’avais 17 ans, je faisais encore des podiums sur le championnat du monde MX2. J’étais juste un peu plus loin des projecteurs pour les spectateurs Américains. Je ne vais pas répondre que je changerais ce que j’ai fait par le passé, parce que finalement si je le faisais, ça pourrait nuire à l’un comme à l’autre car l’histoire aurait été différente. Si j’avais été le plus jeune des frères, j’aurais été le plus célèbre des deux, célèbre plus jeune, car il aurait ouvert la voie de la même façon. Ce qui importe, c’est que ma famille soit bien maintenant. Vu tout ce qu’on a sacrifié, on s’en fout de savoir qui a été le plus célèbre au plus jeune âge. Tout ce qu’on fait, on le fait ensemble maintenant. Notre famille est à l’abri, et dans une bien meilleure situation qu’elle n’a jamais été jusqu’à présent.

Hunter Lawrence « Lors de nos débuts en Supercross, on galérait »
Retour
error: Uh, Oh !?!