Jeffrey Herlings: « Je savais que Romain allait être très fort »

Jeffrey Herlings: « Je savais que Romain allait être très fort »

Personne n’a été en mesure de suivre le rythme imposé par Jeffrey Herlings et Romain Febvre, qui ont survolé le grand prix de France ce weekend. Devant son public le pilote Kawasaki KRT est allé chercher sa troisième victoire de manche de saison, mais le duel a tourné à l’avantage du pilote Red Bull KTM lors du second débat. C’est ce dernier qui monte sur la plus haute marche du podium à Lacapelle-Marival et s’empare de nouveau de la plaque rouge de leader du championnat. Entre le top 3, seulement 10 points d’écart, la fin de saison s’annonce plus que passionnante …

Jeffrey Herlings – en conférence de presse : « C’était une bonne journée. Ce matin je savais que Romain allait être très fort. Je l’ai affronté ici il y a deux ans et il était déjà très rapide. Je savais qu’il fallait que j’augmente le niveau. Le matin, personne n’était en mesure de suivre notre rythme, on avait deux secondes d’avance sur le troisième pilote lors des essais; je savais qu’il fallait que je sois au top de mon niveau pour les manches. Les réglages que j’avais pour la première manche étaient un peu trop durs, j’ai beaucoup galéré avec le mal de bras, je ne pouvais plus contenir Romain et il m’a doublé. J’ai été en mesure de recoller en fin de manche mais il était déjà trop tard pour se battre avec lui et il a gagné.

Jeffrey Herlings remporte le GP de France à Lacapelle-Marival @KTM

En seconde manche, j’ai de nouveau pris un bon départ, Antonio Cairoli m’a battu dans le premier virage mais j’ai réussi à le doubler dans le second ou le troisième virage. J’ai essayé de creuser l’écart, mais c’était difficile car Romain avait une très bonne vitesse. J’avais deux ou trois secondes d’avance et à l’entrée d’une ornière, je suis arrivé trop fort, ma roue avant a glissé et je suis tombé. Heureusement, je n’ai pas perdu trop de temps et j’ai pu repartir second à quelques secondes de Romain. De nouveau, j’ai été en mesure de combler cet écart avant de le doubler après quelques échanges dans les virages; je savais qu’il fallait que je m’impose car ce n’est pas le type de tracé sur lequel il est facile de doubler. L’opportunité s’est présentée et je l’ai saisie. J’ai pu gagner la manche et la journée et on se tourne désormais vers la semaine prochaine. […]

En ce qui concerne le tracé, il faut s’adapter: il y a ceux des USA, puis les tracés de ce type. Ça allait, même si on a bien vu qu’il était difficile de doubler. C’est un tracé étroit, pas bien large, comme certains tracés aux USA par exemple, à Fox Raceway, le tracé fait 25 mètres de large. Ici, il n’y a qu’une trace principale, mais c’est aussi ça la nature du MXGP, c’est aussi un point positif car sur ce type de tracé, tu apprends vraiment comment rouler à moto. Quand il y a 10 trajectoires dans chaque virage, c’est top, c’est bien pour doubler, mais sur un tracé comme celui de Lacapelle, tu te dois vraiment d’avoir un bon feeling avec la moto, ça glisse, c’est béton. Il y a du positif et du négatif, comme avec ce départ très court, mais c’est pareil pour tout le monde. Si tu pars bien, c’est un avantage, sinon, c’est un désavantage. […]

Le pilote Néerlandais récupère la plaque rouge ce weekend @KTM

En ce qui concerne la chute de Teutschenthal, tout va bien. Ce qui s’est passé là-bas, ce n’est pas supposé arriver mais bon. Je ne suis pas énervé contre lui [Jorge Prado], il n’a que 20 ans, beaucoup de gens l’oublient. J’ai 27 ans, je crois que Romain en a 29, Tim en a 25, on a beaucoup plus d’expérience que lui. Il est très dévoué, très talentueux, et il ne veut pas perdre de position sur la piste. D’un côté, c’est peut-être une bonne chose qu’il se soit blessé car il va peut-être se rendre compte qu’il ne peut pas faire tout ce qu’il veut sur la piste. C’est ça l’apprentissage, j’ai dû passer par là moi aussi. Je respecte beaucoup Jorge, il n’y a pas de rancune. Comme je l’ai dit, c’est l’un des pilotes les plus talentueux, mais j’espère juste qu’il ne fera plus ça que ce soit à moi, ou à un autre pilote: se déporter au départ, se frotter à certains pilotes, ce n’est pas vraiment juste mais bon, il défend sa position. Entre Jorge et moi, tout va bien. […]

Je n’ai jamais roulé sur le tracé qui nous attend en Espagne, je n’étais pas présent l’an dernier à cause de ma blessure. Le tracé a l’air cool de ce que j’ai pu en voir à la TV. J’espère qu’on aura beaucoup de trajectoires et j’ai hâte de me mesurer de nouveaux aux autres le weekend prochain. »

Image d’introduction: Niek Kamper

Médias