Interviews

Jett Lawrence « J’étais un peu à côté de la plaque »

Images: Honda Racing

La blessure de Cameron McAdoo à St. Louis définitivement mis fin au (petit) suspens sur le championnat de Supercross US 250 côte Est. Avec 41 points d’avance sur RJ Hampshire à 3 épreuves du tombé de rideau, Jett Lawrence n’a plus qu’à s’assurer terminer dans le top 10 à chaque épreuve d’ici la fin de saison pour aller décrocher son premier titre en Supercross; après celui décroché sur l’outdoor la saison dernière. Malgré une chute lors de la troisième finale à St. Louis, le pilote Australien s’en tire à bon compte avec une seconde place au cumul des trois manches.

Jett, lors des soirées comme celle-ci où la victoire t’échappe, tu ne sembles pas être trop frustré. Tu te sens comment ?

J’avais vraiment envie de tout rafler ce soir. RJ m’a rendu la tâche difficile en prenant de très bons départs alors que moi, j’ai pris des départs pourris. Je m’étais dit que ça irait, je n’ai pas fait de départs à l’entraînement cette semaine, et finalement, ce n’était pas ça. Ça craint. La troisième manche a tout tué; j’ai donné aux gars le plus d’espace possible, mais il fallait être encore plus prudent. Je m’en veux d’être tombé, plus que je n’en veux à l’autre pilote.

RJ mérite sa victoire, il était dans le coup à chaque fois. Il a signé de bons départs et s’est mis dans les bonnes situations, alors que moi j’étais un peu à côté de la plaque. Ça ne change pas grand-chose, car j’ai une avance assez confortable au championnat et j’ai quand même terminé second ce soir. On va continuer à travailler, aller à Atlanta, et j’espère qu’on pourra décrocher le titre le plus tôt possible.

Tes départs n’étaient pas au point, et c’était le chaos dans le paquet. Tu as réussi à te frayer un chemin, mais tu as dû prendre ton temps car il y avait du monde sur la piste.

Oui, c’est vrai. Tout le monde prenait beaucoup de place sur la piste. J’ai juste pris mon temps. Cette piste était simple, c’était un tracé très basique où tout le monde faisait les mêmes enchaînements. Ce n’était pas comme à Indianapolis où Cameron et moi, on faisait des enchaînements différents, des enchaînements que les pilotes privés ne faisaient pas. Tout le monde était vraiment proche aux chronos.

Il fallait vraiment essayer de reprendre du temps dans les virages, ce qui a fait que tout le monde était vraiment proche sur la piste, c’était difficile d’être au milieu du paquet. Certains pilotes utilisaient toute la piste. En première manche, j’ai eu de la chance, j’ai dû rester calme dans les premiers tours et ce n’était pas simple en étant enfermé aussi loin dans le paquet.

Le week-end prochain, place à la confrontation Est/Ouest. Comment te sens-tu à l’approche de cette épreuve ?

No big deal. Si, dans cinq ans, les gens demandent qui a gagné la confrontation en 2022, personne n’en aura rien à faire, ils ne se soucieront que de savoir qui a gagné le championnat. Si on doit se battre [avec Christian Graig] alors on se battra mais on fera en sorte de ne pas se saboter mutuellement et ne pas perdre le leadership de notre championnat. Ça ne signifie pas grand-chose pour moi, il suffit de monter sur le podium et de garder la tête du championnat.

Vivement la confrontation Lawrence/Craig à Atlanta, car le pilote Australien a quasiment le titre en poche sur la côte Est.

Tu es devenu un expert quand il s’agit de revenir après une chute. Tu dois être fatigué que ce soit aussi souvent …

C’est sur que ce n’est pas quelque chose d’idéal. Ce soir, je pense que c’était probablement l’une des remontées les plus difficiles, parce que tout le monde était très proche aux chronos. Donc, ce n’était pas comme si je signais le meilleur temps dans une section X ou Y. On était tous proches en piste, donc c’était beaucoup plus difficile ce soir. Non, je ne suis pas vraiment fan d’être expert dans ce domaine. Je préfère être devant sur deux roues et au moins être dans le top cinq lors des deux ou trois premiers tours, pour avoir au moins une chance.

Malheureusement, Cameron n’a pas pu rouler à St. Louis. Est-ce que ça change ta vision du championnat, et ta gestion pour le reste de l’année ?

Non, pas vraiment. J’étais là quand il est tombé. Pour être honnête, j’étais vraiment déçu. De l’année dernière à maintenant, il n’a rien fait de travers, réellement. Il était au top. J’ai fait de plus de grosses erreurs que lui. Il roulait vraiment bien cette année. Je suis vraiment déçu. Ce n’est pas facile d’être au sommet dans ce sport. Vous pouvez demander à n’importe quel pilote, il vous dira que c’est vraiment difficile.

C’est tout un travail, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Cameron a tout de suite su que c’était la clavicule qui avait cassé, c’est dommage pour lui. On ne veut jamais voir quelqu’un se blesser de cette façon-là. Ma mentalité reste la même. Je veux continuer à gagner des courses et à enchaîner les victoires au général, ce qui n’a pas vraiment été le cas ce soir, mais c’est comme ça. J’ai terminé sur le podium. Ça n’a pas vraiment changé. J’essaie juste de décrocher ce championnat le plus tôt possible.

Jett Lawrence « J’étais un peu à côté de la plaque »
Retour