Interviews

Ken Roczen « Beaucoup de gens pensaient que j’étais fini en 2022, et je ne les blâme pas »

Ken Roczen semble bien parti pour décrocher le titre de champion du monde de Supercross 2022. Second à Cardiff, le pilote Honda Genuine n’aura pas besoin de contrer Eli Tomac à Melbourne. Seulement présent en Wildcard à Cardiff, le pilote Star Racing Yamaha ne roulera pas en Australie ce samedi. Alors que la finale du World Supercross se prépare, la possible présence de Ken Roczen au prochain Supercross de Paris semble se confirmer. Mais avant toute chose, il reste 3 finales cruciales à disputer en Océanie demain – samedi. Le pilote Allemand et Honda ont réalisé un entretien vidéo pour aborder plusieurs sujets dont les blessures de Kenny, les attentes de ses fans, son choix de s’aligner sur le World Supercross en dépit de son contrat avec Honda HRC mais également le futur – flou – du garçon …

[…] Ken. Répondre aux attentes, c’est compliqué ?

Une fois que tu as mis la barre haut, les gens s’attendent à ce que tu restes au top tout le temps. C’est quelque chose qui est difficile pour moi, j’ai eu quelques grosses blessures et également des problèmes de santé que j’ai dû affronter et ça n’a pas été simple. Je sais que je suis toujours capable de gagner, je travaille vraiment dur pour ça sur énormément d’aspects. Je suis bien plus mature désormais et je travaille bien plus qu’avant mais visiblement, avant, les choses se passaient plus facilement pour moi. Je n’abandonne pas, j’essaye d’être meilleur à chaque jour qui passe. On est tous humains et parfois, ça peut devenir très difficile. Pourtant les gens s’attendent à ce que tu sois au top tous les jours. Tu ne peux pas écouter tout le monde; du moment que je fais de mon mieux et que j’essaye de m’améliorer à chaque fois, ça me va. Je ne suis pas encore fini.

Après toutes ces blessures, c’est difficile de revenir au plus haut niveau ?

Fin 2016, j’ai quitté Suzuki pour rejoindre Factory Honda. C’était une époque excitante pour moi. C’est Factory Honda, qui ne voudrait pas rouler pour eux ? En plus, j’étais au top de ma forme, j’avais été presque imbattable sur l’outdoor en 2016. Malheureusement, rien ne s’est passé comme prévu et je me suis blessé, ça m’a écarté des compétitions, de l’entraînement, des choses simples. Ça a été une période difficile car les blessures ont apporté d’autres problèmes de santé. Pour revenir au top niveau, je ne me suis pas ménagé, je voulais retrouver mon meilleur niveau. Si je n’avais pas fait tout ça après ces blessures, je n’en serais pas là aujourd’hui car j’ai quand même connu de très belles saisons depuis et ça n’aurait pas pu arriver si je m’étais laissé le choix; je voulais vraiment revenir. J’étais un peu arrogant, mais je voulais l’être et je dirais même qu’il fallait que je le sois car ça m’a aidé à rendre des comptes en piste. J’ai travaillé dur, ça n’a pas été simple, mais j’ai connu de belles saisons avec Honda à courir après les championnats à chaque saison, sauf cette année. J’ai réussi à gagner de nouveau, plusieurs courses, j’ai été en mesure d’être de nouveau dans la course au titre jusqu’à la dernière épreuve donc je suis fier d’avoir été en mesure de faire tout ça. Je pense fermement que l’aventure n’est pas terminée pour moi.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer sur le World Supercross ?

C’était une évidence pour moi. Ça faisait très longtemps que je n’avais pas roulé en Europe et aux USA, on a un calendrier vraiment très monotone; on commence la saison en Janvier et on la termine en Septembre. Ce genre de programme, ça peut vraiment te vider. Tu roules presque tous les week-ends sans le moindre repos et on ne peut rien faire d’autre que ça à côté. Le mondial de Supercross, je vois ça comme un truc fun et évidemment, je dois aussi assumer ma famille financièrement et donc faire ce qui est le mieux pour eux. Je n’ai eu aucun problème à dire non à l’offre de Honda et je suis content d’avoir dit non car je suis super heureux d’être présent en Europe. J’ai hâte de voir et d’interagir avec les fans, hâte qu’ils puissent me voir rouler. Ça fait vraiment longtemps et j’étais prêt pour revenir alors je suis vraiment content d’avoir pris la décision de rouler sur le World Supercross. On ne pense plus seulement à la compétition chaque week-end, on est en vacances en quelque sorte. On a pu visiter chaque jour quand on était à Londres et c’est quelque chose qu’on ne fait pas habituellement car on n’a pas le temps. Je suis heureux que ma famille soit ici avec moi; c’est vraiment cool de pouvoir associer plaisir et compétition en même temps.

En tant que pilote privé, tu pourrais encore gagner ?

J’ai quitté un team Factory pour des raisons évidentes. Je suis dans une équipe privée pour l’instant mais je n’ai aucun doute à ce sujet là, on est capables de gagner ensemble. Il y a beaucoup de positif; on peut faire ce qu’on veut et les gens qui m’entourent ici veulent gagner autant que moi. Pour gagner, ils sont prêts à faire tout et n’importe quoi et c’est vraiment du bonus. Je suis content d’être dans cette position même si on n’a eu que très peu de temps pour faire du testing.

C’est quoi, la suite ?

Beaucoup de gens pensaient que j’étais fini en 2022, et je ne les blâme pas. C’était difficile pour moi mais désormais, je suis concentré sur les épreuves qui arrivent et dans le même temps, je suis en pleine préparation pour le Supercross Américain et l’outdoor ces deux prochaines saisons. Je mets la tête dans le guidon, je continue à travailler sur l’aspect physique. Je veux être présent et je veux surtout avoir une réelle chance de pouvoir me battre pour un titre. 2022 a été une année compliquée mais je vais rebondir comme j’ai pu le faire par le passé. Pour l’instant, je me concentre sur les deux prochaines saisons: je ne sais pas quelle équipe va me signer si une équipe me signe, mais peu importe. Quand on en aura fini avec le World Supercross, je vais récupérer une moto et je vais me mettre au travail. S’il faut se pointer à Anaheim 1 en tant que pilote privé, qu’il en soit ainsi. Je crois qu’aucun pilote privé n’a jamais remporté Anaheim 1, alors pourquoi pas moi ?

Ken Roczen « Beaucoup de gens pensaient que j’étais fini en 2022, et je ne les blâme pas »
Retour
error: Uh, Oh !?!