Interviews

Romain Febvre « La vitesse n’est pas mauvaise »

Images: Kawasaki Racing

Romain Febvre fait son retour en compétition ce week-end du côté de Teutschenthal. Après plus de 6 mois sans course, le pilote Ice One Kawasaki a terminé sixième de la manche qualificative MXGP en Allemagne ce samedi; c’est de bon augure pour la suite.

Romain, j’imagine que ça a été une blessure difficile pour toi.

Oui, une blessure difficile, la plus difficile de ma carrière jusqu’à présent. C’est du passé maintenant, ça arrive. J’ai essayé d’être sur pied le plus vite possible mais ça aura pris beaucoup de temps. J’ai été opéré 4 fois au total car j’ai rencontré quelques complications; ce n’était pas idéal mais désormais je suis de retour en Allemagne et on verra où je me situe en piste. Ensuite, on travaillera à partir de là.

Tu as pu passer un peu de temps sur la moto avant ce week-end ?

Pas beaucoup. Je n’ai pas fait beaucoup d’entraînement moto à proprement parler. J’ai repris l’entraînement il y a un mois mais évidemment, j’avais mal donc je roulais juste un peu. Après une semaine, j’ai rencontré de nouveaux problèmes au niveau du genou suite à la première opération. J’ai dû m’arrêter pendant une semaine complète, j’ai fait des injections pour calmer la douleur. On peut dire que je roule réellement depuis deux semaines et demie. Ce n’est pas beaucoup car j’ai été OFF pendant 6 mois, je suis tout de même à l’aise et je pense que la vitesse n’est pas mauvaise. Les fins de manches vont être très difficiles mais c’est comme ça, je dois bien démarrer quelque part et la compétition me manque vraiment donc même si j’ai un peu mal, je suis content d’être de retour.

Comment tu sais, en fonction de ton ressenti et ta douleur, s’il faut que tu lèves le pied à l’entraînement ?

Tout dépend la situation dans laquelle tu te retrouves. Si tu te bats pour le championnat, c’est dur d’écouter la douleur car tu veux rouler et marquer un maximum de points. Dans mon cas de figure, c’est différent car j’ai loupé la moitié du championnat, je n’ai rien à perdre ou à gagner et c’est plus simple de se fier à la douleur, de se dire qu’il me faut encore une semaine de repos avant de revenir, car ça ne change rien au championnat. En tant que pilote, avec l’expérience des blessures, on sait avec quel type de douleur on peut se permettre d’attaquer ou non. Les douleurs que j’ai pour l’instant, ce ne sont pas des douleurs qui s’aggravent, ce ne sont pas des douleurs insupportables, donc je sais que je peux rouler comme ça pour l’instant et qu’elles finiront par disparaître.

C’est comment – mentalement – de gérer une blessure comme celle-ci ?

C’était dur mais heureusement, j’ai terminé la saison 2021 sur une bonne note. Ma blessure est survenue juste avant l’hiver et je savais qu’on avait deux ou trois mois devant nous, donc j’espérais pouvoir revenir à temps. Ça ne s’est pas passé comme ça malheureusement, à chaque fois que j’allais voir le docteur, ils me disaient d’attendre quatre ou six semaines de plus et quand enfin venait le temps de faire un nouveau check-up, ce n’était toujours pas bon, l’os n’avait pas pris correctement, il a fallu me prendre une greffe au niveau de la hanche pour ma jambe. En fait, après 3 mois et demi, c’était comme si je venais de me fracturer la jambe le jour même. C’était le plus dur mais c’est comme ça. On a vu beaucoup de spécialistes pour trouver la meilleure solution, mais il fallait surtout attendre.

Qu’espères-tu réaliser en cette seconde moitié de saison ?

D’abord, il faut que je retrouve un bon feeling sur la moto. Je n’attends pas vraiment de résultats lors des prochains GP car je suis loin d’être dans ma meilleure forme. Le but est de me préparer du mieux possible cette année pour me battre pour le titre la saison prochaine, c’est l’objectif principal. Si je parviens à gagner quelques manches par-ci par-là, ce serait top.

Interview: MXGPTV

Romain Febvre « La vitesse n’est pas mauvaise »
Retour