Tim Gajser “Mentalement, j’étais au fond du trou”

Le double champion du monde Tim Gajser, pilote HRC Honda, se doit bien d’être introduit au public.

Décrochant son premier titre MX2 en 2015, il monte ensuite en catégorie MXGP et connaît directement le succès en remportant dans la foulée le championnat MXGP en 2016 sur la 450 CRF.

La gloire de ces deux années a été vite ternie par des saisons 2017 & 2018 ponctuées de blessures et par la domination de Cairoli & Herlings.

Tim sait cependant qu’il a la vitesse pour retrouver les honneurs et la plus haute marche du podium.

Tim Gasjer part à la poursuite de son 3ème championnat en 2019.

On est en Sardaigne. L’inter-saison est bien entamée. Parles nous ta fin de saison et la début de celle-ci.

Je suis content de ma fin de saison dernière. Je faisais mon retour. Le feeling revenait aussi, celui que j’avais quand je gagnais des courses, quand j’étais à l’aise sur la moto.

Actuellement en préparation je me sens bien sur la moto. Je pense que j’ai tout ce dont j’ai besoin. La chose la plus importante c’est de rester en bonne santé, sans blessure.

J’espère que cette année sera notre année. Je me sens bien dans l’équipe, avec les mécaniciens & tout le personnel. On bosse dur. On a tous le même objectif.

Il faudra être régulier pendant la saison, être présent à chaque course. Il n’est pas nécessaire de gagner, faire top 3 ou top 5, c’est bon. Etre régulier … Essayer de ne pas commettre trop d’erreur et être présent à toutes les épreuves

L’an dernier, ce n’était pas trop dur de louper la première course et de devoir revenir aux points tout le long de de l’année ?

C’était horrible, j’étais déprimé, mais c’est comme ça, c’est la vie. Il faut se relever et retourner au travail, encore plus fort, même si c’est dur.

Quand je suis revenu à Valkenswaard, les autres avaient déjà une course dans les jambes, c’était dur. Ils étaient tous en forme, je m’entraînais dur et j’ai essayé de retrouver ma vitesse, la confiance en moi pour être plus fort chaque fois.

Ce nétait vraiment pas une année marrante.

L’aspect mental lors d’une blessure est il aussi important que l’aspect guérison ? Tu ne peux pas te laisser aller dans ce cas là.

Physiquement je ne pense pas avoir trop perdu. Mentalement, j’étais au fond du trou. 1 mois après le crash, j’étais en bonne condition physique.

Mais si tu n’es pas à 100% mentalement c’est dur. Je dis toujours que tu gagnes une course avec ta tête. Si tu as confiance, si tu crois en toi, tu n’as qu’une hâte, c’est de rouler.

Mais quand tu es blessé, que tu n’es pas à 100%, que tu n’es pas là ou tu devrais être… Tu te poses des questions. Tu ne crois plus en toi de la même façon. C’était le plus gros problème pour moi cette année, la partie mentale. Les deux dernières années je dirais même, avec les blessures.

Quand tu te sens bien tu roules bien. C’est facile de voir quand tu t’es bien dans tes pompes parce que tu roules avec plus de style. C’est le cas selon toi ? Quand tu te sens bien, c’est plus facile de faire des amortis, des whips ?

Oui. Quand tu te sens bien, quand tu fais un avec la moto, c’est carrément plus facile de faire un amorti, parce que tu fais confiance en ta machine, en toi-même. Tu es plus à l’aise en général. C’est plus facile de rouler proprement. Quand tu galères, tu roules tendu, tu as mal aux avant-bras, des choses comme ça. C’est quand tu t’éclates que tu vas vite.

C’est une longue saison, tu l’as mentionné plus haut. Il y a une nouvelle épreuve en Chine , une épreuve différente en Indonésie. Es-tu content de voyager jusqu’à ces nouveaux circuits ? Ou tu aurais préféré qu’ils soient en Europe ?

C’est toujours cool d’aller dans de nouveaux Pays. Je pense que c’est le principe même du championnat du monde. C’est le championnat du monde, donc il doit se dérouler sur tout le globe, pas juste en Europe. C’est cool d’aller en Chine, à Hong Kong, à Shanghai aussi .

Par contre le Mexique me manque un peu, j’aime ce circuit – ou les US, ce type de courses.

De mon point de vue, on a un bon calendrier cette année.

Est-ce que tu suis le championnat de Supercross US, ou tu te concentres à fond sur le Motocross ? Quand tu te lèves le matin, tu regardes les résultats et ce qui s’est passé ?

Carrément ! Je regarde toutes les courses des USA. On est ici pour tester et le Dimanche matin on a du temps libre, donc on peut regarder les courses. J’aimerais bien en faire.

Tu apprends des courses que tu regardes ? Tu regardes les techniques des pilotes, ou tu regardes juste la course et les résultats ?

Je regarde tout, le circuit, les pilotes. Avec les vidéos tu peux en apprendre vraiment beaucoup. Le scrub, je l’ai appris sur youtube, avec mon père aussi. Au début j’ai vu James Bubba Stewart le faire et je me suis dit que ça pouvait être cool. Puis j’ai commencé à pencher la moto, et puis tu finis à ras le sol.

Médias